• Accueil
  • > Archives pour décembre 2013

Archive mensuelle de décembre 2013

Page 17 sur 17

Immatriculations autos : nouvelle chute en novembre

Immatriculations autos : nouvelle chute  en novembre

Alors que les professionnels attendaient une hausse, le marché accuse une nouvelle chute en novembre. Les immatriculations de voitures neuves en France ont rechuté en novembre, conséquence d’un effet de calendrier particulièrement défavorable et d’une demande toujours fragile, notamment pour les marques étrangères.  Il s’est immatriculé le mois dernier 138.298 voitures, soit une baisse de 4,4% par rapport au même mois de 2012, a annoncé lundi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) dans un communiqué. En données corrigées des jours ouvrables (CJO), les immatriculations ressortent en revanche sur le mois en hausse de 5,7%. « Nous avons à nouveau une baisse, mais il y a un effet jours ouvrables particulièrement marqué cette fois-ci, deux jours de moins, c’est beaucoup », a expliqué François Roudier, porte-parole du CCFA, à des journalistes en marge d’une conférence de presse. « C’est pourquoi nous maintenons notre prévision d’une baisse de 6% environ du marché sur l’année, d’autant que le mois de décembre devrait être meilleur. « En octobre, les immatriculations de voitures neuves en France avaient rebondi de 2,6% en données brutes et CJO. Le mois dernier, les constructeurs français ont tiré leur épingle du jeu grâce notamment à leurs nouveautés puisque le groupe PSA Peugeot Citroën a vu ses immatriculations augmenter de 4,5% en données brutes et le groupe Renault les siennes progresser de 3,8%, alors que les groupes étrangers ont accusé en moyenne une baisse de 12,9% et le groupe Volkswagen un recul de 9,5%.

 

Benoît Hamon:  » l’écotaxe pas supprimée »

Benoît Hamon:  » l’écotaxe pas supprimée »

 

 

Benoît Hamon, toujours à la recherche dune posture ultragauche a affirmé que l’écotaxe n’était pas supprimée. Curieux pour un ministre en charge de la consommation. En effet logiquement en finalité cette taxe perçue sur le prix du transport doit être répercutée sur le consommateur. Pas certain cependant et pas forcément totalement car la crise pourrait bien provoquer une détérioration des marges du transport français concurrencé par les pavillons étrangers dont les coûts sont très inférieurs aux coûts français.   Le ministre délégué à la consommation et à l’économie sociale, a rappelé, samedi 30 novembre sur Europe 1, que « l’écotaxe était suspendue et non supprimée », alors même que la fédération des transporteurs routiers OTRE appelle à une journée de blocage contre cette taxe, principalement en région parisienne. « Je ne vais pas dire aujourd’hui que l’écotaxe, c’est fini aujourd’hui, alors que c’est suspendu et transféré à une mission parlementaire », a-t-il souligné. Il a également rappelé que « la suspension de l’écotaxe, c’est environ 900 millions d’euros en moins pour des travaux d’infrastructures. Si on ne prélève pas avec l’écotaxe, il faut trouver une autre recette ». « On n’en est pas à chercher des alternatives immédiatement, mais les gouvernements doivent penser au jour d’après, et on ne pourra pas nous reprocher de n’avoir pas mis en place un impôt et que demain on tarde à faire revenir les sous nécessaires à la modernisation des infrastructures », a-t-il poursuivi. Un discours pour le moins confus et contradictoire.  vendredi 29 novembre, son collègue de l’Agriculture, Stéphane Le Foll avait évoqué sur BFMTV et RMC la date de janvier 2015 au mieux pour une application d’une écotaxe réformée. Le temps que les parlementaires étudient la question et que la prochaine loi de finances, celle de 2015 donc, intègre les changements.  Quelques heures après, Jean-Marc Ayrault avait réaffirmé que la suspension du prélèvement était acté le temps que les parlementaires aboutissent à une solution.

Nouvelle bulle immobilière en Europe ?

Nouvelle bulle immobilière en Europe ?

 

Une bulle immobilière en Europe, c’est possible mais avec des réalités  différentes. En Allemagne et à Londres, les prix augmentent dangereusement. En France c’est l’inverse, les prix chutent simplement parce qu’il n’y a plus d’acheteurs  (aux prix proposés) et que les banques ont resserré les conditions de crédit. A terme en tout cas, tout cela pourrait provoquer de fortes perturbations sur le marché. Ce week-end, Reikyavick a annoncé une mesure pour les ménages ayant contracté un emprunt immobilier indexé sur l’inflation: jusqu’à 24.000 euros de remise sur la somme à rembourser aux banques. Une décision qui n’est peut-être pas si isolée que cela. En effet, le spectre des bulles immobilières ressurgit en zone euro, alimenté peut-être par les politiques accommodantes des banques centrales européennes. C’est, en tous cas, un sujet de préoccupation au sein de la Banque centrale européenne, qui suit de très près l’évolution de certains marchés. Des taux très bas, des injections massives de liquidités, les deux ingrédients réunis sont-ils en train d’alimenter des bulles immobilières? Seule certitude: les prix sont en en train de flamber dans plusieurs pays européens. C’est à Londres que le phénomène est le plus spectaculaire, les prix ont grimpé de 10% en à peine 1 mois. En Allemagne, la hausse n’est pas comparable mais suffisante pour inquiéter la Bundesbank.Les prix ont grimpé de 20% en 3 ans dans toutes les grandes villes du pays, sur un marché immobilier où c’était pourtant le calme plat depuis des années. Selon le Bild, les taux sont tellement bas que de plus en plus d’Allemands en profitent pour acheter sans aucun apport.Le phénomène inquiète. Suffisamment, en tous cas, pour que la Banque d’Angleterre décide de lever le pied en fin de semaine dernière. Elle a décidé de suspendre toutes ses mesures qui favorisaient les crédits immobiliers.

 

Référendum mariage homo : la Croatie dit non

Référendum mariage homo : la Croatie dit non

 

Selon les résultats officiels portant sur les bulletins dépouillés dans près de 99% des bureaux de vote, 65,76% des Croates ont répondu « oui » à la question de savoir si le mariage devait être inscrit dans la Constitution comme « l’union entre un homme et une femme ».  A 15H00 GMT, soit trois heures avant la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation (26,75%) était bien inférieur à celui enregistré à la même heure (33,79%) au référendum sur l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne en 2012, et qui à la fin du vote avait été de seulement 43%.  Dans cette ex-république yougoslave de 4,2 millions d’habitants, tout récemment devenue membre de l’UE, l’Église catholique particulièrement influente a donné son plein soutien à l’organisation de cette consultation.   »Le mariage est le fondement de la famille et de la société. Les Croates ont le droit de dire si pour eux le mariage est l’union entre un homme et une femme », a déclaré dans la journée Zeljka Markic, présidente du collectif conservateur « Au nom de la famille » qui a été à l’origine de cette consultation.  Korana Horvat, une étudiante de 24 ans, a voté « non ».   »Aucune discrimination ne peut être bénéfique, elle ouvre plutôt la voie à de nouvelles discriminations », a-t-elle dit.  Le gouvernement de centre gauche dirigé par Zoran Milanovic avait appelé ces derniers jours les citoyens à voter contre un tel amendement.   »C’est un référendum triste et insensé (…) j’espère que c’est la dernière fois que nous aurons à organiser un tel scrutin de cette manière et sur ces questions », a déclaré M. Milanovic à la presse après avoir voté.   »La Constitution devrait préciser quelles sont les questions qui peuvent être soumises à un référendum et celles qui ne devraient pas en faire l’objet, qui représentent l’intimité de la famille », a-t-il ajouté.  Mais, pour le chef du principal parti d’opposition (HDZ, droite nationaliste), Tomislav Karamarko, voter « oui » signifie « protéger les valeurs traditionnelles ».   »Il ne s’agit pas de menacer les droits des autres, mais de maintenir notre droit d’être ce que nous sommes. Malheureusement, nous devons, pour ce faire, introduire dans la Constitution quelque chose qui est naturel », a-t-il fait valoir.  Pour sa part, le chef de l’Etat, Ivo Josipovic, a noté que « la question posée était d’ordre éthique et ne changerait pas grand-chose ».   »Le message et les résultats (du scrutin) doivent néanmoins être respectés », a-t-il dit.   »Je m’aperçois que l’on utilise des méthodes démocratiques pour menacer des valeurs fondamentales de la démocratie. C’est à la majorité qu’il revient de lutter pour les droits des minorités », a estimé Eugen Pusic qui milite pour la défense des droits de l’Homme.   »Des gens qui ne peuvent rien perdre et vivent déjà mariés, veulent dicter aux autres comment ils vont vivre », s’est indigné pour sa part l’acteur Vili Matula, qui a voté « non ».  La Croatie, qui a adhéré à l’Union européenne en juillet, a parcouru un long chemin depuis sa première Gay Pride, en 2002, lorsque les participants à la marche avaient été agressés par des extrémistes.  Depuis, l’attitude envers les droits des homosexuels s’est graduellement améliorée.  En 2003, la Croatie a accordé aux couples de même sexe les mêmes droits qu’aux hétérosexuels vivant en union libre, dont une sorte de reconnaissance de la communauté de biens.

Travail le dimanche : autorisé avec des limites ?

Travail le dimanche : autorisé avec des limites ?

 

 

Le rapport Bailly sera remis aujourd’hui mais le gouvernement pourrait finalement ne rien décider en laissant préfets et territoires le soin d’accorder simplement un doublement du jour d’ouverture exceptionnels. (Donc pas de nouvelles dérogations permanentes). De quoi mécontenter tout le monde pour des raisons opposées. Le ministre du Travail Michel Sapin a jugé dimanche nécessaire d’adopter « une souplesse ordonnée », alors qu’aujourd’hui règne selon lui un « désordre absolu » dans la législation sur le travail du dimanche.  La législation actuelle a montré ses limites, avec trop de distorsions selon les lieux et le type de commerce, amplifiées par la « loi Mallié » de 2009 qui a créé des zones touristiques et des « périmètres d’usage de consommation exceptionnel » (PUCE).  Après que Leroy Merlin et Castorama eurent bravé une décision de justice leur interdisant d’ouvrir en septembre et déclenché ainsi une polémique, M. Bailly s’était vu confier la mission de « clarifier le cadre juridique » du travail du dimanche.  Citant des sources proches du dossier, Les Echos ont indiqué vendredi qu’il devrait notamment proposer d’augmenter le nombre de jours dérogatoires que les maires peuvent accorder, passant de cinq dimanches aujourd’hui à « une dizaine » par an.  Il ne devrait pas en revanche préconiser d’étendre les dérogations permanentes, déjà pratiquées pour la jardinerie ou l’ameublement, à de nouveaux secteurs comme le bricolage.  Michel Sapin a esquissé sur BFMTV une piste pour concilier souplesse et règles : « Une des entrées en termes de souplesse, c’est de laisser de la place au dialogue territorial », a-t-il dit, en mentionnant les maires et les préfets, sans plus de précisions.  Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, avait lui un peu plus tôt appelé à « redéfinir les secteurs » pouvant ouvrir, « sans forcément élargir ». M. Berger a rappelé que « les salariés ne veulent majoritairement pas travailler le dimanche », citant une récente enquête de sa centrale, montrant qu’à 68% les salariés du commerce sont contre.  Les syndicats du commerce, notamment via l’intersyndicale parisienne Clic-P, attaquent à la chaîne les enseignes qui ne respectent pas la législation.  Une position que ne partagent pas les salariés du « Collectif des bricoleurs du dimanche », qui font pression pour avoir le droit de travailler le 7e jour de la semaine, consacré jour de repos en 1906.  Parmi eux se trouvent notamment des jeunes qui y voient la possibilité de concilier études et activité rémunérée, ou des moins jeunes qui mettent en avant des arguments économiques et s’insurgent contre les restrictions existantes, jugées obsolètes et contraires à l’évolution de la société.  29% des salariés travaillent habituellement ou occasionnellement le 7e jour, et seule une partie d’entre eux a droit à des majorations salariales.  Mais pour certains la sanctuarisation du dimanche reste justifiée pour préserver la vie de famille. « Le dimanche ce n’est pas un jour comme les autres, je suis contre la banalisation du dimanche », a estimé dimanche Michel Sapin.  La maire de Lille, Martine Aubry, a de son côté prévenu que les contraintes actuelles sur le travail du dimanche étaient une « digue qui ne (devait) pas reculer », selon des propos rapportés par ses proches. « Si on passe les bornes et on choisit la consommation plutôt que la famille, je m’exprimerai », aurait-elle lancé.  Les opposants à la généralisation du travail du dimanche — à commencer par les syndicats — objectent notamment que sa banalisation entraînerait la perte des majorations de salaires qui peuvent aujourd’hui exister. Ils soulignent aussi que le volontariat pourrait être remis en cause. Le tout ouvrant potentiellement la porte au travail de nuit.

Achat cigarettes à l’étranger : 10 cartouches autorisées

Achat cigarettes à l’étranger : 10 cartouches autorisées

Les députés vont voter cette semaine l’abrogation des quotas de cigarettes que les particuliers peuvent rapporter de l’étranger, affirme le « Journal du Dimanche». Les particuliers pourront rapporter jusqu’à dix cartouches de cigarettes par personne d’un pays étranger, après un vote des députés abrogeant les quotas, jeudi 5 décembre, a rapporté le Journal du Dimanche, ce dimanche. Une circulaire entrera en vigueur le 1er janvier 2014 pour permettre cette mesure, qui fixe à 50 cartouches la limite pour une voiture de cinq personnes, affirme le JDD. Les députés ont déjà adopté mercredi 27 novembre en commission la suppression des deux articles fixant les quotas d’importation, précise Le Figaro sur son site internet. Pour l’instant, les automobilistes n’ont droit qu’à cinq cartouches pour une voiture de cinq personnes. La limite est également fixée à 50 cigares par personne. Elle passera à 1.000 cigares par personne.

Ecotaxe-TVA : nouvelles manifs lundi

Ecotaxe-TVA : nouvelles manifs lundi

 

Plusieurs axes routiers seront « fortement perturbés » ce lundi matin, en raison d’un nouveau mouvement des routiers contre l’écotaxe et d’opérations escargot des centres équestres contre la hausse de la TVA. Des perturbations sont également annoncées en province. C’est déjà le cas dans le Nord. « Différer leurs déplacements et privilégier les transports en commun, et, pour les poids lourds, contourner les autoroutes » concernées. C’est ce que la préfecture de police conseille vivement aux automobilistes en évoquant de « fortes perturbations ».  Ainsi l’A13, l’A10, l’A6 a et b, l’A4, l’A1 et l’A170 ainsi que le périphérique parisien devraient être touchés jusqu’à 15h par les  opérations escargot des responsables des centres équestres, contre la hausse de la TVA de 7% à 20%. Sur l’A 4, à hauteur de Noisy-le-Grand, une trentaine de camions venus de la région parisienne doivent prendre la route peu après 8h. Mais le problème, ce lundi matin, c’est qu’il n’y a pas un mouvement de mobilisation mais deux. Ainsi les secteurs nord-ouest et est francilien seront aussi « fortement » touchés et l’A15 et l’A4 « fortement ralenties » par un nouveau mouvement des transporteurs routiers contre l’écotaxe.  Des perturbations également en province. Ainsi un barrage filtrant est en place ce lundi matin sur l’A25 entre Dunkerque et Lille.

BCE : c’est l’Allemagne qui paie la facture

BCE : c’est l’Allemagne qui paie la facture

La BCE menace l’euro, c’est lavis du ministre des fiances de la Bavière.  Le ministre des Finances du Land de Bavière a porté ce week-end une attaque d’une rare violence contre la Banque centrale européenne, en l’accusant de menacer la stabilité financière de la zone euro et de se livrer à une « expropriation silencieuse » de l’épargne des Allemands. La BCE a réduit début novembre son taux directeur d’un quart de point, à un plus bas historique de 0,25%, au risque de raviver l’inflation en Allemagne où la croissance est plus robuste que dans les autres pays de la zone euro. Dans une tribune publiée par le magazine Focus, Markus Söder, membre de l’Union chrétienne-sociale (CSU) – l’aile bavaroise de l’Union chrétienne-démocrate de la chancelière Angela Merkel – juge que cette mesure aura de « graves conséquences ». « La politique de taux d’intérêt bas peut devenir l’un des principaux problèmes financiers dans la zone euro », prédit-il. « Cela revient à prescrire un antidouleur de courte durée alors qu’il faut une thérapie de long terme pour avancer vers un ordre financier stable ». Certains responsables de la BCE ont évoqué d’autres mesures possibles telles que l’instauration d’un taux de dépôt négatif pour les banques, qui auraient ainsi à payer pour laisser dormir leur argent à la banque centrale plutôt que de le prêter, voire de faire tourner la planche à billets pour racheter des actifs sur le modèle de ce qui se fait aux Etats-Unis ou en Angleterre. Dans un pays qui n’a pas oublié l’hyperinflation des années 1920, nombre d’Allemands redoutent un retour de l’inflation mais en général la classe politique s’abstient de commenter les décisions de la BCE par respect pour son indépendance. Le taux d’inflation en Allemagne a accéléré à 1,3% en novembre, tout en restant à bonne distance de l’objectif de près de 2% de la BCE. Dans sa tribune, Markus Söder estime que la BCE cherche à aider les membres les plus faibles de la zone euro mais constate que l’épargnant allemand en « paie la facture. »

Actu-Economie, politique, société: infos les plus lues

Actu-Economie, politique, société: infos les plus lues  

 

Consommation des ménages : nouveau recul en septembre

 

Hollande veut lancer une concours mondial d’innovation…..pour trouver une politique ?

Hollande veut lancer une concours mondial d’innovation…..pour trouver une politique ?

 

Hollande veut lancer une concours mondial d’innovation technologique, pourquoi pas. L’urgence serait peut-être de lancer un concours d’innovation politique pour trouver une vision et une stratégie.  Curieux ces politiques qui avant les élections semblent connaître les solutions pour redresser le pays et qui finalemenet une fois au pouvoir se réfugient  derrière commissions, rapport, experts et autres appels à l’innovation. Deux exemples pour illustrer le propos. La fameuse taxe à 75% sur les riches finalement transformée en taxe sur les entreprises ; une fameuse innovation trouvée la veille d’un meeting pour gauchir un discours un peu palot. Même chose pour la reforme fiscale de Ayrault, elle aussi décidée dans la précipitation et même pas concertée avec Moscovici et Touraine. Une idée qui finira aussi en eau de boudin car la principale mesure à savoir la fusion CSG –IR présente davantage d’inconvénients que d’avantages (sans parler de sa complexité et de ses effets pervers) ; à moins évidemment que ce ne soit le prétexta pour élargir l’assiette et le montant global des prélèvements obligatoires. Il serait vraisemblablement utile que les politiques aient quelques idées pertinentes avant les élections !

Sondage – Duflot : arriviste, trop perso, bobo, arrogante

Sondage – Duflot : arriviste, trop perso, bobo, arrogante

 

 

Arriviste, trop perso, bobo, arrogante, la ministre écologiste Cécile Duflot est très impopulaire pour ces motifs  selon un sondage BVA réalisé pour Le Parisien Aujourd’hui publié dimanche qui indique que presque les trois-quarts des Français (74%) ont une mauvaise opinion d’elle, contre seulement 23% en ayant une bonne opinion. Une majorité de Français (54% contre 44%) est maintenant favorable à ce que les Verts quittent le gouvernement, comme en octobre dernier (56%) alors qu’ils y étaient opposés en septembre dernier (à 50%) et en décembre 2012 (à 55%).  Presque tous les sympathisants de droite ont une mauvaise opinion de Cécile Duflot (92%), mais aussi presque la moitié des sympathisants de gauche (47%, contre seulement 51% de bonnes opinions). 3% des sondés ne se prononcent pas.  La ministre du Logement est la personnalité politique la moins populaire parmi les 12 testées par BVA et dont Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, occupe la première place.  Les Français sont également très sévères sur son bilan au gouvernement puisque 69% des sondés trouvent qu’elle est « une mauvaise ministre » (contre 26%) et 69% des personnes interrogées trouvent qu’elle « est un handicap » pour le gouvernement alors que 26% pensent qu’elle est « un atout ». 5% des sondés ne se prononcent pas.  » et 48% un « handicap »  57% des sondés (contre 38%) considèrent aussi que Cécile Duflot a été « une mauvaise première secrétaire nationale » d’EELV et le même pourcentage (57%) « un handicap » plutôt qu’un atout pour EELV (contre 37%).  La ministre écologiste a une image personnelle très mauvaise: ils sont une majorité à la trouver « trop perso » (63% contre 25%), « arriviste » (60% contre 28%), « bobo » (58%, contre 29%), « incontrôlable » (55% contre 32%), « trop politicienne » (54% contre 34%), « arrogante » (52% contre 36%) et « sectaire » (51% contre 36%), alors qu?ils ne sont qu?une minorité à penser qu?elle « sait où elle va » (36% contre 51%) et à la trouver « sincère » (32% contre 57%), « sympathique » (31% contre 57%), « compétente » (30% contre 57%), « proche des gens » (24% contre 63%) et « charismatique » (17% contre 69%).  En dehors du chef de file des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé, encore moins populaire qu?elle (seulement 17% de bonnes opinions ), Cécile Duflot est la personnalité écologiste la moins populaire parmi les six testées. Elle est moins appréciée qu?Eva Joly (30%), Dominique Voynet (41%), Noël Mamère (40%) et surtout Daniel Cohn-Bendit (51%) et Nicolas Hulot (68%).

Sondage Mélenchon handicap pour la gauche… et Hollande ?

Sondage Mélenchon handicap pour la gauche… et Hollande ?

 

 

Curieux sondage qui consistent à demander aux français si Mélenchon est un handicap pour la gauche. Comme il critique le gouvernement la réponse est sans surprise, d’autant que Mélenchon  fait rarement dans la dentelle. . Une forte majorité de Français (72%) considère que Jean-Luc Mélenchon est « plutôt un handicap pour l’ensemble de la gauche » et à 61% qu’il a « tort d’employer des formules trop rudes », selon un sondage BVA pour l’émission CQFD Si les criques de Mélenchon sont effectivement un handicap, le véritable problème c’est Hollande. A quand un sondage pensez-vous que Hollande est le principal handicap pour la gauche ? La réponse est sans doute trop évidente pour être posée !

Écotaxe : encore des actions des routiers du collectif Spinelli

Écotaxe : encore des actions des routiers  du collectif Spinelli

Un collectif indépendant de chauffeurs routiers, qui a participé à la journée de blocage contre l’écotaxe samedi, a prévu de mener d’autres actions de protestations lundi. L’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), qui avait officiellement appelé à la journée d’action a recensé 4.500 camions mobilisés par ses adhérents, mais a indiqué qu’entre 2.000 et 3.000 poids lourds avaient également participé aux actions à l’appel d’un collectif indépendant. Ce collectif « Alain Spinelli » avait dès la fin de semaine indiqué qu’il mènerait le 2 décembre des actions de blocage, notamment dans les régions de Lille et Marseille.

 

Baisse de TVA…… sur les préservatifs

Baisse de TVA…… sur les préservatifs

 

Hasard ?  Touraine propose une baisse de TVA mais sur les préservatifs. Même si personne ne peut nier l’intérêt de rendre accessibles le prix des préservatifs notamment pour lutter contre le Sida ce n’est pas forcément sur ce terrain que les ménages attendaient une baisse. On espère que cette décision que veut prendre Marisol Touraine ne constitue pas le pilier central de la grande réforme fiscale voulue par Ayrault. Une réforme dont d’ailleurs ni Marisol Touraine, ni Moscovici n’ont été informés avant qu’elle ne soit décidée !!

 

Islande : jusqu’à 24.000 euros de dettes par ménage annulée

Islande :  jusqu’à 24.000 euros de dettes par ménage annulée

 

 

Après de longs mois de tractations, le gouvernement de coalition a présenté des mesures d’un coût évalué à 150 milliards de couronnes (plus de 900 millions d’euros) sur quatre ans.  La mesure-phare est la réduction du principal de la dette pour les ménages ayant contracté un emprunt immobilier indexé sur l’inflation (ce qui correspond à la grande majorité des cas), sans conditions de revenus. Cet allégement de dettes, qui dépend du montant emprunté, est plafonné à quatre millions de couronnes (24.400 euros).   »80% à peu près des ménages vont être directement touchés, mais tous les ménages islandais vont en tirer profit, entre autres grâce à une croissance (économique) et un pouvoir d’achat accrus », a déclaré M. Gunnlaugsson.  L’autre mesure est une exemption d’impôt pour les ménages puisant dans leur épargne-retraite pour rembourser leur emprunt immobilier.  Les banques en Islande ne proposaient pratiquement que des emprunts indexés avant l’effondrement du système financier en 2008. Or, la profonde crise financière traversée par ce pays a fait chuter la couronne islandaise, alimentant une inflation qui a fait grimper la dette des ménages.   »Actuellement, la dette des ménages équivaut à 108% du PIB, ce qui est élevé au plan international. (…) La mesure va doper le revenu disponible des ménages et encourager l’épargne », a affirmé le gouvernement dans un communiqué.  Le financement sera assuré par une taxation des banques et des fonds qui gèrent les actifs des banques ayant fait faillite en 2008.  Depuis qu’il a pris ses fonctions, le Premier ministre a assuré que le plan ne devrait pas accroître la dette publique.   »Nous pensons qu’il n’y a aucune doute sur le fait que cette taxe puisse être mise en place. Et si elle doit être attaquée, nous la défendrons jusqu’à la juridiction la plus élevée », a pour sa part déclaré le ministre des Finances Bjarni Benediktsson à la télévision publique Ruv.  Les allégements de dettes doivent commencer « vers la mi-2014″, a précisé le gouvernement.

 

Grèce : déclassée en pays en voie de développement » mais reclassée par Moody’s !

Grèce : déclassée en pays en voie de développement » mais reclassée par Moody’s !

 

 

 

La Grèce este récompensée par  Moody’s  qui relève la note de la Grèce de deux crans à Caa3. Cela au moment même où La société de conseil en investissements MSCI a fait passer la Grèce de statut de « pays développé » à celui de « pays émergent », soit au même niveau que des pays comme le Qatar ou la Corée du Sud. C’est la première fois qu’un pays occidental est dégradé de la sorte. La décision de MSCI, spécialisée dans la réalisation d’indices, résulte de la forte baisse de l’indice boursier grec: -83% depuis 2007. Dès lors, « la Grèce ne peut plus satisfaire à un certain nombre de critères », justifie MSCI.  Moody’s cite dans son communiqué comme « premier moteur » derrière le relèvement de sa note « les progrès faits par le gouvernement dans sa consolidation budgétaire dans le cadre du programme soutenu par la Troïka » (qui réunit l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international).   »Le budget 2014 réalise un équilibre entre le fragile environnement social et politique dans le pays et ses engagements envers ses créanciers internationaux », et devrait donc rester centrer « sur des économies générées par des réformes structurelles plutôt que sur davantage de coupes dans les dépenses », relève l’agence.  Autre facteur positif, elle voit « des signes que l’économie grecque a touché son point bas après presque six ans de récession ». Elle  estime que « la combinaison de facteurs cycliques et de la mise en œuvre de réformes structurelles conduit à une amélioration graduelle des perspectives de croissance à moyen terme ».  D’après Moody’s, la Grèce devrait voir encore son Produit intérieur brut se contracter de 0,5% l’an prochain, avant un retour à une croissance de 1% en 2015, les exportations et les recettes du tourisme restant les principales sources de croissance.  Moody’s invoque enfin une « réduction importante du fardeau des intérêts de la dette » grecque. Athènes négocie actuellement avec la troïka le déblocage d’une nouvelle tranche de prêt d’un milliard d’euros, en suspens depuis juin. Les parties sont en désaccord sur le montant du trou budgétaire pour 2014 et les mesures pour y faire face. Elles doivent aussi s’entendre sur l’avenir de trois entreprises publiques déficitaires, la poursuite du programme de privatisations, une nouvelle taxe foncière, d’éventuelles coupes supplémentaires dans les retraites, ainsi que des réductions de postes de fonctionnaires.

Ecotaxe: mobilisation réussie des routiers

Ecotaxe: mobilisation reussie  des routiers

Barrages filtrants et opérations escargots: les routiers et leurs poids lourds ont fortement perturbé le trafic sur plusieurs autoroutes et nationales tout au long de la journée, à l’appel de l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) qui demande l’annulation pure et simple de l’écotaxe, et pas son seul report.  L’organisation patronale a recensé 26 « cortèges » de camions, avec un total de 4.500 véhicules mobilisés. Elle affirme en outre que d’autres collectifs de routiers ont également mené de leur côté 21 actions, qui auraient rassemblé entre 2.000 et 3.000 camions.  De son côté, le ministère de l’Intérieur a également recensé un total de « 47 points d’action » des chauffeurs routiers, mais fait état de 2.200 camions impliqués.   »Nous sommes très satisfaits de cette mobilisation, c’est plus qu’il y a quinze jours », journée précédente de mobilisation où 4.000 poids lourds avaient été recensés selon les organisateurs, 2.000 selon la police, a résumé à l’AFP Gilles Mathelié-Guinlet, délégué général de l’OTRE.   »Notre mouvement a fait des petits, des collectifs spontanés, c’est désormais toute la profession qui manifeste, l’ensemble des PME et pas juste l’OTRE. Et cela, le gouvernement doit l’entendre. Nous allons voir comment il réagit, nous attendons son retour pour voir s’il a compris le message », a-t-il ajouté, sans se prononcer sur la suite du mouvement à ce stade.  Et le retour du gouvernement n’a pas tardé: pour le ministre des Transports, « manifester aujourd’hui signifie que l’on souhaiterait interdire le Parlement de se saisir d’une question », en allusion à la création mi-novembre d’une mission d’information sur l’écotaxe confiée à l’Assemblée nationale.  Selon lui, « le coeur du problème n’est pas l’écotaxe, la question est celle de l’état du pavillon français du transport routier et celle de la concurrence déloyale. Jeudi 5 décembre, je défendrai cette question au conseil des ministres européens, et je souhaite réunir dans les prochaines semaines à Paris une conférence avec mes homologues européens sur ces questions d’harmonisation », a-t-il indiqué.  Le calendrier de la mise en place de l’écotaxe « n’est pas arrêté », a rappelé Matignon vendredi.  La taxe, applicable sur les camions de plus de 3,5 tonnes circulant sur 15.000 km du réseau routier hors autoroutes, devait, avant sa suspension cet automne, entrer en vigueur début 2014 après plusieurs reports.  Autre mobilisation réussie samedi contre l’écotaxe et pour l’emploi en Bretagne, celle des Bonnets rouges qui ont rassemblé entre 17.000 et 40.000 personnes à Carhaix (Finistère).

 

Manif bonnets rouges : 30 à 35000 personnes à Carhaix

Manif bonnets rouges : 30 à 35000 personnes à Carhaix

 

 

Nouveau succès de mobilisation pour les bonnets rouges qui ont  rassemblé entre 30.000 et 35.000 personnes à Carhaix. Tandis que des barrages filtrants étaient mis en place sur l’ensemble du territoire par les routiers pour protester contre  l’écotaxe.   Les opposants à l’écotaxe ne désarment pas. Les Bonnets rouges ont affirmé samedi avoir rassemblé entre 30.000 et 35.000 personnes à Carhaix (Finistère), transformant l’essai de leur première manifestation de Quimper début novembre contre l’écotaxe et pour l’emploi en Bretagne. Des milliers de personnes, la plupart un bonnet rouge sur la tête et un drapeau breton à la main, mais aussi des dizaines de tracteurs et de camions, tous feux et gyrophares allumés, ont afflué depuis le milieu de journée vers le site du festival des Vieilles Charrues, une vaste prairie bordée d’arbres aux portes de la petite ville de 8.000 habitants. « Après Quimper où nous étions plus de 30.000, nous voici ici aujourd’hui à Carhaix encore plus nombreux », a affirmé Christian Troadec, maire DVG de Carhaix et cofondateur du festival des Vieilles Charrues, avant de préciser « entre 30.000 et 35.000″ en prenant la parole devant la foule. La gendarmerie a elle dénombré entre 10.000 et 15.000 personnes en milieu d’après-midi tout en précisant que des personnes continuaient à arriver. « J’invite aujourd’hui le président de la Republique, Francois Hollande -qui pour le moment n’a pas dit un mot sur ce qui se passe en Bretagne- à venir entendre ce que nous avons à lui dire », a lancé le leader du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », un mouvement hétéroclite qui réunit des petits patrons aux ouvriers et qui a emprunté le symbole de la révolte antifiscale bretonne de 1675.

1...1314151617



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol