Affaires politiques : la justice déraille

Affaires politiques : la justice déraille

 

 

De toute évidence la justice en faiat trop. D’abord elle remet en cause le principe de confidentialité entre un accusé et son avocat ensuite elle viole le secret de l’instruction en laissant diffuser des informations qui relèvent du secret de l’instruction ( et juste avant les élections !). De là à penser que le gouvernement pousse au crime,  il   n’y a qu’un pas. Certes les affaires concernant Sarko méritent d’être instruites.  Si elles sont avérées, elles sont effectivement graves mais dans le respect du droit de la défense. Or aujourd’hui justice et politique connaissent un dangereux concubinage. Taubira se plante en voulant remettre en cause le principe de confidentialité concernant les avocats ; en effet l’écoute des avocats ne peut se justifier que s’ils sont soupçonnés de crimes ou délits, ce qui n’est  pas le cas dans les affaires en cause. Les écoutes sont donc illégales. D’où la réaction des avocats.  Dans les heures qui ont suivi la révélation, vendredi par Le Monde, de l’existence d’écoutes judiciaires visant l’ex-président et Me Herzog, un petit groupe de pénalistes de renom a lancé un appel aux pouvoirs publics. Ils pointent le « danger pour la démocratie de telles dérives et (…) l’impérieuse nécessité de protéger le secret professionnel, pilier de la profession d’avocat ».  Lundi, quelque 500 avocats s’y étaient associés, selon l’Association de défense des avocats pénalistes (Adap).  Les conversations entre un avocat et son client sont soumises à un principe de confidentialité. Mais il existe une exception, lorsque l’avocat est soupçonné d’avoir commis une infraction. Le juge doit alors disposer préalablement d’indices graves et concordants justifiant ses soupçons.  Or, en l’espèce, ces indices n’existaient pas, a estimé le Conseil national des barreaux (CNB), instance de représentation de la profession d’avocat. Du coup, a-t-il accusé, les juges d’instruction se sont livrés à un « détournement de procédure » en plaçant sur écoute Me Herzog: utilisation de la procédure sur le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy pour tenter de glaner d’autres éléments à charge sans rapport avec ce dossier.  Pour le CNB, les juges ont ainsi pratiqué la technique du « filet dérivant », à la manière des pêcheurs qui laissent traîner leurs filets « assez longtemps pour ramener quelque chose ».  En cause aussi, pour ces avocats, les perquisitions visant Me Herzog et la saisie de son téléphone professionnel. Un juge des libertés et de la détention a ordonné une expertise sur cet appareil, qui reste donc sous scellés.   »Il est certain que ces saisies et l’utilisation des écoutes vont être soumises à la chambre de l’instruction » de la cour d’appel « et, si nous sommes encore dans un Etat de droit, elle devrait annuler les écoutes et donc leur résultat », selon le CNB.  Patrick Klugman, élu parisien PS et avocat, s’était indigné dès samedi du traitement infligé à Me Herzog, qui « n’a cessé d’agir comme un avocat auprès de son client ». Dès lors, « il doit être protégé en tant que tel ».  Dans ce bras de fer qui s’esquisse entre avocats et magistrats, les deux camps en ont appelé lundi à François Hollande.

 

0 Réponses à “Affaires politiques : la justice déraille”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol