Rémunération : de plus en plus variable

Rémunération : de plus en plus variable

Depuis quelques années, la part variable n’est plus réservée aux cadres dirigeants. Si au moins 90% des   » hauts potentiels  » touchent une part variable qui peut aller jusqu’à trois ou quatre mois de salaire en plus, désormais, même les cadres  » de premier niveau  » touchent des primes. Le cabinet  Deloitte estime que deux-tiers d’entre eux sont concernés. La part variable se chiffre alors à 8 ou 10% de leur salaire fixe annuel. Avantage aux grandes entreprises sur les PME : la différence de part variable peut se monter à 30% entre les grandes et les petites. La mode de la prime individuelle a même franchi le seuil du fameux statut cadre. Les non cadres sont eux aussi de plus en plus souvent intéressés aux résultats. Une catégorie se détache d’ailleurs : les commerciaux de terrain, sur qui les entreprises comptent plus que jamais pour sauver les meubles. Même s’ils ont tendance à s’assagir avec la crise. Deloitte estime qu’ils ont dans l’ensemble doublé en dix ans, notamment pour les cadres dirigeants.

0 Réponses à “Rémunération : de plus en plus variable”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol