Budget de l’État : les « frondeurs » godillots pour l’abstention ?

Budget de l’État : les « frondeurs » godillots pour l’abstention ?

 

La logique voudrait qu’ils votent  contre le budget puisqu’ils affirment n’avoir été aucunement entendus  et qu’ils sont en désaccord total avec la politique économique du gouvernement.  En fait ce sera «  peut-être »  l’abstention ! Pas étonnant un désaccord ferait sauter le gouvernement et l’assemblée et nombre d’entre eux ne retrouveraient pas leurs fauteuils de députés.  Le soutien de Martine Aubry leur a donné une certaine légitimité. Plusieurs députés socialistes frondeurs, « confortés » dans leur démarche par Martine Aubry, pensent s’abstenir mardi 21 octobre lors du vote sur le projet de budget de l’Etat.  Leur position commune sur ce scrutin important doit être définie mardi matin lors de leur réunion hebdomadaire à l’Assemblée nationale, mais d’ores et déjà un de leurs animateurs, Christian Paul, estime que les frondeurs n’ont été « ni écoutés ni entendus », notamment sur le CICE, ce qui « ne prépare pas un vote positif ». « La logique voudrait que l’on s’abstienne », confirme son collègue Laurent Baumel. Ils assurent que leur décision ne sera pas influencée par le retour de Martine Aubry, qui critique ouvertement depuis dimanche une politique gouvernementale menée « au détriment de la croissance ». « Il faut distinguer ce qui relève du débat public national et ce qui relève des décisions parlementaires », appuie l’aubryste Christian Paul. Le soutien de l’ex-Première secrétaire du PS est néanmoins « précieux », déclarent en chœur ces parlementaires. Pour Laurent Baumel, un ancien strauss-kahnien, « cela donne du crédit à notre discours, qui n’est pas un discours de gauchistes irresponsables », pour Pouria Amirshahi de l’aile gauche du PS « cela légitime, cela conforte ».  Christian Paul le martèle: la maire de Lille n’est « ni derrière, ni devant les frondeurs », ce rassemblement hétéroclite né au printemps dernier après l’échec des municipales. « Ceux qui pensent que les frondeurs sont le faux nez de Martine Aubry jugent maintenant avoir raison », mais en réalité il y a au sein de ce mouvement « plusieurs sensibilités qui convergent » avec la même problématique: « Faire réussir la gauche tant qu’il est encore temps », d’après Laurent Baumel.  Et « plus nous serons nombreux et plus nous pourrons obtenir un contrat de majorité » avec le gouvernement pour infléchir sa politique économique et sociale, ajoute Christian Paul. L’heure ne semble cependant pas à un élargissement conséquent du cercle des frondeurs, qui sont actuellement 30 à 40. « Leur manière de faire ne me convient pas », explique ainsi le député Dominique Potier, qui a signé ce week-end la contribution de Martine Aubry pour les états généraux du PS, comme d’autres parlementaires non frondeurs.   »Je prendrai part aux débats au sein du groupe PS pour faire valoir des idées neuves et contribuer à la réussite du gouvernement » mais « je respecterai la décision majoritaire du groupe PS » pour les scrutins, précise Dominique Potier. Laurent Baumel l’affirme: « Je connais beaucoup de députés qui sont d’accord avec nous depuis longtemps mais pour eux franchir le pas dans les votes serait une transgression trop forte ».

 

0 Réponses à “Budget de l’État : les « frondeurs » godillots pour l’abstention ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol