Médicaments : 10 milliards d’économies possibles ?

Médicaments : 10 milliards d’économies possibles ?

. Une étude, présentée lundi, affirme que des réductions de coût de dix milliards d’euros pourraient être obtenues en trois ans. Cette étude met en avant un recours trop faible aux génériques, une marge trop élevée pour les pharmaciens ainsi qu’un manque d’informations indépendantes transmises aux médecins. Des faiblesses largement identifiées, que les autorités tentent régulièrement de pallier depuis quelques années. Sur le plan du coût des médicaments, des économies de plus d’un milliard d’euros ont été ainsi exigées depuis plusieurs années des laboratoires pharmaceutiques. En 2012, entre les baisses de prix imposées sur les traitements et le recours accru aux génériques, avec la campagne «tiers payant contre génériques», les économies se sont élevées à 1,5 milliard d’euros, souligne une porte-parole du Leem, le syndicat français des fabricants de médicaments. « Le paracétamol n’est pas substituable en France. Mais, c’est essentiellement pour préserver l’emploi » Claude Le Pen, économiste de la santé  L’étude, délivrée par la députée écologiste européenne Michèle Rivasi et le professeur Philippe Even, qui a récemment condamné en vrac l’utilisation de bon nombre de médicaments, pointe des prescriptions peu adaptées. «Il est vrai qu’en France, les ­médecins prescrivent trop d’anti cholestérol récents et chers alors qu’ils n’apportent aucune amélioration par rapport aux traitements plus anciens», confirme un généraliste. Mais leur argumentation est, dans l’ensemble, assez contestable, déplorent plusieurs observateurs. Ils soulignent ainsi qu’en Italie, le coût des médicaments en ville et à l’hôpital s’élève pour 2012 à 17,8 milliards d’euros contre 35,5 milliards pour la France, soit 85 % de plus à populations égales pour les mêmes résultats sanitaires. Or, ce calcul est faux, souligne l’économiste de la santé Claude Le Pen, «puisqu’à chiffres comparables entre les deux pays, c’est-à-dire hors taxes et marge des pharmaciens, le coût des médicaments en France, hors non-remboursables s’élève à 25 milliards d’euros seulement». Par ailleurs, une étude de la Sécurité sociale affirmait l’an dernier que la France est passée en 2010 de la 4e à la 6e place dans le classement des pays OCDE en termes de dépenses de produits pharmaceutiques par habitant, derrière les États-Unis, le Canada, l’Irlande, la Grèce et l’Allemagne. Il y a aussi des arguments économiques à regarder «en face», note Claude Le Pen. «Le paracétamol n’est pas substituable en France. Mais, c’est essentiellement pour préserver l’emploi. La production du Doliprane de Sanofi, en Rhône-Alpes et celle de l’Efferalgan chez BMS, ex-Upsa, à Agen, préserve des centaines d’emplois», estime l’économiste. De toute façon, de l’avis général des économistes, le problème du coût de la santé en France, ce n’est plus le médicament, mais plutôt l’hôpital. Le médicament représente 18 % des dépenses de santé mais plus de 50 % des économies nouvelles réalisées chaque année. Les dépenses hospitalières pèsent, à l’inverse, pour plus de la moitié des coûts de l’Assurance-maladie.

0 Réponses à “Médicaments : 10 milliards d’économies possibles ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol