Air France : la grève de trop !

Air France : la grève de trop

 

On peut évidemment comprendre que pilotes et direction d’Air France ne partagent pas le même point de vue par contre pourquoi utiliser l’arme de la grève avant d’avoir épuisé toutes les possibilités de concertation. En outre en l’occurrence il ne s’agit pas d’un plan pour réduire l’activité mais pour la développer. Certes par le bais d’une filiale low cost  mais nécessaire puisque le statut actuel des pilotes d’Air France est tabou et que la compagnie se fait tailler des croupières par la concurrence. Après une telle grève qui va peser lourd sur les résultats,  la direction sera encore davantage encouragée à transférer du trafic sur ses filiales low cost ; Bref une grève corpo qui ne sert personne et surtout pas le client. Après une première journée de grève très suivie à Air France, la situation risque d’empirer mardi 15 septembre. Les pilotes restent massivement hostiles aux conditions de développement de la filiale low cost du groupe. . Le SNPL AF Alpa (majoritaire) a appelé à une grève reconductible du 15 au 22 septembre. Le Spaf (deuxième syndicat) a étendu son préavis de deux jours, jusqu’au 20. Un mouvement d’une semaine serait le plus long conflit mené par des pilotes d’Air France (groupe Air France-KLM) depuis 1998. La direction évalue son coût à « 10 à 15 millions » d’euros par jour, et lundi, le PDG d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a laissé entendre que le retour aux bénéfices de la compagnie française pourrait être compromis cette année. Lundi, le titre Air France-KLM a clôturé en baisse de 3,25%. Air France, qui a présenté « ses excuses » à ses clients, dédommagera tous les passagers dont le vol a été annulé et remboursera en outre l’intégralité du billet à défaut d’autre vol disponible. Selon Alexandre de Juniac, 65 000 clients ont été touchés par des retards de vol ou annulations. Pour trouver une issue, les négociations se poursuivaient entre la direction et les syndicats représentatifs. Mais lundi après-midi, le SNPL a fait état d’un dialogue « bloqué », assurant que le mouvement se poursuivrait « tant que la direction ne changera pas de philosophie ». Alexandre de Juniac a exhorté les pilotes à participer à « un projet magnifique », porteur d’un millier d’emplois en France, dont 250 de pilotes. Les syndicats déplorent une « mise en concurrence » des pilotes au sein du groupe et craignent que le nouveau plan stratégique « Perform 2020″ n’ouvre la voie à un « pillage de l’emploi français », quand la compagnie y voit un levier de « reconquête du marché » face aux compagnies à bas coûts (Ryanair, easyJet). Au sein d’Air France, la grève a été taxée de « corporatiste » par la CFE-CGC et la CFDT, le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, la jugeant même « indécente ». Au niveau salarial, les pilotes d’Air France sont plutôt bien lotis. Un pilote gagne entre 75 000 et 250 000 euros brut annuel selon son grade, son ancienneté et son affectation. Chez Transavia, le salaire varie entre 87 000 et 180 000 euros.

 

0 Réponses à “Air France : la grève de trop !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol