Montebourg attaque l’euro, on a peur !

Montebourg attaque l’euro, on a peur !

 

Quand on a Montebourg dans un gouvernement il n’est nul besoin d’une opposition. Hollande parle à droite et Montebourg à gauche, de quoi satisfaire toute le monde ou presque car personne n’est dupe Montebourg n’a strictement aucun pouvoir sinon celui du ministère de la parole ;  quand Montebourg parle, Hollande fait le contraire. Et quand il faut sauver les entreprise, Montebourg es aussi absent que Hollande. (Voir à cet égard la fameuse loi Florange promise par Hollande et qui est en train de finir en eau de boudin).  Le grand pourfendeur de l’euro fort a de nouveau frappé. Ce mercredi 5 février, Arnaud Montebourg s’en est encore pris au cours élevé de la monnaie unique. Lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes parlementaires (AJP), le ministre a ainsi déclaré que « la réforme de l’euro doit être l’un des grands thèmes des élections européennes ». « La grande explication aura lieu lors des prochaines élections européennes », a-t-il souligné, prévenant que les échéances électorales européennes risquent de se traduire par un vote sanction contre la politique de la Commission européenne. Favorable à « un programme de baisse de l’euro » et à « un retour à une parité raisonnable », le ministre a fait valoir qu’un euro « 10% moins cher, de 13 à 15 centimes de moins (…) aurait entre autres avantages de diminuer les déficits commerciaux et publics, « une arme dont nous ne devons pas nous priver ».  A la question de savoir s’il exprimait sa position personnelle ou celle du gouvernement, Arnaud Montebourg a rétorqué: «la position du gouvernement ». Imputant les difficultés de la zone euro à la conjugaison d’ »une politique budgétaire dure et d’une politique monétaire dure », il a vigoureusement plaidé pour un assouplissement de la politique monétaire européenne à l’image de la pratique de l’Angleterre, des Etats-Unis ou du Japon. Le ministre, qui s’en prend régulièrement à Bruxelles, a même désigné comme adversaire « l’idéologie autoritaire qui régente les cerveaux de la Commission européenne et d’un certain nombre d’Etats membres ». Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne. « L’euro n’est pas une propriété allemande  ni française, c’est une copropriété », a-t-il martelé.

 

0 Réponses à “Montebourg attaque l’euro, on a peur !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol