Archive mensuelle de mars 2013

Page 8 sur 22

Sommeil : 52% des français génés par le bruit

Sommeil : 52% des français génés

 

. C’est le résultat d’une enquête de l’Institut national du sommeil et de la vigilance. Le bruit, grand ennemi de nos nuits La treizième édition de la Journée du Sommeil, c’est le 22 mars. A cette occasion, une enquête INSV (Institut national du sommeil et de la vigilance)/ MGEN (mutuelle) vient mettre en lumière les nuisances qui viennent trop souvent perturber nos nuits(*). Ainsi, 52% des Français sont gênés par le bruit au moment de l’endormissement, et 60% d’entre eux le considèrent comme le premier facteur de réveil. 31% des personnes interrogées sont gênées dans leur sommeil par le bruit en semaine ou le week-end (14% en semaine et le week-end). Dans la grande majorité des cas, soit 92%, le bruit qui dérange provient de l’extérieur, émis pour l’essentiel par les transports (61%), voitures en tête. Portable, radio, télévision ou ordinateurs – les appareils électroniques sont présents dans trois chambres sur quatre. Et surprise, la nuit, 42% des Français adultes dorment avec leur téléphone portable allumé, au risque d’être réveillés par un appel. Par ailleurs, toujours selon l’enquête, 24% des personnes interrogées se disent exposées à l’éclairage public dans leur chambre. L’enquête montre également des habitudes peu propices à un sommeil de qualité: 21% des  personnes interrogées déclarent dormir avec un animal de compagnie qui les réveille souvent… et les réchauffent, trop parfois. Le bruit, placé au premier rang des ennemis du sommeil par une majorité de Français peut, lui aussi, retentir sur la santé à long terme. « Le bruit fragmente le sommeil, et donc diminue sa qualité et son effet récupérateur », souligne le Dr Joëlle Adrien, présidente du comité scientifique de l’INSV. Même si on en a pas conscience  – par exemple avec une télévision ou  une radio qui restent branchée -  le bruit fait réagir le corps et le cerveau, explique-t-elle.  En témoigne le rythme cardiaque qui s’accélère, la pression artérielle qui s’élève discrètement. Et pour le Dr Adrien, « si un tiers des Français se dit gêné par le bruit, cela veut dire qu’ils sont beaucoup plus ».

 

Les pesticides, c’est quoi ? Bon appétit !

Les pesticides, c’est quoi ? Bon appétit !

Les pesticides, parfois appelés produits phytosanitaires, ou produits de protection des plantes, (selon l’UIPP – Union des Industries de la Protection des Plantes), sont utilisés en agriculture pour se débarrasser d’insectes ravageurs (insecticides), de maladies causées par des champignons (fongicides) et/ou d’herbes concurrentes (ce sont les herbicides) etc.

Un pesticide est composé d’un principe actif d’origine naturelle ou synthétique. Les pesticides commercialisés (ou spécialités commerciales) sont composés d’une ou plusieurs matières actives auxquelles ont a ajouté d’autres substances : produits de dilution, surfactants, synergisants… afin d’améliorer leur efficacité et de faciliter leur emploi.

1) Les insecticides 

a)     Les organochlorés

Ces pesticides (comme le DDT – Insecticide organochloré interdit en Europe depuis 1972) sont issus de l’industrie du chlore, ceux sont pour la plupart des POPs (Polluants Organiques Persistants) et certains font partie de la « sale douzaine » de substances introduites par l’ONU (Organisation des Nations Unies) dans la Convention de Stockholm

Ces pesticides sont normalement interdits d’utilisation en France à cause de leurs caractères persistants et bioaccumables ayant des conséquences irrémédiables sur la santé et l’environnement.

L’utilisation de pesticides organochlorés en agriculture a connu une forte expansion jusqu’au début des années soixante. Depuis la révélation de Rachel Carson, sans son livre « Silent Spring » la production de ces pesticides a diminué mais on les retrouve encore partout dans l’environnement : dans l’air, dans l’eau, dans les poissons…et dans le corps humain.

b) Les insecticides organophosphorés, les pyréthrinoïdes
et autres insecticides chimiques
Les organophosphorés sont des pesticides qui ont en commun leur mode d’action sur le système nerveux des ravageurs. Ces insecticides ont en général une toxicité aiguë plus élevée que les organochlorés, mais ils se dégradent beaucoup plus rapidement. Dans cette catégorie de pesticides citons : le bromophos, le dianizon, le malathion, le phosmet, le dichlorvos…etc.

 

Plus récemment sont apparues les pyréthrinoïdes de synthèse. Leur composition se rapproche de celle du pyrèthre naturel, mais ce sont en réalité des pesticides chimiques comme les autres. C’est aujourd’hui la famille d’insecticides la plus utilisée.

Parmi les autres familles d’insecticides commercialisées, signalons les carbamates, les carbinols, les sulfones, les sulfonates, et quelques autres

2) Les fongicides 

De la bouillie bordelaise aux molécules de synthèse

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, on luttait contre les maladies des plantes principalement avec comme seuls produits de la bouillie bordelaise (un mélange de sulfate de cuivre et de chaux) et du soufre.

Ces produits sont encore utilisés de nos jours, mais ils ont été largement supplantés par les fongicides de synthèse. Il en existe de nombreuses familles de ces pesticides: carbamates, dérivés du benzène, dérivés du phénol, quinones, amines, amides, triazoles, etc. Leurs dangers pour la santé sont très divers. Certains, comme le captane ou le manèbe, sont considérés comme des pesticides cancérogènes probables

 

3) Les désherbants (ou herbicides)  Il en existe de très nombreuses familles : les phénols nitrés, les benzonitriles, les carbamates, les urées substituées, les amides, les triazines (dont fait partie la trop célèbre atrazine), les ammonium quaternaires, les sulfonurées, etc. Le plus célèbre d’entre eux, et le plus vendu dans le monde, est le glyphosate, plus connu sous le nom de Round Up. Les herbicides sont réputés comme étant généralement moins violemment toxiques que les insecticides (sauf des substances comme le paraquat et le diquat.). Ils sont néanmoins nombreux à être classés comme pesticides cancérigènes probables ou possibles (ex : alachlor, atrazine, simazine,…..). Ils sont également nombreux à être classés pesticides perturbateurs endocriniens.

4) Les autres pesticides 

A côté de ces trois grandes catégories de pesticides, bien d’autres produits existent, pour lutter contre les limaces (les molluscicides), contre les rongeurs (les rodenticides), contre les nématodes (les nématicides), contre les corbeaux (les corvicides), pour désinfecter le sol (les fumigants). Bref, il existe des pesticides contre tout ce qui peut nuire à l’agriculture intensive.

Pesticides : transparence récente pour « Générations futures »

Pesticides : transparence récente pour Générations futures

Le 31 janvier dernier Générations Futures avait sollicité de l’ANSES, par l’intermédiaire de son avocat, François Lafforgue, la publication des décisions relatives  à la mise sur le marché des produits dits ‘phytopharmaceutiques’, autrement dit les ‘pesticides’. En effet, L’article D 253-17 du Code rural et de la pêche maritime créé par le Décret n°2012-755 du 9 mai 2012 relatif à la mise en conformité des dispositions nationales avec le droit de l’Union Européenne en ce qui concerne la mise sur le marché et l’utilisation des produits phytopharmaceutiques dispose que : « Les décisions relatives à la mise sur le marché des produits visés à l’article L. 253-1 sont rendues publiques par voie électronique par l’Agence, dans les conditions prévues à l’article 57 du règlement (CE) n° 1107/2009. » Or, ces décisions n’étaient pas  mises en ligne sur le site internet de l’ANSES ou sur un autre support équivalent. Nous avions donc demandé à l’ANSES de se mettre en conformité avec ces dispositions et également de nous communiquer toutes les décisions d’autorisations de mise sur le marché prises depuis le 1er juillet 2012, date d’entrée en vigueur du décret du 9 mai 2012. L’ANSES reconnait le bien fondé de la demande et s’engage à publier les décisions sous un mois : « Nous venons de recevoir la réponse du Directeur Général de l’ANSES, Marc Mortureux, qui reconnait le bien fondé de notre demande et s’engage » «  ….dans un délai d’un mois, à compter de la réception de la présente, à publier l’ensemble des décisions prises par le ministère de l’agriculture relatives à la mise sur le marché des phytopharmaceutiques qui nous été transmises depuis le 1er juillet 2012 et au fur et à mesure de leur transmission. » Générations Futures salue cette décision rapide qui s’imposait. Une victoire pour la transparence en matière d’homologation des pesticides et de droit de la société civile : «  Il s’agit d’une victoire importante pour la transparence en matière d’homologation des pesticides dans ce pays. La société civile pourra maintenant avoir accès en temps réel aux décisions d’homologations de pesticides prises par le Ministre de l’Agriculture, ce qui pourra lui permettre d’exercer le cas échéant son droit de recours dans de bonnes conditions. » Déclare François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures. « Il reste cependant encore des progrès à faire en matière de transparence sur la composition réelle des produits et les résultats des tests de toxicités, qui ne devraient pas être tenus secrets ! » ajoute t’il !

 

Pesticides : 65% des fruits et 39% des légumes

Pesticides : 65% des fruits et 39% des légumes

 

 

Comme tous les ans, l’EFSA vient de publier son rapport sur les résidus de pesticides dans les aliments. La contamination des aliments reste à un haut niveau, avec 65% des fruits et 39% des légumes contenant des résidus en moyenne en Europe selon le plan de surveillance. Le niveau de multirésidus est aussi toujours inquiétant, avec 26.6% des échantillons de ce plan de surveillance contenant 2 résidus de pesticides ou plus. Si la France semble se situer en dessous de ces chiffres moyens avec 53% des fruits et 30% des légumes contaminés par des résidus de pesticides, Générations Futures s’étonne cependant des différences entre les chiffres français et, par exemple, les données allemandes, pays ou le document de l’EFSA nous dit que 77% des fruits et 50% des légumes contiennent des résidus de pesticides. Pourquoi une telle différence entre deux pays voisins ? Générations Futures remarque d’abord que l’Allemagne teste entre 2 fois et demi et 3 fois plus d’échantillons de fruits et de légumes que la France. La France se situe ainsi parmi les derniers pays européens au nombre d’échantillons analysés par tranche de 100 000 habitants. Ensuite nous notons que l’Allemagne recherche 788 molécules différentes dans les fruits et légumes alors que la France n’en recherche que 332 !Bien évidemment plus on recherche de pesticides différents plus on va en trouver, c’est une évidence. « Générations futures demande donc que la France aligne ses standards sur ceux de l’Allemagne en matière de recherche de résidus de pesticides, en augmentant fortement le nombre de molécules recherchés et le nombre d’échantillons analysés afin d’offrir à nos concitoyens la meilleure sécurité sanitaire possible. » déclare François Veillerette, porte parole de Générations Futures. « Enfin, sur la question des dépassements des Limites Maximales en résidus ( LMR) le rapport de l’EFSA reconnait que la forte baisse du pourcentage de non-conformité des produits français analysés n’est due qu’à l’augmentation de la marge d’incertitude des mesures fixée à 50%. Générations Futures avait il y a quelques semaines dénoncé ce tour de passe- passe qui donne une impression d’amélioration de la situation totalement artificielle. » ajoute t’il

 

Traces d’insecticides dans les pâtes

Traces  d’insecticides dans les pâtes?

Des résidus d’insecticides se trouveraient dans les biscuits, les céréales, les pâtes ou encore les pains de mie à base de blé, s’inquiètent l’association Générations Futures, qui publie mercredi une étude relayée par France Info. Ces produits chimiques, suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, composent à l’origine certains produits de jardinage ou anti-moustiques. Mais selon l’association, l’alimentation en contient également. La contamination se fait dans les silos à grain, aspergés de pesticides pour éviter la prolifération de champignon, détaille France Info. Si aucun aliment analysé par Génération future ne contient plus de la limite autorisée, les substances sont toutefois susceptibles de dérégler le système hormonal et d’agir même à très faible dose.

 

L’affaire Cahuzac

L’affaire Cahuzac

Si Jérôme Cahuzac affirme toujours qu’il n’a jamais eu un compte bancaire en Suisse, le ministre délégué au Budget reste sur la sellette. Alors que se pose maintenant la question de l’identité de la personne qui a transmis au site Mediapart l’enregistrement qui mettrait en cause Jérôme Cahuzac, retour sur les principaux protagonistes de l’affaire.  De nombreux enjeux restent en suspens dans l’affaire des soupçons de compte en Suisse détenus par le ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Alors que le ministre a demandé à la banque UBS de certifier qu’il n’y avait jamais détenu de compte, le site d’information Mediapart affirme qu’une enquête est menée, en parallèle, par le fisc. Après plusieurs semaines de controverses, tour d’horizon des protagonistes de l’affaire :

  • Jérôme Cahuzac : le ministre chargé du Budget est accusé par Mediapart d’avoir disposé de comptes en Suisse au sein de la banque UBS. Il s’en est toutefois toujours défendu, y compris à l’Assemblée nationale où il a répondu aux accusations lors d’une séance de questions au gouvernement : « Je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger, ni maintenant, ni avant« . Le ministre affirme par ailleurs que ce n’est pas sa voix que l’on entend dans les enregistrements diffusés par le journal Mediapart.
  • Mediapart : c’est le site d’information en ligne qui a sorti l’affaire le premier. Le 4 décembre, une enquête affirme que Jérôme Cahuzac a eu un compte « non déclaré » chez UBS, clôturé en 2010. L’enquête s’appuie entre autres sur un enregistrement dans lequel le principal intéressé déclarerait avoir eu des comptes dans cette banque. Le site est désormais la cible de deux plaintes en diffamation déposées par le ministre, dont l’une a donné lieu à une enquête préliminaire.
  • Michel Gonelle : avocat, il a été le rival politique de Jérôme Cahuzac dans le Lot-et-Garonne. C’est lui qui aurait collecté, il y a 12 ans, l’enregistrement diffusé par Mediapart : la messagerie de son téléphone l’aurait enregistré alors qu’il avait reçu un appel par erreur du téléphone portable de Jérôme Cahuzac. Si Michel Gonelle affirme avoir consulté l’Elysée pour certifier son authenticité, il dément toutefois avoir transmis l’enregistrement à Mediapart.
  • Jean-Louis Bruguière : l’ancien juge antiterroriste a lui aussi été en possession de l’enregistrement de Jérôme Cahuzac. En 2007, alors qu’il affrontait l’actuel ministre aux législatives dans le Lot-et-Garonne, il se voit remettre des mains de Michel Gonelle cette bande. Il déclare toutefois ne pas l’avoir écoutée, et l’avoir immédiatement détruite. Selon Michel Gonelle, cette version des faits est peu crédible : Jean-Louis Bruguière y est « certainement pour quelque chose » dans la publication de l’enregistrement, a-t-il déclaré.
  • Rémy Garnier : cet ancien agent des impôts est le premier à avoir accusé le ministre du Budget d’évasion fiscale en Suisse. En 2008, il rédige un mémoire concernant Jérôme Cahuzac. Selon lui, la situation avait donc été présentée à sa hiérarchie, sans que rien n’ait été fait. 

 

Scandale Médiator : mise en examen de l’agence du médicament

  •  

Scandale Médiator : mise en examen de l’agence du médicament

Les juges enquêtant sur l’affaire du Médiator ont mis en examen l’ANSM ce mardi pour homicides et blessures involontaires. Elle a été placée sous contrôle judiciaire. L’Agence est soupçonnée d’avoir négligé la surveillance de la potentielle dangerosité du Mediator entre 1995 et 2009.  Nouveau développement dans l’affaire du Mediator. L’Agence du médicament a été mise en examen ce mardi pour homicides et blessures involontaires. L’Agence a été placée sous contrôle judiciaire. Selon un source judiciaire, cela implique le versement d’un cautionnement de 100.000 euros. Les juges soupçonnent l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) d’avoir négligé la dangerosité du Mediator entre 1995 et 2009.  Pour Michel Courtois, le président de l’Association des victimes du Mediator, cette mise en examen est « une très bonne nouvelle« . Il estime qu’il est « tout à fait normal que tous les acteurs de ce scandale soir mis en cause, et pas seulement les laboratoires Servier« . Pour lui, l’affaire du Mediator a pris une telle ampleur car il y a eu « un laxisme » au niveau de l’Agence du médicament.

PS- Bouches-du-Rhône : sous tutelle

PS- Bouches-du-Rhône : sous tutelle  

Le bureau national du PS a approuvé ce soir « à l’unanimité » la proposition du premier secrétaire Harlem Désir de mettre sous tutelle la fédération des Bouches-du-Rhône, a annoncé le PS.  Harlem Désir a proposé aux membres du BN qu’ »Alain Fontanel (secrétaire national du PS aux Fédérations) et Christophe Borgel (secrétaire national du PS aux élections), ainsi qu’une direction collégiale composée de responsables nationaux et locaux dirigent la fédération pour préparer les élections municipales », avait déclaré un peu plus tôt un proche du Premier secrétaire. Cette décision a été prise « en raison des grandes divisions qu’elle connaît » et dans la perspective des municipales, avait déclaré cette source.

 

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac démissionne

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac démissionne

Visé par une enquête sur un compte en Suisse Cahuzac démissionne. L’Elysée précise avoir mis fin à ses fonctions à sa demande. Le nouveau ministre du Budget est Bernard Cazeneuve. Pour lui succéder aux Affaires européennes, ce sera Thierry Repentin, jusqu’ici ministre délégué, en charge de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Retraites et prestations sociales : augmentation de 1.3%

Retraites et prestations sociales : augmentation de 1.3%

 

L’inflation devrait être moins élevée que prévue. Le gouvernement Ayrault a révisé, ce mardi 19 mars, à la baisse sa prévision d’inflation (hors tabac) pour 2013. Elle passe ainsi de 1,75% à 1,2%, Ces nouveaux chiffres ont été annoncés par le ministère de l’Economie et des Finances dans un communiqué suivant la réunion de la Commission économique de la Nation. Celle-ci a établi une nouvelle prévision pour l’inflation en 2013 « en ligne avec le consensus des économistes ». En conséquence, le gouvernement a annoncé une revalorisation des pensions de retraites de la sécurité sociale de 1,3% (les complémentaires ne sont pas concernées par cette annonce) et des prestations familiales de 1,2% à partir du 1er avril.

 

Economie, politique, société: pages les plus regardées 19 mars 2013

 

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

 

Sondage-popularité : Hollande s’écroule à 35%

Sondage-popularité : Hollande s’écroule  à 35%

 

Hollande s’écroule  au mois de mars, perdant huit points par rapport à février, soit 35% de bonnes opinions pour 64% de mauvaises, selon le baromètre BVA-Orange pour L’Express, la Presse régionale et France Inter.  Celle du Jean-Marc Ayrault est aussi à la baisse, mais toutefois moins fortement (-4). Le Premier ministre recueille 34% de bonnes opinions et 64% de mauvaises, soit une impopularité égale à celle du président. Dans le détail, 30% des personnes interrogées ont « plutôt une bonne opinion » de François Hollande et 5% « une très bonne opinion ». 34% ont une opinion « plutôt mauvaise » du chef de l’Etat et 30% une opinion « très mauvaise ». 1% ne se prononce pas.  Concernant Jean-Marc Ayrault, 31% ont une opinion « plutôt bonne » et 3% une opinion « très bonne ». 37% ont de lui une opinion « plutôt mauvaise », 27% une « très mauvaise opinion ». 2% n’ont pas d’avis.  D’autre part, 35% seulement des sondés estiment que la politique gouvernementale est « juste », soit cinq points de moins qu’en février et sept de moins qu’en janvier.  Ils ne sont que 18% à trouver que cette politique est « efficace », soit sept points de moins que les deux mois précédents.  L’intervention militaire française au Mali reste approuvée par deux Français sur trois (67%), une érosion de huit points par rapport à janvier.  Par ailleurs, la cote d’influence de la quasi-totalité des 30 personnalités testées est à la baisse. Font exception les ministres des Affaires étrangères Laurent Fabius et de la Défense Jean-Yves Le Drian (+ 4 points chacun, le premier à 27%, le second à 24%), ainsi que Marine Le Pen (29%) et la directrice générale du FMI Christine Lagarde, qui gagnent chacune 3 points.  La cote de Nicolas Sarkozy frémit à peine, 38% (+ 1) souhaitant qu’il exerce davantage d’influence dans la politique française. Manuel Valls reste en tête de ce palmarès mais le ministre accuse un recul de six points à 50%, devant Alain Juppé (43%, – 4) et François Fillon (39%, – 1).  La chute la plus forte atteint Christine Taubira (29%, – 10) qui avait fortement progressé au moment du débat à l’Assemblée nationale sur le mariage des personnes de même sexe en janvier-février.  L’UMP est le parti le moins impopulaire (39% de bonnes opinions), talonné par le PS (38%). Au 7e rang, le Front national recueille 25% de bonnes opinions, suivi du PCF à 24%.

 

L’OCDE : supprimer les départements français, le bons sens

L’OCDE : supprimer les départements français, le bons sens

Comme la France n’est pas capable de s’attaquer à son couteux mille-feuilles administratif et politique, c’est l’OCDE qui s’en mêle en proposant de supprimer les départements. Une mesure de bons sens ;  la France compte déjà 3 fois plus de communes que les autres pays européens, il faut y ajouter les syndicats intercommunaux, les départements, les régions (elles aussi 2 ou 3 fois trop nombreuses) et bien sûr l’Etat. Autant de couches administratives et politiques qui lèvent l’impôt, complexifient les procédures et génèrent des dépenses irresponsables. On peut penser que le « syndicat « des élus s’opposera de toutes ses forces à cette réformes car c’est autant de « petits métiers de la politique »  qui disparaitraient. Pour réduire les dépenses publiques françaises, les plus élevées au monde (56% du PIB) après le Danemark, l’OCDE propose une mesure choc: la suppression de la centaine de départements français.  «Simplifier la structure des administrations infranationales, notamment en fusionnant les plus petites des 36.700 communes et en supprimant les départements, engendrerait des économies d’échelle substantielles», estime l’OCDE. Une réforme iconoclaste qui ne figure pas du tout au menu du gouvernement Hollande. L’OCDE rappelle qu’en moyenne une commune française compte 1800 habitants contre 5500 pour l’UE.  Au passage, l’organisation critique aussi le «cumul fréquent» entre un mandat national et un mandat exécutif local, vu comme une «spécificité française», qui représente un «obstacle au bon fonctionnement des institutions».

L’OCDE : croissance presque nulle en 2013 et chômage à 11% en France

L’OCDE : croissance presque nulle en 2013 et chômage à 11% en France

 

L’OCDE confirme, la France s’enfonce dans la crise avec une croissance quasi nulle et un chômage de 11% pour 2013. L’OCDE abaisse sa prévision de croissance de l’économie française à 0,1% cette année contre 0,3% auparavant et maintient sa prévision pour 2014 à 1,3%, dans un rapport présenté mardi. L’Organisation de coopération et de développement économiques prône des réformes pour redresser les comptes publics, accroître la faible compétitivité des entreprises françaises et lutter contre un chômage structurellement élevé. « Le calendrier politique offre une occasion unique de mettre en oeuvre une stratégie ambitieuse de réformes », estime l’organisation. Sa voix s’ajoute à celles de nombreux économistes et institutions internationales qui pressent la France de réduire ses dépenses publiques, parmi les plus élevées au monde en proportion de la richesse nationale. La croissance économique atone ne devrait permettre de réduire le déficit public qu’à 3,5% du PIB fin 2013 puis 3,0% fin 2014, estime l’OCDE. Ces prévisions sont plus positives que celles de la Commission européenne (3,7% et 3,9%) car cette dernière ne prend en compte que les décisions fermement actées. L’OCDE estime que les efforts de réduction du déficit doivent se poursuivre comme prévu, sans ajouter en urgence de nouvelles mesures d’austérité, ce qui est la ligne actuelle du gouvernement. La France pourrait obtenir de la Commission européenne un délai d’un an pour atteindre le seuil de 3% fin 2014 mais elle devra en échange présenter une stratégie crédible de redressement de ses comptes. Selon l’OCDE, le chômage devrait poursuivre sa hausse pour atteindre 11,0% de la population active cette année et 11,2% l’an prochain contre 10,3% en 2012.

 

Automobiles Europe : – 10,2% en février

Automobiles Europe :  - 10,2% en février

 

Moins  10,2% en février en Europe, baissant ainsi pour le 17e mois d’affilée, a annoncé mardi l’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea). Le marché automobile européen évolue à son niveau le plus bas depuis le début de cette série statistique en 1990, Ford (-20,8%) et General Motors (-20,1%) ayant accusé les plus fortes baisses de leurs ventes le mois dernier. Les autres généralistes également de subir de plein fouet la déprime du marché européen, avec un recul de 15,7% des livraisons pour le groupe Fiat, de 13,2% pour PSA Peugeot Citroën et de 8,6% pour Renault. Même Volkswagen, qui a longtemps fait mieux que ses concurrents, a vu ses ventes baisser de 7,2% lors du deuxième mois de 2013. En février, 829.359 immatriculations de voitures neuves ont été enregistrées en Europe (les 27 pays de l’Union européenne ainsi que l’Islande, la Norvège et la Suisse) contre 923.553 il y a un an. Sur les deux premiers mois de l’année, le recul des ventes de nouvelles voitures est de 9,3%, à 1.748.071 unités. Comme ce qu’avaient laissé entendre les dirigeants des constructeurs automobiles lors du salon de Genève, le début de l’année 2013 reste tout aussi difficile que l’année 2012, qui s’était soldée par une contraction de plus de 8% du marché. Pour l’ensemble de l’année, le prévisionniste LMC Automotive anticipe une baisse de 3,1% des immatriculations de voitures neuves en Europe, à 11,4 millions d’unités, contre environ 12,8 millions en 2011 et 13 millions en 2010. Comme en janvier, la Grande-Bretagne est le seul grand pays européen à avoir enregistré une hausse de ses ventes de voitures en février (+7,9%), l’Espagne ayant vu ses immatriculations reculer de 9,8%, l’Allemagne de 10,5%, la France de 12,1% et l’Italie de 17,4%.

 

Croissance: Merkel et Hollande font un vœu ; ils feraient mieux de faire une politique

Croissance : Merkel et Hollande font un vœu ; ils feraient mieux de faire une politique

 

Des vœux pour la croissance de la part de Hollande et Merkel , c’est un peu court comme volonté politique ; On en reparlera en juin lors d’un sommet, autant dire que ce n’est pas en 2013 qu’on verra un vrai plan de relance. En 2014, peut-être quand on sera dans le mur et le chômage à 15%.Relancer la croissance en Europe, tel était le thème du dîner qui a réuni lundi à Berlin François Hollande, Angela Merkel, José Manuel Barroso et des chefs d’entreprises invités à réfléchir sur la compétitivité dans l’Union européenne. Malgré une actualité centrée sur la crise chypriote, le chef de l’Etat français, la chancelière allemande, et le président de la Commission européenne ont choisi de s’en tenir au sujet prévu, ne faisant qu’une légère allusion aux problèmes de l’île méditerranéenne dans une déclaration à la presse. Quatre thèmes étaient au menu du dîner entre les dirigeants européens et une quinzaine de patrons de l’European round table (ERT, table ronde européenne d’industriels), club influent présidé par Leif Johansson, patron du groupe suédois Ericsson: politique de concurrence, politique énergétique, flexibilité du marché du travail et innovation. Pour favoriser la croissance qu’il ne cesse d’appeler de ses voeux depuis son arrivée au pouvoir en mai dernier, « nous devons tout faire pour que la compétitivité de l’économie européenne soit la plus haute possible », a dit François Hollande devant les journalistes. Angela Merkel lui a fait écho en affirmant qu’une Europe compétitive était « la clé du succès », citant la transition énergétique comme l’un des domaines dans lequel France et Allemagne devaient travailler de concert. José Manuel Barroso a souligné l’importance de relancer l’emploi pour redonner de « l’espoir aux jeunes », à l’heure où le chômage des jeunes salariés atteint des sommets en Europe. Ce dîner devait nourrir la réflexion sur la relance de la croissance en Europe initiée lors du Conseil européen de juin 2012 appelée à déboucher sur une feuille de route examinée lors du sommet de juin prochain.  

 

Benzema : « ne veut pas chanter La Marseillaise » ; on se demande ce qu’il fait en équipe de France ?

 

Benzema : « ne veut pas  chanter La Marseillaise » ; on se demande ce qu’il fait en équipe de France ?

Non seulement Benzema n’a jamais rien prouvé en équipe de France (et pas grand-chose au Réal) mais en plus il affirme qu’il n’a pas à chanter la la Marseillaise. Tout un symbole de cette génération dorée du foot à la fois inculte et sans valeurs ; ne pas chanter la Marseillaise est une chose mais déclarer ne pas vouloir la chanter témoigne du peu d’attachement au maillot national (même si on peut critiquer certaines parole un peu obsolète de l’hymne national). Une interview RMC réalisée par Luis Fernandez à Madrid au cours de laquelle l’attaquant des Bleus et du Real a répondu à toutes les interrogations qui le concernent. Son caractère, ses revenus, son inefficacité en équipe de France, son profil, la concurrence avec Gonzalo Higuain au Real, le match contre l’Espagne mardi prochain… Avant de retrouver l’intégralité de cet entretien ce mardi après-midi sur rmcsport.fr, RMC Sport vous propose d’en découvrir un extrait. Karim Benzema réaffirme son attachement à l’équipe de France, même s’il ne chante pas La Marseillaise avant les matchs internationaux. « Je ne l’ai jamais chantée, explique l’attaquant du Real Madrid. Et ce n’est pas parce que je vais la chanter que je vais mettre un triplé derrière. Si je ne chante pas La Marseillaise, que le match commence, que je mets trois buts, je pense qu’on ne va pas dire à la fin du match que je n’ai pas chanté La Marseillaise. C’est ça le souci, c’est parce que ça fait un moment que je n’ai pas marqué en équipe de France. Ça n’a rien à voir avec ce que j’ai entendu, comme quoi je n’aime pas l’équipe de France. Il faut se calmer. J’aime bien l’équipe de France. »  « Comme je l’ai dit, c’est un rêve pour moi de jouer pour l’équipe de France, poursuit Karim Benzema. On ne va pas me forcer à chanter La Marseillaise. Zidane, par exemple, ne chantait pas forcément La Marseillaise. Et il y en a d’autres. Je ne vois pas où est le problème de ne pas chanter La Marseillaise. On mélange tout. Il y a même des supporters qui ne la chantent pas. Ce n’est pas tout le stade qui chante La Marseillaise ! »

Sondage-Nicolas Sarkozy : en tête à droite, selon BVA

Sondage-Nicolas Sarkozy :  en tête à droite, selon BVA

Le retour en grâce de Nicolas Sarkozy se confirme dans un sondage BVA où il est plébiscité à 70% par les sympathisants de droite comme un possible recours et préféré à 69% à François Fillon (27%) pour l’élection présidentielle de 2017. l’UMP devance désormais le Parti socialiste avec 39% de bonnes opinions (contre 38% au PS) dans la cote des partis politiques. Nicolas Sarkozy progresse de la 7e à la 5e place (+1 point), derrière François Fillon (39%, -1%) dans le classement de la cote d’influence des personnalités. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, n’est que 28e avec 19% (-2). Parmi les sympathisants de droite, 70% souhaitent que l’ancien président ait davantage d’influence dans la vie politique française (-3 points par rapport à février). Ils sont 60% (-5 points) à formuler le même voeu pour son ancien Premier ministre François Fillon. Soixante-neuf pour cent des sympathisants de droite, 78% des sympathisants UMP souhaiteraient que Nicolas Sarkozy soit le candidat de l’UMP à la présidentielle de 2017, contre respectivement 27% et 22% pour François Fillon.

Chypre : Taxe réduite pour les petits dépôts

Chypre : Taxe réduite pour les petits  dépôts

 

Les ministres des Finances de la zone euro se sont dits lundi soir favorables à ce que les autorités chypriotes abaissent la taxe sur les dépôts bancaires pour les petits déposants, à condition que la taxe rapporte près de 6 milliards d’euros comme prévu. La zone euro ne veut plus taxer les déposants à Chypre ayant moins de 100.000 euros sur leur compte, mais la décision finale reviendra aux autorités chypriotes, ont indiqué lundi soir des sources proches des discussions.  « La zone euro est bien en faveur de zéro taxe pour les petits déposants », a indiqué une source à l’issue d’une réunion téléphonique des ministres des Finances de l’Union monétaire.  « Les autorités chypriotes vont introduire plus de progressivité en ce qui concerne la taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires par rapport à ce qui a été décidé le 16 mars, à condition que (…) cela ne modifie pas le montant total de l’aide financière (des Européens et du FMI) », a indiqué l’Eurogroupe dans un communiqué, après une conférence téléphonique.

Allocations familiales : divisées par deux pour les plus aisés

Allocations familiales : divisées par deux  pour les plus aisés

 

Réduire les allocations familiales de moitié pour les ménages qui gagnent plus de 4.500 euros par mois : c’est la suggestion du député socialiste Gérard Bapt pour renflouer les comptes de la Sécurité sociale. « Diviser par deux les allocations familiales au delà d’un certain niveau de revenus » : voilà l’idée avancée par Gérard Bapt dans une interview accordée au quotidien « Les Echos » (daté du 19 mars 2013). Selon le député socialiste de la Haute-Garonne, médecin cardiologue, cette mesure permettrait à l’Etat d’économiser trois milliards d’euros dans le cadre de la réforme visant à redresser les comptes de la branche famille de la Sécurité sociale. « Nous proposons de fixer ce plafond au niveau de celui de l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) », soit environ 53.000 euros par an pour un couple avec deux enfants, et un peu plus de 61.000 euros pour une famille avec trois enfants, indique-t-il. Gérard Bapt préconise également de supprimer pour ces mêmes foyers le complément d’aide au mode de garde, un dispositif qui prend en charge la garde d’enfants à domicile ou chez une assistante maternelle.  Ces deux mesures ne remettent pas en cause le principe d’universalité des allocations familiales, assure l’élu. « Aujourd’hui, plus les revenus sont élevés, plus les aides à la garde d’enfants sont importantes », souligne-t-il. « Les 10% de familles les plus pauvres ne bénéficient que d’une centaine de millions d’euros au titre du complément mode de garde, contre plus de un milliard pour les 10% de familles les plus aisées », ajoute Gérard Bapt. « Dans une période où tout le monde est appelé à faire un effort, il nous semble juste de solliciter les foyers les plus aisés. » Marisol Touraine « pas favorable à une fiscalisation » des allocations familiales Lundi, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a déclaré qu’elle n’était personnellement « pas favorable à une fiscalisation des allocations familiales », qui conduirait à soumettre à l’impôt des ménages modestes, estimant que d’autres pistes de réforme étaient envisageables.  Les allocations familiales sont actuellement versées à tous les foyers à partir de deux enfants sans condition. Le gouvernement doit annoncer prochainement des économies pour la branche famille de la sécurité sociale, pour la faire revenir à l’équilibre en 2016.

 

1...678910...22



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol