Fiscalité : « politique de gribouille »

Fiscalité : « politique de gribouille »

Un coup on prend, un coup on donne, c’est ‘l’improvisation fiscale du gouvernement. Ce que dénonce aussi le patron de la CFDT. Exemple les nouveaux imposables sur le revenus (qui paieront aussi maintenant la taxe d’habitation et la redevance télé notamment soit au total 1600 euros en moyenne)) et dont certains vont bénéficier de petits cadeaux fiscaux pour compenser (partiellement).  Le gouvernement mène une « politique de gribouille » sur les taxes, a affirmé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, ce lundi matin sur France 2.  Le gouvernement annonçait dimanche soir qu’il n’y aurait finalement pas de nouvelle taxe sur l’EBE, l’excédent brut d’exploitation, ni même sur l’ENE, l’excédent net d’exploitation. « Ces taxes supprimées, ce n’est pas clair. Il faut une réforme fiscale de grande ampleur, ce que n’a pas fait le gouvernement. Personne n’y voit clair. C’est une politique de gribouille », a affirmé le chef de fil du syndicat. Interrogé par ailleurs sur la réforme des retraites qui débarque ce lundi à l’Assemblée, Laurent Berger a réaffirmé qu’il se sentait « tout à fait à l’aise » avec ce projet de loi jugé « équilibré ». « Ca ne veut pas dire que tout convient. Mais nous avons obtenu des mesures de justice. Nous avons pesé sur la pénibilité, l’apprentissage… » Sur le travail dominical, le patron de la CFDT a assuré qu’ »il ne peut pas être banalisé et généralisé ». « Il faut que ce soit clairement encadré et il faut des contreparties lors des négociations sur l’emploi, les salaires, les conditions de travail ».

0 Réponses à “Fiscalité : « politique de gribouille »”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol