Ségolène Royal recadre la BPI

Ségolène Royal recadre la BPI

 

. Devant une délégation de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, la vice-présidente de la BPI (Banque Publique d’Investissement) a fermement recadré le directeur général de l’établissement.  Le DG de la BPI avait heurté en estimant mercredi que le sauvetage de Petroplus ou des hauts-fourneaux de Florange n’aurait pas représenté «un bon business». La veille, le tribunal de commerce de Rouen avait rejeté les deux dernières offres de reprise de la raffinerie, scellant le sort de de ses 470 salariés. Ces déclarations constituent un «grave dérapage» aux yeux de Ségolène Royal. Elles «n’ont aucune raison d’être et ne se reproduiront pas», tranche celle qui avait dit, au moment de sa nomination à la BPI, vouloir «servir modestement, mais efficacement une grande idée : la BPI, banque des territoires, des PME, de la mutation écologique». Ce vendredi, face à l’intersyndicale, elle a assuré que la BPI aurait aidé le site si un repreneur avait été retenu par le tribunal de commerce. Son directeur général avait indiqué mercredi que l’établissement ne s’était pas engagé dans le dossier de la raffinerie Petroplus, préférant consacrer ses fonds à des projets jugés plus porteurs d’avenir : «Notre agenda, c’est la France de 2030. Petroplus, est-ce la France 2030 ?» A propos de l’usine ArcelorMittal de Florange, il avait par ailleurs fait valoir que selon l’«arbitrage» réalisé «on aurait perdu beaucoup d’argent et ce n’aurait pas été un bon business». «La BPI est là pour prendre des risques, parfois elle perdra, parfois elle gagnera», a répliqué Ségolène Royal ce vendredi. Elle n’est pas la seule à avoir tiqué. Dès le lendemain de la publication de ces propos – tenus en marge de la première réunion du comité national d’orientation de la BPI, à Caen – le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a recadré Nicolas Dufourcq. «Je l’ai réprimandé en lui faisant observer qu’il n’a pas à déclarer» cela, a-t-il tancé au micro de RTL, jurant que «la raffinerie est une activité que nous ne voulons pas importer». L’UDI, via son porte-parole Philippe Vigier, s’était aussi offusqué de ces «propos méprisants». «Nicolas Dufourcq, nommé par Jean-Marc Ayrault, semble avoir oublié que la BPI n’est pas un fonds d’investissement privé mais qu’elle a vocation à soutenir les entreprises françaises», rappelait le parti centriste de Jean-Louis Borloo. «On recherchera un repreneur jusqu’au bout. Un repreneur crédible. Et puis si nécessaire, l’Etat interviendra pour compléter», avait d’ailleurs promis le Premier ministre à propos de Petroplus, mercredi sur France

0 Réponses à “Ségolène Royal recadre la BPI”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol