Archive mensuelle de mai 2014

Page 5 sur 16

UMP- Affaire Bygmalion : d’autres entreprises impliquées

UMP- Affaire Bygmalion : d’autres entreprises impliquées

L’affaire Bygmalion pourrait s’étendre à d’autres entreprises. Soupçonnée d’avoir surfacturé l’organisation de meetings de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, l’entreprise fait l’objet d’une enquête. Cette société, fondée par deux proches de Jean-François Copé, patron de l’UMP, aurait touché au moins 8 millions d’euros pendant la campagne de 2012. La cellule anti-blanchiment de Bercy, Tracfin « a été saisie de vérifications bancaires sur au moins trois sociétés de prestations annexes », selon les informations de M6. Elles auraient fourni du matériel vidéo et de sonorisation à Bygmalion pour des meetings de l’ancien Président de la République. Les dirigeants et les actionnaires de ces entreprises seraient des proches de l’UMP ou de son ancêtre le RPR, explique M6. Le site ajoute que « Tracfin épluche les comptes bancaires de ces entreprises pour s’assurer qu’il n’existe pas « de surfacturations ou de mouvements bancaires anormaux ».

Accord transatlantique : Angela Merkel malmenée

Accord transatlantique : Angela Merkel malmenée

Le projet suscite une hostilité croissance en Allemagne et Angela Merkel a elle-même été malmenée lundi par un groupe d’opposants lors d’un meeting électoral à Hambourg.  Les Verts et Die Linke (La gauche), tous deux dans l’opposition, y sont farouchement opposés. Beaucoup craignent que l’accord ne se traduise par un recul en matière de protection de l’environnement et de défense des consommateurs, mais la chancelière juge ces craintes injustifiées. Les révélations d’Edward Snowden sur l’étendue des programmes de surveillance de l’Agence de sécurité nationale (NSA) ont largement contribué au scepticisme de l’opinion à l’égard du TTIP. Angela Merkel elle-même aurait été mise sur écoutes.   »L’opacité autour de la NSA n’est pas favorable aux discussions sur un accord économique », a-t-elle reconnu vendredi.  Selon les observateurs, les Etats-Unis vont devoir faire des concessions en ce qui concerne le respect de la vie privée dans le cadre des discussions sur l’accord de libre-échange.  

 

Croissance :forte hausse en Allemagne

Croissance : hausse en Allemagne En France la croissance est à plat, pas en Allemagne. Sur la tendance on attend à peine 0.8% en France et 2.5% pour 2014. Des investissements et des dépenses de consommation soutenus ont permis à l’Allemagne de connaître au premier trimestre sa croissance économique la plus forte en trois ans. L’Office fédéral de la statistique a confirmé une précédente estimation de 0,8% de croissance CVS d’un trimestre sur l’autre et de 2,5% en rythme annualisé. Il confirme également, par là-même, un doublement de la croissance en base trimestrielle par rapport au taux de 0,4% enregistré au dernier trimestre de 2014. Mais cette croissance a également tiré parti d’un élément ponctuel, à savoir un hiver particulièrement clément, et les économistes pensent qu’elle ralentira par la suite, un diagnostic que paraît confirmer l’indice Ifo du climat des affaires publié comme le PIB ce vendredi. Cet indice est tombé en mai à son niveau le plus bas de l’année, ressortant à 110,4 contre 111,2 en avril et contre 110,9 attendu. « Une pause est survenue dans l’économie allemande en mai », a commenté le président de l’Ifo Hans-Werner Sinn. Le recul de l’indice, dû pour partie aux répercussions de la crise ukrainienne, a dit Klaus Wohlrabe, économiste de l’Ifo, a envoyé l’euro à un plus bas de trois mois contre le dollar. Les sous-indices mesurant l’évaluation que font les entreprises de la situation actuelle et de celle à venir ont tous deux fléchi. « Les chiffres du jour envoient deux messages: pour l’instant, l’économie allemande continue de faire cavalier seul, au moins dans la zone euro », dit Carsten Brzeski (ING), ajoutant toutefois qu’aucune économie « n’est invincible éternellement ».

Actu , économie, politique, société: pages les plus lues

  • Actu , économie, politique ,société: pages les plus lues

 

 

 

 

Débat européennes à la télé : un révélateur des incompétences

Débat européennes à la télé : un révélateur des incompétences

Sur France 2, le grand débat des européennes à mis en lumière l’incompétence générale des participant surtout en matière économique. Paradoxalement, c’est l’écolo qui s’en est le mieux tiré (même si certains aspects relèvent de l’utopie). Pour le reste, les prestations ont été assez pitoyables, confuses, contradictoires (avec quelques lueurs parfois de lucidité sur les facteurs explicatifs de l’immigration ou sur les interactions des échanges économiques) ; La confirmation que le personnel politique n’est pas à la hauteur de l’enjeu. D e toute évidence les leaders politiques ne connaissent pas les dossiers, ni sur la France, ni sur l’Europe, ni sur environnement international. Un débat vraiment pitoyable de pros de la politique qui s’invectivent, mentent, ne cessent de se contredire. Ils sont coupés de réalités économiques et sociales, n’ont pas de compétence technique et comblent par la mauvaise foi permanente leurs insuffisances. Il faut dire auusi que l’animateur Pujadas n’a guère aidé à prendra de la hauteur (contrairement aux deux autres journalistes). Visiblement Pujadas ne sait pas non plus de quoi il parle. Pas vraiment une émission pour encourager les lecteurs à voter.

SONDAGE. Européennes: le PS représentera 6 % des électeurs

SONDAGE. Européennes: le PS représentera 6 % des électeurs

 

Compte tenu du nombre prévu d’abstentions et du score attendu, le PS va représenter environ 6% des électeurs. Autant dire qu’il se posera dès le lendemain de cette élection un réel problème de légitimité pour un parti, un gouvernement, un président qui ne représentent plus grand chose. La question récurrente qui va se poser mais qu’on ne veut pas traiter dans les médias légitimistes c’est quand il faudra demander à Hollande et à son équipe de partir. Le pays ne pourra pas supporter une telle incompétence jusqu’en 2017. La derrière invention de Hollande à savoir le retournement est déjà discrédité puisque malheureusement la croissance ne repart pas du tout au premier semestre. La légitimité se pose pour tous les partis car au mieux celui qui arrivera en tête ne représentera que de ordre de 10 % des électeurs. A la crise économique et sociale que nous vivons s’ajoutera donc une crise démocratique. Le rejet de toute la classe politique devra nécessairement déboucher un jour sur une remise à plat des institutions, en clair un grand balayage de l’oligarchie politique de droite comme de gauche, c’est à dire de ceux qui font de la politique un métier et qui en vivent. En attendant, pour sauver encore ce qui est possible en matière de croissance et d‘emploi un gouvernement d’urgence économique composé d’expert et d’acteurs économiques serait bienvenu permettre à la place de la mafia des énarques, des apparatchiks et des polytechniciens.

Renault va assembler sa berline Fluence en Malaisie

Renault va assembler sa berline Fluence en Malaisie

La nouvelle berline Fluence du constructeur automobile français Renault sera assemblée dans des usines implantées en Malaisie. Renault a annoncé ce jeudi 22 mai avoir signé un accord de fabrication avec Tan Chong Group pour l’assemblage de sa berline Fluence en Malaisie, dans le but d’assurer son développement dans ce pays et en Asie du Sud-est.   »Le lancement de Fluence est la première étape d’une phase d’accélération de la croissance de Renault en Malaisie », a indiqué le constructeur automobile français. Pour accompagner la mise en place de cet accord, Renault va augmenter la taille de son réseau local avec un objectif de 25 concessionnaires à l’horizon 2016. Le marché automobile malaisien a enregistré l’an passé une croissance de plus de 5%, avec la vente de 645.000 véhicules. Tan Chong Group était jusqu’à présent le distributeur exclusif des véhicules Nissan et Renault importés en Malaisie.

 

Alstom: un « plan C » avec capitaux français

Alstom: un « plan C » avec capitaux français
Il a raison de se secouer Montebourg car si Alstom disparait en tant qu’entreprise française, le fantasque ministre de l’économie pourrait disparaitre du paysage politique et rejoindre la troupe des humoristes de « on ne demande qu’à en rire de France 2. (Mais là on pourra auusi pleurer).  Montebourg a donc indiqué l’existence de ce « plan C » lors d’une rencontre, ce jeudi 22 mai, avec les syndicats d’Alstom au cours de laquelle il a réaffirmé son opposition aux offres en l’état des deux prétendants étrangers du groupe. « Nous avons mis à l’étude le plan C », a-t-il par ailleurs déclaré à Reuters en marge d’une visite à la Cité de la Mode et du Design, en précisant qu’il reposait sur des capitaux « de boîtes privées (et) peut-être de boîtes publiques ». « Le plan A c’est GE, le plan B c’est Siemens, le plan C c’est une solution ‘maison France’, a-t-il ajouté.   Selon Philippe Pillot, délégué syndical FO d’Alstom Transport, le ministre a indiqué clairement la veille que « ni l’offre de GE ni celle de Siemens ne lui conviennent » en l’état et qu’il était prêt à utiliser le décret récemment publié sur les acquisitions d’entreprises stratégiques pour les bloquer. « Il a dit qu’à sa demande, ses services étudiaient un plan C dans le style de celui qui a été fait en 2003″, a ajouté le syndicaliste en faisant référence au plan de sauvetage qui avait abouti à l’entrée de l’Etat français dans le capital d’Alstom à hauteur de 21% pour un montant, à l’époque de 720 millions d’euros.

 

Traité transatlantique : Fleur Pellerin se fout du monde

Traité transatlantique : Fleur Pellerin se fout du monde

 

 

Gonflée la secrétaire d’Etat aux commerce extérieur, d’abord elle avoue qu’elle aurait faire davantage de pédagogie sur le traité avec les Etats-Unis alors que le contenu de cet accord est totalement secret. Personne n’a osé en parlé pendant la campagne sauf les opposants. Un traité stratégique qui finalement est négocié sans mandat, sans contrôle et surtout sans vision.  La secrétaire d’État au Commerce extérieur, était l’invitée de BFM Business ce lundi 19 mai. Elle est revenue sur la diplomatie économique et le traité transatlantique en cours de négociation. , Fleur Pellerin est revenu sur le traité transatlantique . Et elle a fait, au nom de la classe politique, son mea culpa. « Nous aurions dû faire davantage de pédagogie ». La situation est compliquée: ce traité est négocié en toute confidentialité, mais certains pays comme la France demandent sa publication officielle. D’ailleurs, la secrétaire d’Etat salue le fait que le texte ait fuité sur internet. Concernant ce traité, Fleur Pellerin a essayé de rassurer les Français. Elle a expliqué que plusieurs lignes rouges ont été fixées et qu’en dernier recours, c’est le Parlement qui décidera de le ratifier ou non. « Si les lignes rouges ont été franchies, le Parlement ne le ratifiera pas ».

Chômage: 100.000 chômeurs en plus en 2014

Chômage: 100.000 chômeurs  en plus en 2014

D’après l’Unedic, la France va enregistrer d103.000 demandeurs d’emploi en catégorie A (sans aucune activité) en plus pour l’ensemble de l’année contre 174.800 en 2013. En 2015, le nombre continuerait de croître mais beaucoup moins, avec 60.100 personnes supplémentaires. Toutes catégories confondues, le nombre de demandeurs d’emploi augmenterait de 120.300 en 2014 et 133.900 en 2015, après 232.000 en 2013, selon les prévisions de l’Unedic. Ce dernier a par ailleurs abaissé sa prévision de déficit pour l’assurance-chômage, qui serait ainsi de 3,7 milliards d’euros pour cette année et 3,6 milliards pour 2015. Auparavant, il anticipait 4,3 milliards d’euros de déficit pour cette année. L’Unedic s’attend, pour la suite, à une confirmation de la tendance à la stabilisation du déficit en 2016, année à la fin de laquelle celui-ci serait encore de 3,6 milliards d’euros.  En parallèle, la dette de l’assurance-chômage s’élèverait à 21,3 milliards d’euros en 2014. La précédente estimation faisait état d’un chiffre de 22,4 milliards. Pour 2015, l’endettement passerait à 24,9 milliards d’euros avant de s’élever à 28,6 milliards d’euros l’année suivante.  Cette révision à la baisse du déficit et de la dette trouve son explication dans la nouvelle convention sur l’indemnisation des assurés, négociée en mars dernier par les partenaires sociaux. L’Unedic base ses prévisions sur des hypothèses de croissance plus faibles que celle du gouvernement, avec notamment 0,8% pour 2014 (contre 1% pour l’exécutif), 1,3% pour 2015 (1,7% pour le gouvernement) et 1,5% en 2016.

 

GE met en demeure Alstom de décider

GE met en demeure Alstom de décider

L’américain General Electric, candidat au rachat des activités énergie d’Alstom, a annoncé jeudi accorder un délai de trois semaines supplémentaires au groupe français pour examiner son offre. Répondant à une demande du gouvernement français qui souhaite une proposition améliorée de GE, le groupe américain explique avoir accepté que la date butoir soit repoussée du 2 au 23 juin, ce qui pourrait également permettre à l’allemand Siemens de concrétiser son intention de faire lui aussi une offre. « A la demande du gouvernement français, nous avons convenu, en concertation avec Alstom, de prolonger le délai d’étude de notre offre par le conseil d’administration d’Alstom jusqu’au 23 juin », fait savoir GE dans un communiqué. « Nous avons pris cette décision pour permettre d’approfondir les discussions constructives que nous avons actuellement avec le gouvernement », poursuit le groupe américain. Le Ministre de l’Economie Arnaud Montebourg s’est félicité dans un communiqué de cette décision, ajoutant qu’il était « dans l’intérêt de tous de travailler efficacement et rapidement à la recherche d’une solution, dans les meilleurs délais, avant le 23 juin ». « Ce délai va permettre au gouvernement d’examiner avec General Electric et Alstom les voies et moyens de répondre aux questions posées par l’opération (…) », a-t-il poursuivi.  A New York où il participait à une conférence, le directeur général de GE Jeff Immelt a dit s’attendre à une issue favorable. « C’est un accord qui pourra être mis en œuvre. C’est un accord pour lequel nous avons de l’expérience. C’est un accord que nous entendons conclure », a-t-il déclaré, ajoutant que GE « savait ce qu’il faisait ».

 

PSA : délocalisation en Slovaquie

PSA : délocalisation en Slovaquie

La Citroën C3, en version berline, est aujourd’hui fabriquée intégralement à Poissy (Yvelines) depuis la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), son ancien site de production. « Nous démarrons les opérations techniques sur le nouveau modèle Citroën dans les semaines qui viennent (…) ce sera dans l’Est de l’Europe, à Trnava », a indiqué à Reuters une source proche du dossier. Deux autres sources proches de PSA ont confirmé la décision de produire la future C3 en Slovaquie, où le groupe assemble déjà la version monospace C3 Picasso ainsi que la Peugeot 208. Héritière des célèbres AX et Saxo, la première génération de la Citroën C3 a été lancée en 2002, la deuxième en 2009 et la troisième, qui devrait arborer les nouveaux codes de la marque – notamment les « Airbumps », les protections latérales molles inaugurées cette année sur C4 Cactus – pourrait suivre en 2016 ou 2017. « Le remplacement de la C3 n’est pas d’actualité et nous ne communiquons jamais notre plan produit à l’avance », a déclaré un porte-parole de PSA. Il a également rappelé que dans le cadre du contrat de compétitivité signé l’an dernier avec ses syndicats, le groupe s’était engagé à préserver tous ses sites en France en leur attribuant au moins un nouveau modèle sur la durée de l’accord. Dans le cadre du redressement financier du constructeur, Carlos Tavares, président du directoire de PSA, et son prédécesseur Philippe Varin, ont déclaré à plusieurs reprises qu’il n’était plus rentable à leurs yeux de produire des petites voitures à grand volume en France en raison de la concurrence qui fait rage sur ce segment. Renault, par exemple, a déjà délocalisé une grande partie de la production de ses Clio en Turquie. Les syndicats attendent de Carlos Tavares, en déplacement vendredi à Poissy dans le cadre de son tour des usines, qu’il leur donne des précisions sur le ou les modèles qui succéderont à la C3 sur ce site. Il emploie actuellement environ 5.000 personnes et perdra une de ses deux lignes de production l’an prochain dans

 

La croissance à plat pour le deuxième trimestre

La croissance à plat pour le deuxième trimestre

 

Finalemenet le fameux retournement de Hollande n’aura pas lieu en 2014, la France aura même du mal à atteindre 0.8% de progression du PIB. Après une croissance qui a été nulle au premier trimestre, l’économie française se dirige encore vers une période de vaches maigres. Les indicateurs de conjoncture publiés ce jeudi 22 mai le confirment un peu plus. Le premier d’entre eux est l’indice PMI composite publié par la société Markit pour le mois de mai. A 49,3 points il accuse une baisse de près de 1 point par rapport au mois d’avril (50,6 point). Surtout ce chiffre passe sous la barre des 50 points, censée marquer la limite entre l’expansion et la contraction de l’économie. Dans le même temps, la zone euro dans son ensemble continue à se montrer dynamique, avec un chiffre de 53,9 points en mai, presque stable (54 points). « Après la stagnation du PIB observée sur le premier trimestre, les performances de l’économie française devraient continuer de décevoir au deuxième trimestre », anticipe Jack Kennedy, économiste de Markit. De son côté l’Insee a, ce même jeudi, publié le climat des affaires dans l’industrie pour le mois de mai. Le verdict est moins douloureux puisque cet indicateur s’inscrit en très légère baisse, à 99 points, contre 100 points en avril. Au final que retenir de ces chiffres? « Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle mais ce n’est pas non plus inattendu », commente Jean-Christophe Caffet, économiste chez Natixis. « Ces indicateurs confirment ce que nous pensons depuis un moment c’est-à-dire que la France va sous-performer la zone euro ». Pour expliquer ce phénomène, l’économiste souligne l’impact des réformes structurelles et des « ajustements macroéconomiques qui ne font que commencer. Ils créent de la croissance potentielle à long terme mais ce n’est pas sans sacrifice à court terme ». « C’est pour cela que tout le discours autour du retournement économique est contre-productif », ajoute-t-il. Mais Jean-Christophe Caffet souligne bien que la France ne va pas « retomber en récession » mais bien « connaître encore pour un moment une croissance molle

Actu-économie, politique, société: infos les plus lues

Actu-économie, politique, société: infos les plus lues

 

 

 

Pôle emploi condamné à verser 23.373 euros à un ex salarié

Pôle emploi condamné à verser 23.373 euros à un ex salarié

 

On savait déjà que Pôle emploi ne servait à rien pour les chômeurs mais on ignorait que cette administration ne respectait pas la réglementation pour ses propres salariés. Pôle emploi a été condamné par les prud’hommes à verser 23.373 euros à une de ses ex-salariées qui a enchaîné des contrats aidés pendant quatre ans sans être accompagnée dans sa recherche d’emploi. Pôle emploi n’a pas souhaité faire de commentaire. Requalifiée en CDI. La plaignante, âgée de 59 ans, a travaillé en tant qu’agent administratif à l’agence Pôle emploi de Chelles (Seine-et-Marne) du 1er novembre 2007 au 31 octobre 2011, en contrat d’avenir puis en contrat unique d’insertion (CUI). Dans son jugement prononcé le 10 avril, le conseil de prud’hommes de Paris a ordonné la « requalification » de ces contrats en contrat à durée indéterminée (CDI), « en l’absence de démonstration par l’employeur du respect des obligations (…) de formation et d’accompagnement professionnel », et a requalifié la rupture de contrat en « licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse ». La directrice de l’agence déboutée. Pour la défense de Pôle emploi, la directrice de l’agence de Chelles, tutrice de la salariée, avait fait valoir que la plaignante « avait accès aux propositions de postes » de Pôle emploi, selon le jugement. La directrice territoriale déléguée de Pôle emploi a pour sa part assuré avoir fait parvenir « deux numéros d’offre d’emploi » à la plaignante le 31 octobre 2011, au dernier jour de son dernier contrat avec Pôle emploi. « Ces faits ne peuvent être analysés comme des actions d’accompagnement personnalisé », leur oppose le jugement. Un jugement pour « tous les contrats aidés ». Bénéficiant d’aides publiques, les contrats aidés prévoient un accompagnement professionnel et des actions de formation professionnelle de la part de l’employeur. Ces contrats sont destinés à favoriser le retour à l’emploi des personnes rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle. Le syndicat SNU Pôle emploi Ile-de-France, qui a accompagné les démarches de l’ex-salariée, a affirmé mardi dans un communiqué que « ce jugement a vocation à s’appliquer à tous les contrats aidés de Pôle emploi ».

Cotisations sociales : dégressivité

Cotisations sociales : dégressivité

 Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre des Finances Michel Sapin ont annoncé une nouvelle série d’allègements pour tenir compte de l’engagement présidentiel de supprimer sur 3 ans l’équivalent de la cotisation famille versée par les entreprises (soit 30 milliards d’euros). Pour ce faire, le Premier ministre a décidé plusieurs mesures. D’abord, la suppression totale des cotisations patronales de sécurité sociale encore existantes au niveau du Smic dès le 1er janvier 2015. Actuellement, avec les allègements Fillon, les entreprises de moins de 20 salariés disposent déjà d’un allègement de cotisations patronales qui atteint 28,1 points et celles d’une taille supérieure, environ 26 points. Le nouvel allègement Valls/Sapin va permettre de porter ces taux d’allègements à environ 30 points (soit la totalité des retenues patronales de sécurité sociale sur un salaire brut au niveau du Smic). Etant entendu qu’il restera encore à la charge des entreprises les cotisations « hors-Sécu », retraites complémentaires et chômage notamment. Autre annonce, Manuel Valls veut aussi accentuer les allègements Fillon existants de façon dégressive jusqu’à 1,6 Smic. Et ce n’est pas fini, pour favoriser la compétitivité, le pacte de responsabilité prévoit aussi un nouvel allègement de 1,5 point (sur la cotisation famille) pour les salaires compris entre 1,6 et 3,5 Smic. Mais le pacte de responsabilité – plus exactement son pendant, côté salarié, le pacte de solidarité – prévoit encore une autre mesure totalement novatrice. Le Premier ministre a en effet prévu de baisser dès 2015 les cotisations sociales des salariés les plus modestes. Il a évoqué un gain annuel net pour un salarié rémunéré au Smic d’environ 500 euros par an. Mais même au-delà du Smic il y aura une diminution dégressive des cotisations salariales et ce jusqu’à 1,3 Smic (environ 1.878 euros brut mensuel). C’est la première fois que les cotisations salariales seraient à leur tour concernées par la dégressivité

 

Plus de soleil, moins de télé

Plus de soleil, moins de télé

 

On constate une baisse anormale de la durée d’écoute de la télévision depuis le début de l’année : 8 minutes en moins à fin avril, par rapport à la même période de l’an dernier. Du jamais vu. Sur les quatre premiers mois de 2014, les Français ont passé 3h45 par jour devant leur petit écran. Déjà, sur l’ensemble de l’année 2013, ils avaient moins regardé la télévision  : 4 minutes de moins qu’en 2012. Une telle baisse était une première depuis cinq ans et le plus fort recul enregistré depuis vingt ans sur une année. A relativiser cependant, car la télévision avait réalisé sa meilleure performance historique en 2012 (3 h 50) grâce à l’élection présidentielle, aux Jeux Olympiques et à l’Euro de football.  Ce qui est plus inquiétant aujourd’hui, c’est que non seulement la baisse constatée en 2013 se poursuit en 2014, mais qu’elle s’accélère. « Il faut remonter à l’arrêt de la 5, en 1992, pour trouver un tel recul. Depuis, l’audience n’a cesser d’augmenter, à part des reculs ponctuels en 2006, 2008 et 2013 », explique Philippe Nouchi, directeur de l’expertise média de VivaKi Exchange. C’est d’autant plus étonnant que six nouvelles chaînes ont été lancées sur la TNT en décembre 2012 et que l’institut Médiamétrie ajoute depuis 2011 dans sa mesure d’audience la part réalisée en différé par les chaînes de télévision (les programmes enregistrés et donc regardés en décalé par le téléspectateur).

Valls : même avec la déroute aux européennes pas de nouveau gouvernement

Valls : même avec la déroute aux européennes pas de nouveau gouvernement

Une déclaration de Valls teintée d’inquiétude. En effet Le Premier ministre français a confié à des journalistes, que, même en cas de très mauvais score du parti socialiste dimanche prochain, il n’y aurait « pas de changement de gouvernement » ni de « majorité » ni de « ligne économique ». « Nous avons besoin de muscler notre économie ». Si tous les sondages donnent, pour l’heure, le Parti socialiste en troisième position, loin derrière l’UMP et le FN, Manuel Valls ne regrette pas la politique menée et les économies souhaitées par son gouvernement : « moi, je crois que les Français, depuis quelques jours, quelques semaines, avec les choix que nous avons faits, de soutien au pouvoir d’achat avec la baisse d’impôt (…) comprennent peut-être mieux la politique qui est la nôtre », a-t-il espéré, avant d’estimer avoir « fait le choix de la vérité (…) Nous devons aussi faire des réformes. Nous avons besoin de muscler notre économie, de restructurer notre pays pour peser davantage en Europe. Nous verrons ce que les Français diront dimanche, mais moi je me bats pour les convaincre », a poursuivi le chef du gouvernement.

 

Immigration : Sarkozy veut annuler Schengen

Immigration : Sarkozy veut annuler  Schengen

Dans une tribune publiée jeudi dans le Point, Nicolas Sarkozy détaille sa vision de l’Europe, à quatre jours des élections européennes. En voici les principaux extraits.  Le texte de Nicolas Sarkozy débute par un plaidoyer pour l’Europe. L’Union européenne « nous protège des dérives idéologiques de nos gouvernants et des majorités qui les soutiennent », assure-t-il. Avant de détailler : « Imaginons tel ou tel de nos responsables d’aujourd’hui libre d’appliquer sans limite son idéologie fermée aux réalités du monde du 21e siècle. La dérive à laquelle nous assistons serait pire encore. Impôts sans limite, dépenses publiques sans frein ni contrôle, déficits explosés, nivellement généralisé… »  Nicolas Sarkozy plaide également dans cette tribune pour la création d’ »une grande zone économique franco-allemande cohérente et stable au cœur de la zone euro ». Cette dernière « nous permettra d’abord de mieux défendre nos intérêts face à la concurrence allemande en gommant nos handicaps fiscaux et sociaux ». Elle « nous permettra ensuite de prendre le leadership des dix-huit  pays qui composent l’union monétaire », explique l’ancien chef de l’Etat.  Nicolas Sarkozy appelle à un la mise en place d’un Schengen II. « C’est une évidence qu’il faut suspendre immédiatement Schengen I et le remplacer par un Shengen II auquel les pays membre ne pourraient adhérer qu’après avoir adopté une même politique d’immigration », explique-t-il. Avant d’ajouter : « Ainsi serait-il mis fin au détournement de procédure qui permet à un étranger de pénétrer dans l’espace Schengen, puis, une fois cette formalité accomplie, de choisir le pays où les prestations sociales sont les plus généreuses ».   

 

Isabelle Balkany en garde à vue

Isabelle Balkany en garde à vue

Isabelle Balkany, épouse du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, a été placée en garde à vue selon M6. En cause, une affaire financière portant sur le patrimoine du couple. « Un mouvement d’argent suspect arrivant sur le compte des Balkany » aurait été observé par les enquêteurs, rapporte le site M6 info / MSN. Selon la chaîne, l’ancienne conseillère générale et vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine se trouverait actuellement « dans les locaux de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) à Nanterre ». Patrick Balkany est déjà la cible d’une enquête préliminaire ouverte à Paris pour « blanchiment de fraude fiscale », soupçonné d’avoir dissimulé au fisc des avoirs à l’étranger. L’édile avait été condamné en 1996 à quinze mois de prison avec sursis et deux ans d’inéligibilité pour avoir utilisé trois employés municipaux exclusivement occupés à le servir dans son appartement et sa résidence secondaire.

1...34567...16



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol