La gauche menacée de destruction (Delphine Batho)

La gauche menacée de destruction (Delphine Batho)

Batho a raison Hollande a sûrement signé l’arrêt de mort de la gauche et même sans doute la disparation du PS qui risque d’éclater. Mitterrand, lui, à force de ruse était parvenu à donner l’impression d’une unité de façade mais là la fracture idéologique est irréparable d’autant que les français rejette complètement ce PS trop à gauche dans les discours et trop à droite dans ses pratiques et finalemenet confus, contradictoire et inefficace. En outre la crise a relativisé les clivages gauche-droite qui n’ont pas toujours un sens concret quant il s’agit de défendre l’emploi, l’ environnement ou encore la sécurité publique. D’une certaine manière les logiciels idéologiques des partis sont obsolètes car finalemenet il s font à peu près la même chose et mal. Une opération montée de toutes pièces, comme s’il avait été décidé à l’avance de se séparer d’Arnaud Montebourg dès que l’occasion de présenterait. Hier à Melle, Delphine Batho, députée PS des Deux-Sèvres, a pour la première fois livré sa vision de la crise gouvernementale et du remaniement qui a suivi. L’occasion pour elle « d’adresser un salut fraternel » aux ministres qui ont pris la porte, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. La députée n’a pas manqué d’établir un parallèle avec sa propre éviction du gouvernement Ayrault : « Il y a un an et 53 jours », précise-t-elle, tenant manifestement un décompte précis du temps écoulé depuis sa chute. L’occasion aussi pour elle de brosser un tableau très sombre de l’état de la France à mi-mandat de François Hollande : « L’économie s’enfonce, l’extrême-droite poursuit sa progression et la gauche a subi deux défaites électorales d’ampleur historique. » Du temps où elle était ministre de l’Écologie, elle avait eu de sérieuses divergences avec Arnaud Montebourg, notamment sur le gaz de schiste. Elle n’est pas non plus partisan, comme l’est Benoît Hamon, d’une relance de la croissance pour la consommation. Pour autant, elle juge leur départ, en particulier celui d’Arnaud Montebourg « porteur d’un grand danger: celui de l’émiettement de la gauche qui conduira à sa destruction. » Delphine Batho s’en dit persuadée, Hollande et Valls ont offert la tête de Montebourg au monde de la finance : « Les milieux financiers et bancaires la voulaient, ils l’ont eue […] Il est significatif que la politique économique de la France ne soit plus dans les mains d’un élu du peuple mais d’un technocrate devenu banquier d’affaires qui ne s’est jamais confronté au suffrage universel », commente-t-elle, taclant le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Faut-il comprendre qu’elle refusera de voter la confiance au gouvernement Valls 2 ? Non, finit-elle par lâcher quand on l’interroge : « Jamais je ne prendrai la responsabilité de provoquer une dissolution. Mais ce n’est pas une approbation de la politique gouvernementale. » Delphine Batho persiste à vouloir changer les lignes de l’intérieur. Elle annonce qu’elle va rencontrer sous peu ceux qui au sein de la gauche partagent ses désaccords en vue « d’un rassemblement ». A la mi-octobre, elle fera paraître chez Grasset « L’Insoumise » où elle témoigne de son expérience de ministre. Mais au fil des 220 pages, assure-t-elle, il ne s’agira pas juste de raconter un vécu : « Ce sera aussi un livre pour dire quoi faire. »

 

0 Réponses à “La gauche menacée de destruction (Delphine Batho)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol