Départementales : la révolte des territoires abandonnés

Départementales : la révolte des territoires abandonnés

 

Au-delà des tendances lourdes relatives au changement de  rapport de forces entre les grandes formations  politiques, les élections départementales expriment aussi la colère des territoires abandonnés. C’est la révolte des zones rurales où vivent 25% de la population qui constate chaque jour la désertification et le dépérissement des services notamment publics. La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation tandis que les petites villes, les villages  s’appauvrissent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la réfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sosnt contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour elles aussi rejoindre des zones plus riches en emplois. Au mieux, la population de zones rurale stagnent au pire elle régresse. Nombre de zones rurales sosnt majoritairement habitées par des retraités. Pour peuvre aussi de cette désertification la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Dans les zones peu dense et éloignées des grands centres, le prix de l’immobilier a diminué de 50% en quelques années. Or beaucoup comptait sur ce patrimoine pou fiancer les coûts de leur séjour en maison de retraite ( de 1500 à 3000 euros par mois !).  Par manque de populations les services rétrécissent  comme peau de chagrin. Les bureaux de poste ssnt fermés, les écoles avec, les commerces petit à petit disparaissent. Les médecins généralistes ne sont pas remplacés. Dans beaucoup de petites viles disposant encore d’un hôpital, les spécialistes se font de plus en plus rares et la solution c’est de se rendre au chef lieu du département. L’agriculture s’est mécanisée , elle est devenue intensive et les emplois supprimés n’ont pas été remplacés par d’autres activités. Dans vingt ans nombre de petits villages  seront à vendre. Déjà le nombre de maisons mises en vente qui ne trouvent aucun acquéreur est impressionnant. Pour trouver un acquéreur, il faut  les brader. Le coeur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. Or les grands projets absorbent tous les financements publics et bien évidemment concernent les zones  très denses. Un vrai cercle vicieux, plus d’emploi, moins de population, moins de commerces et de services. C’est le manque d’attractivité  qui se nourrit elle-même et tire le territoires vers la désertification.

0 Réponses à “Départementales : la révolte des territoires abandonnés”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol