OGM : l’Europe choisit de ne pas choisir

OGM : l’Europe choisit de ne pas choisir

 

C’est l’Europe, une addition de contradictions qui se traduit par exemple pour les OGM par une loi qui permet à chacun des Etats de faire ce qu’il souhaite. La nouvelle législation accorde aux Etats  membres le droit d’interdire la culture des organismes génétiquement modifiés sur leur territoire, mais permet aussi à ceux qui le souhaitent d’en cultiver. Ce qui est d’ailleurs déjà le cas, puisque le MON810 de Monsanto, seul OGM actuellement autorisé dans l’Union, est cultivé sur 110.000 hectares en Espagne, 9.000 au Portugal et 3.000 en République Tchèque. Le TC1507 du groupe Pioneer a également déjà reçu un avis favorable de l’Agence européenne de sécurité des aliments et attend son autorisation de mise sur le marché, alors que 19 Etats européens y sont opposés. « Il y avait urgence à sortir de la situation de blocage actuelle« , souligne l’eurodéputée UMP Françoise Grossetête. « Bien que cet accord soit la preuve de l’impossibilité de trouver une réponse européenne sur cette question, il permet tout de même d’instaurer enfin de la stabilité juridique pour toutes les parties concernées et notamment les Etats« , précise sa collègue du Parti populaire européen Angélique Delahaye. Le socialiste Gilles Pargneaux siège comme elle dans la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen: il se réjouit lui aussi de cette levée de l’insécurité juridique. Les pays comme la France qui interdisent la culture d’OGM ne pourront plus être poursuivis devant la Cour de justice de l’Union européenne. Les Etats pourront dire non en invoquant des raisons socio-économiques, environnementales ou liées à l’utilisation des terres agricoles. Et devront adopter des mesures de coexistence dans les zones transfrontalières pour éviter les contaminations de cultures traditionnelles par les OGM. Un fonds d’indemnisation sera mis en place, pour les agriculteurs comme pour les consommateurs. « C’est une avancée » insiste Gilles Pargneaux. Mais pour les eurodéputés Verts, le mal est fait. Ils qualifient la nouvelle réglementation de « cheval de Troie« , qui ouvre la voie à la culture d’OGM à travers le continent et n’empêchera pas les industriels d’attaquer les Etats devant l’OMC ou les futurs tribunaux d’arbitrage en cours de négociation avec le Canada et les Etats-Unis dans le cadre des accords de libre-échange, explique José Bové. « Ce texte est un scandale. Il laisse les Etats se débrouiller, au moment où nous avions besoin de plus d’Europe, d’avoir une réglementation, une législation, qui permette d’évaluer de manière plus forte les risques liés aux OGM. Et le drame, c’est qu’on met les entreprises au cœur, puisque ce sont elles qui vont négocier directement avec les pays et faire leur shopping« . Le résultat, selon José Bové, c’est que les petits pays n’oseront pas résister, sans compter les conflits entre Etats membres. « On ne peut pas se satisfaire de cette législation qui en fait constitue une ouverture aux multinationales« . Bref un texte qui ne satisfait pas grand monde. De toute façon qui sera remis en cause- au profit des OGM-  à l’occasion du traité de libre-échange entre les Etats -Unis et l’Europe.

 

0 Réponses à “OGM : l’Europe choisit de ne pas choisir”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol