Européennes : voter pour quoi ; pour qui ?

Européennes : voter pour quoi ; pour qui ?

 

Les élections européennes sont évidemment une parodie de démocratie. Il ne s’agit que du vote du parlement et non de la gouvernance de l’union européennes qui est assurée d’une part par les chefs d’état, d’autre part par les technocrates de Bruxelles (et ses 55 000 fonctionnaires). Aujourd’hui en fait c’est Merkel qui dirige politiquement, Merkel favorable à l’élargissement débridé car c’est favorable au commerce allemand, Merkel favorable à l’indépendance et à l’immobilisme de la BCE , , Merkel favorable au traité commercial avec les Etats –Unis car tout cela est favorable à l’Allemagne. L’Allemagne n’est certes pas responsable des faiblesses de la France mais elle refuse tout renoncement à l’austérité, tout plan de relance et toute réelle solidarité. Un seul exemple la France embourbée au Mali et en Centrafrique n’a reçu de l’Europe d’une poignée de renfort. Autre exemple celui de l’Ukraine où l’Allemagne freine des autres fers pour ne pas pénaliser son commerce avec les russes. L’Allemagne a certes des vertus, sa productivité, la compétitivité de son industrie, son dialogue social mais elle est assez indifférente au développement des autres. A 28 pays l’Europe est ingouvernable et Merkel peut facilement jouer sur les contradictions pour imposer son point de vue y compris à la France complètement inexistante notamment avec Hollande. Il est clair qu’il faut tout réformer dans cette Europe. Faire une Europe des cercles ( trois niveaux), une Europe resserrée à 5 ou 6 pays qui s’engagent dans des politiques industrielle et énergétique communes, pour soutenir croissance et de l’emploi, une Europe des autres pays de l’Euro et une Europe des pays hors zone euro. Une Europe en fait à trois vitesses qui tient compte des différences économiques, sociales, environnementales notamment. Il est évident qu’il faut aussi restreindre le champ de compétences de la commission, la recentrer sur essentiellement la croissance et l’emploi et stopper la folie bureaucratique des fonctionnaires irresponsables (et couteuse) non seulement par le coût du fonctionnement administratif (9 milliards) mais par le coût de leurs décisions. L’Europe des 6 ou 7 pays pourrait se doter d’une gouvernance commue er réellement démocratique, ce qui impliquerait les mêmes listes de candidats dans ces pays (des listes transnationales). Cela pour conférer une vraie légitimité à ceux qui ont en charge la gestion européenne. Dans le cadre actuel la question se pose donc de savoir pour quoi voter mais auusi pour qui ? Aucun parti n’emporte vraimenet l’adhésion d’une majorité, et le FN est le réceptacle de tous es mécontentements y compris les plus contradictoires et parfois les plus contestables. Se pose auusi la question de la sociologie de candidats pour la plupart des apparatchiks complètement incompétents en matière économique et social. A cet égard le débat sur France 2 était assez pathétique. Bref il faut foutre un coup de pieds dans la fourmilière. Malheureusement le vote sera surtout un vote de contestation dans toute l’Europe et non un vote de construction. Pour autant l’Europe demeure un magnifique projet mais il a été détourné par la mafia des oligarques (politiques et administratifs) .

0 Réponses à “Européennes : voter pour quoi ; pour qui ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol