Archive mensuelle de mars 2013

Page 22 sur 22

Sondage-gouvernement : 73% des Français mécontents

Sondage-gouvernement : 73% des Français mécontents

Il n’y a plus qu’un petit quart des français contents de la politique économique du gouvernement qui constitue l’enjeu majeur actuellement pour l’avenir du pays. Il est clair qu’un problème politique va se poser au cours de l’année, c’est en effet la descente aux enfers pour le gouvernement ;  ce  gouvernement n’aura plus la légitimité nécessaire pour engager les grandes réformes qu’il envisage notamment en matière de réduction des dépenses publiques et de fiscalité. Un séisme politique se prépare comme en Italie à la différence près qu’il n’ya pas délections nationales en France ; Du coup le relais pour afficher le mécontentement pourrait être pris par le mouvement social et pas seulement des salariés. Pour arrêter hémorragie, il y aura sans doute un changement de gouvernement mais ce gouvernement n’aura pas l’assise nécessaire pour gérer très longtemps. Contrairement à ce que pense le PS, le français n’attendons pas 2017 pour juger ; dès 2013, le jugement sera sans appel au regard des résulta économiques et sociaux catastrophiques. Des résultats pas seulement liés à la conjoncture internationale mais aussi aux contradictions d’une politique économique qui hésite entre un suivisme béat de l’austérité imposée par Bruxelles et la relance de la croissance, entre la fiscalité et l’allégement de charges. Finalement une politique sans doute efficace pour gérer un parti comme le PS mais pas un pays comme la France. Cohn Bendit résume bien la situation, Ayrault croit encore gérer la mairie de Nantes et Hollande la Corrèze.  Près de trois quart des Français (73%) se déclarent donc « mécontents » de la politique économique et sociale du gouvernement, selon un sondage Tilder-LCI-OpinionWay publié jeudi.  Ce chiffre est en nette augmentation par rapport au mois dernier (+9 points).  44% des personnes interrogées se déclarent « assez mécontentes » et 29% « très mécontentes ». A l’inverse, 25% des sondés se déclarent « assez satisfaits », 27% « satisfaits » et 2% « très satisfaits ».  Ce sont les femmes qui sont le moins contentes (78% de mécontentes, contre 68% de mécontents). Par tranches d’âge, les 18-24 ans sont les moins mécontents (67% d’insatisfaits) et les 35-49 ans le sont le plus (76%).  Interrogés sur la proposition de la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, qui souhaite progressivement aligner la fiscalité du diesel sur celle de l’essence, 43% des sondés estiment que « c’est une bonne chose » tandis que 56% pensent que « c’est une mauvaise chose ».

Baisse historique de l’intérim en janvier, mauvais signe pour la croissance

Baisse  historique de l’intérim en janvier, mauvais signe pour la croissance

L’intérim constitue l’un des indicateurs avancés de la conjoncture, il confirme la récession dans laquelle la France est engagée. Les jours se suivent et les mauvaises nouvelles sur le front de l’emploi se succèdent. La fédération patronale de l’intérim, le Prisme, a publié ce jeudi matin son baromètre mensuel pour le mois de janvier. Et les chiffres sont mauvais, très mauvais même: une plongée de 16,2% des effectifs par rapport au même mois de l’année dernière, qui était lui-même en net recul. Soit, au final, un 15e mois d’affilée de repli qui ramène le nombre d’intérimaires en équivalent temps plein sous la barre des 500.000. Ce niveau est à deux dizaines seulement de son plus bas historique atteint en 2009 et très loin de son plus haut, qui a culminé à plus de 750.000, avant la crise. L’industrie continue inexorablement sa descente en enfer, avec un nouveau repli de 19,1% en janvier. «C’est le signe d’un effondrement des carnets de commande, notamment dans l’automobile qui pèse 20% du secteur», commente-t-on au Prisme qui regroupe plus de 600 entreprises de toutes tailles employant 23.000 salariés et représentant 90% du chiffre d’affaires du secteur. Mais la surprise est le plongeon en janvier, de 23%, du BTP. Soit un bond, dans les négatifs, de 10 points en un mois. «C’est la confirmation de l’arrêt des programmes de construction», se borne à indiquer le Prisme. Quant aux perspectives de cet indicateur avancé du marché du travail, elles ne sont pas moins sombres. Si les recrutements en CDI se sont plutôt maintenus en 2012, à un volume de 41.000 (soit 2000 seulement de moins qu’en 2011), les professionnels du secteur n’excluent pas un gros retournement en 2013. C’est dans ces conditions que va s’ouvrir, vendredi, la négociation sur la création d’un CDI intérimaire qui pourrait concerner 15.000 à 25.000 personnes. Les partenaires sociaux, qui ont exclu l’intérim d’une taxation des contrats courts lors de la négociation en janvier sur la sécurisation de l’emploi, ont jusqu’au 11 juillet pour se mettre d’accord. Les discussions, qui doivent durer jusqu’à fin juin, porteront essentiellement sur les modalités de la rémunération (l’égalité de traitement par rapport aux salariés de l’entreprise) et les périodes d’intermission. En cas d’échec, les surtaxations décidées sur les CDD s’appliqueront aussi aux contrats d’intérim. Pour l’heure, le camp patronal ne fixe qu’un point non négociable. Ce seront les entreprises qui choisiront, sélectionneront, les intérimaires qui pourront basculer en CDI. Preuve que cette négociation sera compliquée et très politique – elle sera conduite en même temps que la transposition de l’accord «emploi» sera débattue au Parlement -, chaque délégation syndicale du secteur sera chaperonnée par un permanent de la confédération.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

SFR : 150 boutiques à fermer sur 850

SFR : 150 boutiques à fermer sur 850

L’opérateur SFR, la filiale de téléphonie de Vivendi, s’apprête à fermer 150 boutiques d’ici fin 2014 sur les 850 qu’il possède en France pour faire face à l’arrivée de Free (Iliad), selon Les Echos vendredi.  Le journal, qui ne précise pas ses sources, affirme que la direction aurait rassemblé les responsables des espaces SFR et des filiales de distribution (SFD et 5 sur 5) lors d’un séminaire à la Martinique, début février, pour leur annoncer ces fermetures.  Les Echos précisent que les offres « SIM-only », c’est-à-dire sans téléphones mobiles, ont connu un grand essor et de plus en plus d’abonnements sont souscrits en ligne plutôt qu’en boutique.  Vivendi, qui a publié ses résultats 2012 en début de semaine, a rapporté que sa filiale de télécoms avait vu sa rentabilité opérationnelle reculer moins que prévu à 10,6%, et a stabilisé son parc d’abonnés mobiles à 16,5 millions fin 2012.  Cette année, SFR prévoit un recul d’environ 12% du résultat opérationnel, contre un repli de 13,2% l’an dernier. L’année 2012 a été marquée en France par l’arrivée de l’opérateur de téléphonie mobile Free qui a contribué à faire baisser les prix sur le marché.

Ventes voitures neuves février : -15% pour PSA

Ventes  voitures neuves février : -15% pour PSA

Nouveau plongeon pour les voitures surtout pour PSA. Les immatriculations de voitures neuves ont continué à plonger en février, de 12,1% en données brutes pour atteindre 143.366 unités, selon des chiffres publiés vendredi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  Elles avaient déjà reculé de près de 14% l’an dernier et de 15% en janvier.  A nombre de jours ouvrables comparable, la baisse est limitée à 7,7%.  Les constructeurs français sont particulièrement à la peine, avec un recul des ventes de 15,5% de PSA Peugeot Citroën, plombé par sa marque Citroën et de 10,8% du groupe Renault malgré la forte progression enregistrée par sa marque à bas coûts Dacia.  Les groupes étrangers s’en sortent un peu mieux. Leurs immatriculations ont glissé dans l’ensemble de 10,2%. L’américain Ford souffre particulièrement (-33,4%) et le numéro un européen Volkswagen, qui avait limité la casse en 2012, lâche 7,5%. A l’inverse, le japonais Toyota Hyundai a connu une hausse de ses immatriculations de 12,3% et le coréen Hyundai-Kia de 5%.  Les ventes de véhicules utilitaires légers, un indicateur de l’activité des entreprises, ont baissé de 11,8% sur le mois de février.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Intérim :création d’un CDI ?

Intérim :création d’un CDI ?

 

Les partenaires sociaux discuteront ce vendredi de la création d’un contrat à durée indéterminée (CDI) dans l’intérim. Ce système existe déjà en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas ou encore en Suède. Une bonne idée ?  Nil, 36 ans, maçon à Lyon, est partagé. Il a longtemps travaillé en CDI avant d’opter pour l’intérim. «Ce qui me plaît, c’est la liberté. Pouvoir partir en vacances quand je le souhaite. Mais le CDI est toujours fondamental pour acheter ou louer un bien immobilier…». La question divise également les internautes de 20 Minutes. «Cela ressemble à une technique pour éviter que les intérimaires ne partent bosser dans la boîte d’intérim concurrente», estime Geko87. C’est aussi l’avis de Stéphane Lardy, du syndicat FO. Il s’interroge par ailleurs sur la rémunération de ces salariés, lorsqu’ils n’auront pas de mission. «Puisqu’ils seront en CDI, ils n’auront plus accès à l’assurance-chômage…», s’inquiète-t-il. «En matière de rémunération, tout est ouvert», répond François Roux, délégué général du Prisme, le patronat du secteur intérimaire. Et il assure : «Le principe étant que nous maintenions une rémunération pendant les périodes non travaillées.» Mais pas pour tous : ce CDI serait proposé aux «intérimaires dont les compétences sont les plus demandées par le marché». Autrement dit, ceux qui travaillent très fréquemment. Une bonne idée pour l’internaute Shurashnor : «Cela forcerait les agences à s’occuper ou à former ces salariés durant les intercontrats.» Gilles Desbordes, de la CFDT, est également confiant : «La majorité de ceux qui exercent en intérim le font dans l’attente d’un contrat durable et là, nous avons l’opportunité de créer des milliers d’emplois en CDI. Il faut arrêter avec cette tentation de voir le danger partout.» Les partenaires sociaux ont jusqu’à la fin juin pour s’entendre. S’ils n’y parviennent pas, les contrats d’intérim pourraient à leur tour être taxés, comme le seront les CDD.

 

CARBURANT – la Cour des comptes veut augmenter le gasoil

CARBURANT – la Cour des comptes veut augmenter le gasoil

Perte  de près de 7 milliards d’euros en 2011, liée aux exonérations dont bénéficient les véhicules diesel, d’après la Cour des comptes . Dans un «référé» adressé le 17 décembre 2012 aux ministères de l’Economie et de l’Ecologie, la Cour critique d’une manière générale la politique fiscale française sur l’énergie qui «répond davantage au souci de préserver certains secteurs d’activité qu’à des objectifs environnementaux». Pour les magistrats de la rue Cambon, «les dépenses de l’Etat ne contribuent pas à favoriser la transition énergétique». Alors que le principe de la réduction progressive de l’écart de taxation entre l’essence (0,60 centime par litre) et le gazole (0,42 centime par litre) a été entériné en 1999, le différentiel reste supérieur à l’écart moyen communautaire. «La perte de recettes fiscales reste très élevée», estime la Cour des comptes qui l’évalue à 6,9 milliards d’euros en 2011. Le parc automobile diesel est passé de 4,8% en 1980 à 60% en 2012 et pèse 70% des nouvelles immatriculations mais «l’écart de consommation moyenne s’est réduit entre le diesel (4,8 l/100 km) et l’essence (5,6 l/100 km)», note la Cour alors même que l’Organisation mondiale de la santé classe le diesel comme «cancérogène certain». «Les voitures diesel sont celles pour lesquelles les recettes couvrent le moins les coûts externes», résume la Cour des Comptes. Jeudi, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho a jugé «incontournable» l’alignement «progressif» de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence, estimant que c’était une question «de santé publique» avant d’être une question fiscale.

 

Montebourg « exemple de GPS détraqué », selon Pascal Lamy

Montebourg « exemple de GPS détraqué », selon Pascal Lamy

 

Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis 2005, le Français Pascal Lamy était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur RMC et BFMTV. En attendant de quitter ses fonctions le 31 août prochain (certains le voient Premier ministre lors d’un prochain remaniement), Pascal Lamy appelle la France à accélérer les réformes et à affronter la réalité économique mondiale. Il répond aussi à Arnaud Montebourg qui affirmait que son bilan était « un désastre ».

 « Il y a des pulsions protectionnistes parce qu’un certain nombre de gens considèrent encore que restreindre les importations, c’est protéger les emplois. Ça ne marche plus. On est dans un monde où 40% de ce que vous exportez vient de vos importations et dans 20 ans, ce sera 60% 

« Le bilan de l’OMC est un désastre », a dit Arnaud Montebourg.
Pascal Lamy : « Je ne veux pas faire de polémique, mais si vous voulez un exemple de GPS qui a des problèmes, c’est lui. Je pense qu’il n’a pas les bons chiffres en tête. Quand on regarde l’économie française, quand on dit que c’est la faute de la concurrence des Chinois, c’est faux. Ils sont 5 fois moins productifs que les Français, même s’ils sont payés cinq fois moins. Cette mondialisation qui sort des centaines de millions de gens de la pauvreté a ses bons côtés ».

Pascal Lamy : « Le GPS des Français est un peu détraqué. Ils considèrent qu’ils sont un îlot de bonheur provisoire dans un monde de catastrophe. Ce monde est dur, en voie de globalisation extrêmement rapide, il y en a qui s’en sortent très bien, je pense que la France a des tas d’atouts, elle ne les voit pas, ne les connaît pas. Nous sommes les champions du monde du pessimisme ».

 

General Electric : 200 emplois menacés en France

General Electric : 200 emplois menacés en France

General Electric a annoncé jeudi son intention de supprimer 200 postes d’ingénieurs et de cadres dans son activité de turbines à gaz en France, a-t-on appris de source syndicale. Quatre-vingt-cinq des salariés concernés sont employés en sous-traitance. La direction a révélé lors d’un comité d’entreprise extraordinaire à Belfort un plan de départs volontaires assorti d’un plan de sauvegarde de l’emploi qui touchera les sites de Belfort et Bourogne, dans le Territoire de Belfort, ainsi que celui de Chonas dans l’Isère. L’entreprise américaine justifie son projet par la baisse de son chiffre d’affaires, lié au ralentissement de l’activité économique mondiale, a précisé à Reuters un élu de CFE-CGC. « On espère regarnir le carnet de commande en fin d’année », a-t-il dit. L’activité Turbine à gaz de General Electric emploie près de 2.000 personnes en France.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Moscou : Hollande pout la venue d’artistes russes en France !

Moscou : Hollande pout la venue d’artistes russes en France !

Évoquant l’octroi de visas aux chefs d’entreprise et investisseurs russes qu’il entend faciliter, François Hollande a observé : « Autant il nous faut limiter l’immigration, autant il ne faut pas décourager un investisseur, un chef d’entreprise russe et je dirais même aussi un artiste, une personnalité, de venir en France ».  « Nous laissons bien toutes les personnalités venir en Russie », a-t-il enchaîné dans une claire allusion à Gérard Depardieu, déclenchant les rires de l’assistance composée d’hommes d’affaires français. Un peu plus tard, interrogé par des chaînes de télévision françaises qui lui demandaient s’il allait évoquer le cas Depardieu avec le président russe qu’il devait rencontrer à la mi-journée dans le cadre de sa visite de 24 heures à Moscou, le chef de l’Etat français a répondu : « avec le président Poutine, il y a une chose qui est certaine, c’est que nous parlerons de tout ». Gérard Depardieu, 64 ans, s’était vu offrir en janvier la nationalité russe par Vladimir Poutine en personne, après une polémique avec le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault qui avait qualifié de « minable » la décision de l’acteur de rechercher un exil fiscal en Belgique.  Lundi, le comédien a annoncé vouloir tourner un film sur la Tchétchénie, après avoir festoyé avec son « ami » Ramzan Kadyrov, président décrié de cette république instable du Caucase russe, provoquant l’indignation des défenseurs des droits de l’homme.  Il s’était rendu samedi en Mordovie pour être officiellement enregistré comme résident de Saransk, le chef-lieu de cette région située à 650 km à l’est de la capitale russe.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Justice : jury populaire enterré

Justice : jury populaire enterré

 
Les deux magistrats de la Cour de cassation, Didier Boccon-Gibod, premier avocat général, et Xavier Salvat, avocat général, avaient été chargés par Christiane Taubira d’une mission d’audit de cette expérimentation lancée en janvier 2012, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, dans le ressort des cours d’appel de Dijon et Toulouse. Dans leur rapport remis jeudi soir à la Garde des Sceaux, ils dressent un bilan très critique. A son arrivée Place Vendôme en juin, la ministre avait gelé l’extension qui était initialement prévue à d’autres juridictions. La Chancellerie a indiqué que « sur la base de ce rapport, la ministre annoncera dans les tout prochains jours les orientations qu’elle aura retenues concernant le rôle du citoyen dans l’oeuvre de justice (…) ».La réforme a introduit deux « citoyens assesseurs » aux côtés de trois magistrats, en première instance et en appel, pour le jugement de certains délits passibles d’au moins cinq ans de prison. « Aucun élément ne permet de penser que les décisions rendues sont plus sévères », écrivent les deux magistrats dans leur rapport. Ainsi, l’objectif « plus ou moins avoué d’une aggravation des sanctions pénales a été clairement manqué ».  Ils constatent les « très nombreuses difficultés » posées par le système : le « lourd processus de sélection annuelle » des citoyens assesseurs, leur gestion au quotidien, l’augmentation de la durée des audiences auxquelles ils participent (trois affaires dans une audience « citoyenne » contre douze à vingt dans une audience classique), leur coût (300 euros en moyenne de plus). Autre problème : « On peut très nettement douter que les citoyens assesseurs, appelés à siéger le temps de quelques audiences, complètement dépendants des magistrats professionnels pour la partie technique de la procédure, soient véritablement libres du choix de leurs décisions ». Après une formation d’une journée, « ils ne sont pas armés techniquement pour traiter les questions juridiques soumises aux juridictions ».  Aux yeux des deux magistrats, l’intérêt de l’expérimentation a été de « montrer que le regard porté sur la justice est profondément changé dans un sens favorable lorsque l’occasion est donnée à une partie de la population d’observer de près son fonctionnement ». Ils y voient « un encouragement à chercher par quels moyens, moins lourds pour les juridictions, pourrait être obtenu un résultat semblable ».

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Du bœuf 100% français ?

Du bœuf 100% français ?

 

 Le regain subit d’intérêt pour la filière bovine française pose une question : où trouver les % de viande de bœuf français, c’est possible mais il faudrait doubler la production et réorganiser les filières. Sans parler des réticences de Bruxelles qui s’opposerait aux mesures réglementaires incitant à consommer français. Quantités de viande nécessaires pour tous ces plats cuisinés ? Selon la Fédération nationale bovine (FNB), ce sont en effet pas moins de 150.000 tonnes de bœuf qui sont utilisées chaque année pour créer lasagnes, raviolis, hachis Parmentier et autres repas préparés. Et même si la moitié de ces produits sont déjà fabriqués à partir d’animaux français, les industriels vont devoir trouver rapidement des milliers de vaches françaises pour répondre à leurs besoins.  Les industriels vont pouvoir compter rapidement sur l’aide, bien malgré elle, de la Turquie. Ankara vient en effet de décider de fermer ses portes au bœuf français. Conséquence, certains éleveurs doivent trouver d’autres débouchés pour leurs animaux. « Nous avons en 2012 exporté 150.000 bovins vers la Turquie. Actuellement, les frontières sont fermées, ce qui nous laisse un potentiel possible de fourniture de viande bovine française », explique Pierre Chevalier, président de la Fédération nationale bovine. De quoi répondre aux besoins. Au moins dans l’immédiat. A moyen terme, c’est toute une réorganisation de la filière qui devrait avoir lieu pour augmenter les capacités d’élevage français. Pour fournir tous les industriels, les éleveurs bovins pensent pouvoir compter sur les « broutards ». Il s’agit de veaux qui naissent en France et sont ensuite envoyés dans d’autres pays, notamment l’Italie et l’Espagne, pour être engraissés. Chaque année, un million de bêtes sont ainsi exportées. Les éleveurs pourraient donc garder pour eux une partie de ces « broutards » et les faire grandir en France afin de répondre à la demande. Mais passer du veau au bœuf demande du temps. Il faut compter en moyenne un an pour que l’animal atteigne sa taille adulte. En attendant, le prix de la viande pourrait connaître une hausse sensible. Et si les lasagnes surgelées, qui ne contiennent en fait que peu de viande, ne devraient pas être trop touchées, le bon vieux steak, lui, pourrait voir son prix augmenter de 10 à 15 centimes.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Affaire Tapie : arbitrage de Bercy ou de l’Elysée ?

Affaire Tapie : arbitrage de Bercy ou de l’Elysée ?

L’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant a affirmé vendredi que le ministère des Finances – et non l’Elysée – avait choisi une procédure d’arbitrage au lieu de la voie judiciaire pour trouver un règlement de l’affaire Tapie-Crédit-Lyonnais-Adidas. Le responsable UMP, très proche de Nicolas Sarkozy, était interrogé par RTL sur les perquisitions dont ses locaux ont fait l’objet cette semaine, montrant que les enquêteurs s’intéressent au rôle que l’ancien président aurait pu avoir dans le choix d’un tribunal arbitral. « L’Elysée était au courant » et « a trouvé que c’était une bonne mesure, mais c’est le ministère des Finances qui a décidé de recourir à cette procédure », a déclaré Claude Guéant. Trois juges d’instruction enquêtent sur la décision prise fin 2007 par l’ancienne ministre de l’Economie, Christine Lagarde, de recourir à un arbitrage pour solder le contentieux opposant depuis 1993 Bernard Tapie au Crédit lyonnais sur la vente d’Adidas. A l’époque, Claude Guéant était secrétaire général de l’Elysée. Il est aujourd’hui avocat au Barreau de Paris.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Automobiles : nouvelle chute de 10% des ventes

Automobiles : nouvelle chute de 10% des ventes

 

Les ventes de voitures en France n’en finissent pas de plonger. Au mois de février, les nouvelles immatriculations ont ainsi chuté de 10% après avoir dégringolé de 15% en janvier. Elles sont de nouveau à la peine avec un repli moyen de plus de 12,5%. Peugeot recule d’un peu moins de 10%, Renault de 10,7% et Citroën de 18%. Mais elles ne sont pas les seules : la plupart des marques chutent également, y compris Volkswagen, BMW ou Mercedes. Les Coréennes Hyundai et Kia tirent à nouveau leur épingle du jeu, tout comme le Japonais Toyota (+ 8,75 %).

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Etats-Unis ; déficit budgétaire pas encore d’accord et menace sur la croissance

Etats-Unis ; déficit budgétaire pas encore d’accord et menace sur la croissance

 

Risque de bocage aux Etats Unis avec gel des dépenses publiques ; une situation qui pourrait affecter une croissance déjà faible comme le montre le PIB du quatrième trimestre, seulement +0.1%. A la veille du gel automatique de 85 milliards de dollars de crédits publics, la Maison blanche et le Parti républicain se sont renvoyés la responsabilité de cette mesure qui, selon le Fonds monétaire international (FMI), pourrait affecter la croissance économique aux Etats-Unis et au-delà. Faute d’accord, cette mesure adoptée en 2011 pour pousser le Congrès à trouver un compromis sur la réduction du déficit budgétaire, entrera en vigueur ce vendredi. Barack Obama recevra ce jour-là les chefs de file des groupes parlementaires pour une réunion de la dernière chance. « Demain, je réunirai les dirigeants des deux partis pour parler des moyens à mettre en œuvre pour aller de l’avant. En tant que Nation, nous ne pouvons pas nous traîner d’une crise annoncée à une autre », dit le président dans un communiqué. Républicains et démocrates divergent sur les conséquences de cette mesure appelée « séquestre », mais le FMI redoute qu’il n’affecte la fragile reprise de la croissance. « Nous verrons ce qui se produira vendredi, mais tout le monde pense que le séquestre va entrer en vigueur. Cela signifie que nous allons devoir réévaluer entre autres notre prévision de croissance pour les Etats-Unis », a averti William Murray, porte-parole du Fonds. Si la mesure est pleinement appliquée, la prévision de croissance, actuellement de 2%, devrait être amputée de 0,5%, selon le FMI. La majeure partie des crédits concernés seront gelés dans les sept premiers mois et le Congrès peut les débloquer à tout moment en cas d’accord. La moitié doit être prélevée sur le budget de la Défense. L’impact immédiat devrait être très limité, mais la Maison blanche a expliqué ces derniers jours que l’ensemble des administrations seraient touchées, du contrôle aérien aux garde-côtes en passant par l’éducation, la santé et l’immigration. ¨

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Croissance- Etats-Unis : quasi stagnation au 4 ème trimestre

Etats-Unis : quasi stagnation au 4 ème trimestre

 

0.1% ou quasi stagnation aux Etas Unis au quatrième trimestre ; une surprise alors que tous les économistes pensaient que le PIB repartait nettement à la hausse. L’économie américaine a enregistré une très légère croissance au quatrième trimestre, une performance meilleure que prévu à l’exportation et une baisse des importations ayant amené le gouvernement à revoir à la hausse son estimation initiale, publiée fin janvier, qui annonçait une légère contraction. Selon la deuxième estimation publiée jeudi par le département du Commerce, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 0,1% en rythme annuel entre octobre et décembre 2012, alors que le gouvernement américain avait annoncé une contraction de 0,1% en première estimation. Ce rythme de croissance se situe néanmoins à son plus bas niveau depuis le premier trimestre 2011 et est considéré comme étant nettement insuffisant pour accélérer la baisse du taux de chômage. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à ce que le PIB du quatrième trimestre soit révisé à +0,5%. Toutefois, cette faiblesse de la croissance s’explique en grande partie par un ralentissement de la reconstitution de stocks et par une chute des dépenses militaires. Ces facteurs devraient jouer en sens inverse pour le premier trimestre 2013. Sans compter la composante volatile des stocks des entreprises, le PIB a crû de 1,7%, conformément aux attentes. Les stocks ont coûté 1,55 point de pourcentage à la croissance du PIB, un peu plus qu’annoncé en première estimation, et les dépenses militaires ont plongé de 22%, ce qui a coûté, comme annoncé initialement, 1,28 point à la croissance.

 

1...1819202122



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol