Croissance: une stagnation durable (Hollande)

Une stagnation durable (Hollande)

 

Finis  les grandes envolées sur la reprise, l’inversion du chômage  ou encore le réenchantement de la France de la part de Hollande. Lors d’une réunion à ‘OCDE il a admis que la stagnation pouvait être durable. Une évidence ! Il y aura environ 0.4% de croissance en France en 2014 et encore moins de 1% en 2015. Sur le long terme L’OCDE ne prévoit que 1.25% ; Pas de quoi résoudre le chômage et rétablir les équilibres financiers. Finalement Hollande prend de plus en plus une posture de commentateur un peu résigné même s’il chante encore hymne aux réformes (qu’il n’entreprend pourtant pas !).  Vendredi 17 octobre, les dirigeants des organisations économiques internationales au château de la Muette, siège parisien de l’Organisation de la coopération et du développement économiques (OCDE), a livré ce diagnostic décalé : « L’Europe n’a pas encore pris le chemin d’une croissance véritablement franche et durable. » Peu après, le président de la République est retourné sagement s’asseoir à côté de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), qui, dix jours plus tôt, avait estimé à 40 % les risques de récession dans la zone euro, à 20 % – 30 % ceux de déflation. Mais, vendredi soir, l’humeur n’était pas au catastrophisme. Tout juste rentré du sommet Europe-Asie de Milan, le chef de l’Etat s’est montré plutôt optimiste au sujet de la crise ukrainienne. « Un accord sur le gaz est à portée de main et il y a des avancées sur le contrôle du cessez-le-feu », s’est-il félicité après avoir rappelé combien les incertitudes, notamment géopolitiques, « pèsent sur la croissance et finissent par perturber les marchés ».  Persuadé que « ce qui nous menace, c’est moins la déflation qu’une stagnation qui pourrait être durable », M. Hollande a redit qu’il travaillait « dans et pour la durée », c’est-à-dire « sans relâcher le mouvement ni ralentir le rythme des réformes », et que « ce qui compte, c’est la rapidité de leur mise en œuvre ».  Sur ce point, les convictions présidentielles rejoignent celles de l’OCDE. Dans une étude sur les réformes structurelles en France, l’institution ramène à 1,25 % la croissance potentielle (de long terme) française, histoire de tenir compte de gains de productivité et d’une compétitivité plus modestes.

 

 

0 Réponses à “Croissance: une stagnation durable (Hollande)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol