Abattoirs Gad: 889 emplois supprimés

Abattoirs Gad: 889 emplois supprimés

 

Le tribunal de commerce de Rennes a validé  le plan de continuation,  avec la suppression de 889 postes, principalement à l’abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère.). La direction de Gad SAS, une entité du groupe coopératif morbihannais Cecab, avait présenté son plan mercredi. Outre la fermeture de l’abattoir de Lampaul, celui-ci prévoit également celle des sites de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, environ 60 salariés) et le siège du groupe (50 salariés) près de Morlaix (Finistère). L’activité d’abattage et de découpe sera recentrée sur le second abattoir du groupe, à Josselin (Morbihan), où 343 emplois pourraient être créés en plus des 600 actuels, selon la direction. « On est satisfait (de la décision du tribunal), a déclaré Me Laurent Jourdan, l’avocat de Gad. « On ne peut que déplorer la fermeture de sites auquel le groupe est contraint, néanmoins, 1.000 emplois bretons sont préservés, et c’était l’objectif », a-t-il ajouté.  En revanche, Pierre-Luc Lamy (FO) en poste à Saint-Nazaire mais présent à Rennes, a qualifié la décision de « beau gâchis ». « On a cassé un outil qui marchait très bien avec Gad. La Cecab est rentrée dedans et ils cassent deux sites et laissent 900 personnes à la rue », a-t-il dit avant d’exprimer son « dégoût et un peu de mépris pour ces gens ».  De son côté, Me Philippe Brun, un des avocats du CCE, a déclaré: « C’est une grande déception. Je comprends le tribunal, entre deux maux, il faut choisir le moindre. Mais c’est un gâchis immense. Gad était une entreprise familiale prospère et, en six ans, la Cecab a tué Gad ».   »Là, c’est le plan de la dernière chance. Prions pour que ces emplois (préservés) ne disparaissent pas à terme », a-t-il conclu.  En présentant son plan, Gad s’était prévalu du soutien de son actionnaire principal, le groupe coopératif breton Cecab, qui a notamment affirmé devant le tribunal avoir « les moyens de soutenir financièrement le plan de continuation ».  Gad a aussi le soutien des créanciers, des banques et des pouvoirs publics et celui de la coopérative porcine Prestor, son actionnaire minoritaire, quant à l’approvisionnement en porcs.  Déficitaire depuis 2008, le groupe Gad a accusé 20 millions d’euros de pertes en 2012, en raison notamment d’une baisse de la production porcine française dans un contexte de forte concurrence internationale.  L’abattoir de Lampaul-Guimiliau a ainsi connu une baisse d’activité de l’ordre de 10% en 2012 et celui de Josselin un recul de 4,45%, selon les chiffres du SNIV/SNCP qui regroupe les entreprises françaises de la viande.

0 Réponses à “Abattoirs Gad: 889 emplois supprimés”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol