Budget : les frondeurs godillots s’abstiennent

Budget :  les frondeurs godillots s’ abstiennent

 

Pas fous les frondeurs du PS, ils se sont abstenus lors de ce premier vote du budget. Pas question de couper la confortable branche sur laquelle ils sont assis, donc pas question de voter contre. Ils sont en colère mais pas au point de perdre leur siège de député en cas de dissolution de l’assemblée. L’Assemblée a donc adopté mardi en première lecture à une courte majorité de 266 voix contre 245 la partie recettes du budget de l’État pour 2015, marquée par une abstention toujours plus forte de socialistes « frondeurs ».   39 socialistes se sont abstenus, dont les anciens ministres Aurélie Filippetti, Benoît Hamon et Delphine Batho ainsi que 14 écologistes, deux radicaux de gauche et un élu d’Outre-mer. La droite et le Front de gauche ont voté contre. C’est un des plus hauts niveaux atteints par les frondeurs depuis le début de leur mouvement de contestation de la politique économique du gouvernement il y a six mois. Il y avait eu 31 abstentions socialistes lors du vote mi-septembre de la confiance au deuxième gouvernement Valls et 33 sur le budget rectificatif de la Sécu en juillet. Mais 41 socialistes s’étaient abstenus en avril, sur le programme de stabilité budgétaire.  Au nom des frondeurs, confortés par le retour de Martine Aubry et ses critiques de la politique du gouvernement, Christian Paul a lancé « un appel pressant au président de la République » pour « trouver les moyens d’un nouveau contrat de majorité plus proches des engagements de 2012 et aussi plus proches de l’efficacité économique ». Les radicaux de gauche, confortés par de récents engagements de Manuel Valls sur des chantiers leur tenant à cœur, ont accepté d’avoir un « vote positif sans être laudatif ». Les écologistes ont regretté « que le gouvernement persiste dans une politique qui n’a pas porté ses fruits ». La droite et le Front de gauche se sont opposés au texte pour des raisons radicalement différentes. L’UMP et l’UDI reprochent au gouvernement de ne pas faire de réformes structurelles et de laisser filer les déficits alors que le Front de Gauche critique la poursuite d’une logique d’austérité. Construit sur l’hypothèse d’une croissance à 1% en 2015, jugée « fausse » par la droite, le texte prévoit un déficit public en légère baisse à 4,3% du PIB, repoussant de deux ans à 2017 le retour au plafond autorisé de 3%. Les députés ont d’ailleurs voté en même temps la loi de programmation des finances publiques 2014-2019. Là aussi la majorité fut étroite avec 263 voix contre 245, trois députés chevènementistes s’ajoutant aux abstentions côté socialiste. 

 

0 Réponses à “Budget : les frondeurs godillots s’abstiennent”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol