Immobilier : la loi ALUR à coté de la plaque

Immobilier : la loi ALUR à coté de la plaque

Pour les professionnels la loi ALUR va rater sa cible et même compliquer un peu plus la situation. Une loi pavée de bonnes intentions mais en réglementant on  risque de décourager un peu plus. Encadrement des loyers, locations meublées, garantie universelle des loyers… La loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (dite loi ALUR) a été publiée au Journal officiel le 26 mars 2014.  Ce texte, initié par l’ancienne ministre du Logement Cécile Duflot vise à faciliter l’accès au logement locatif. Avec l’encadrement des loyers dans les zones où les prix flambent, c’est l’inverse qui risque de se produire, estime le directeur général la société d’annonces immobilières De Particulier à Particulier(PAP).   »Un investissement immobilier, ça rapporte brut environ 4% par an, rappelle Jean-Michel Guérin. Une fois que l’on a enlevé les impôts, il reste 2%. Si on réduit encore ce ratio de rentabilité, il est possible que les bailleurs se disent : ‘Je ne vais pas m’embêter à chercher un locataire et me lancer dans des travaux. À ce prix-là, je vais prendre une assurance-vie et cela me rapportera la même chose !’ » Il explique que nombre de bailleurs ont déjà fait part de leur intention de vendre leur logement. En revanche, la loi ALUR prévoit des dispositifs pour apaiser les relations entre propriétaires et locataires. C’est le cas des grilles de vétusté. Pour Jean-Michel Guérin, c’est positif. Il prend le cas d’une moquette tachée. Le propriétaire peut demander le remplacement de la moquette usée.  « Désormais, le locataire ne participerait au remboursement qu’à hauteur de 30% ou 50%, parce que la moquette a un certain âge », indique Jean-Michel Guérin, qui parle d’une « bonne chose ». La restitution de garantie ne pourra alors plus dépasser un mois. Si l’on veut vraiment fluidifier le marché locatif, il n’ y qu’une seule solution : construire. Cela fait vingt ans que les gouvernements successifs promettent la construction de 500.000 logement par an. Et cela fait vingt ans qu’ils échouent à atteindre cet objectif.

 

0 Réponses à “Immobilier : la loi ALUR à coté de la plaque”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol