En Suisse , Sarkozy en fait trop

En Suisse ,  Sarkozy en fait trop

Comme d’habitude Sarko en faiat trop ; certes il a critiqué avec raiosn le système financier suisse mais il s’est égaré en critiquant le système politique helvète et son orientation. Dans un entretien accordé au quotidien suisse Le Matin, l’ancien président helvétique, Adolf Ogi, critique vivement l’attitude de l’ancien président français. Adolf Ogi reproche à Nicolas Sarkozy, invité du Swiss Economic Forum d’Interlaken - un « mini-Davos » – organisé ce vendredi 6 juin, d’avoir « kidnappé » la conversation et transformé un débat en « one-man-show ». Le différend avait été révélé par le journal SonntagsBlick. « Nicolas Sarkozy a fait son numéro. Il a plu, par sa rhétorique, ses mimiques. Il s’est imposé, donnant le spectacle qu’il voulait donner, explique-t-il au quotidien. Mais le pauvre journaliste n’a pas su poser ses questions ». Inquiet de la tournure de la discussion, l’ancien chef d’État helvétique intervient : « En tant que président du Forum, je devais m’assurer que tout se passe bien, explique-t-il au Matin. Monsieur le président, je ne suis pas journaliste, a-t-il alors dit à Nicolas Sarkozy. Je ne souhaite pas entrer dans le petit jeu des questions-réponses. Comme vous je suis un ancien président », commence-t-il. Il est allé trop loin. Il fallait dire stop Adolf Ogi au sujet de Nicolas Sarkozy . Après avoir précisé que le débat devait se dérouler sur « un pied d’égalité », Adolf Ogi rend la parole à l’ancien président français. Nicolas Sarkozy aurait alors fortement remis en cause le système et les choix politiques suisses. « Il s’est mis à expliquer que la Suisse devait entrer dans l’Union européenne, ajoute Adolf Ogi. Qu’un pays ne peut pas être gouverné par un président qui change chaque année. Ou que notre système avec 7 conseillers fédéraux est inefficace ». « Il est allé trop loin. Il fallait dire stop. Je l’ai interrompu. Si une personne se montre irrespectueuse envers notre pays, je ne laisse pas passer, affirme-t-il. C’est le cas lorsque j’étais au Conseil fédéral (1988-2000). C’est toujours le cas aujourd’hui. Et ce le sera demain. La Suisse ne doit jamais se laisser marcher sur les pieds. Nous devons discuter d’égal à égal avec tout le monde », a-t-il conclu.

0 Réponses à “En Suisse , Sarkozy en fait trop”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol