• Accueil
  • > politique
  • > Grande réforme : le conseil « général » devient « départemental » !

Grande réforme : le conseil « général » devient « départemental » !

Grande réforme : le conseil « général » devient « départemental » !

 

Grande réforme : le conseil général devient «  départemental ». En fait ce conseil était déjà départemental mais on change l’appellation, c’est tout. Une grande reforme en vérité mais les élus qui tiennent à leurs sièges ne veulent surtout pas de remises en cause des structures. L’assemblée départementale est obsolète depuis longtemps et la région devrait être le seul territoire administratif et politique à maintenir. Et encore car de toute évidence il n’y a pas non plus place pour 21 régions en France. L’analyse des flux économiques démontre qu’une dizaine suffirait ; En attendant avec cette surabondance d’élus (maires, syndicats intercommunaux, cantons, conseillers généraux, conseil régional) c’est autant de structures (et d’administrations) inutiles qui, pour exister, décident de dépenses dont nous n’avons plus les moyens. Un facteur explicatif majeur de la non maîtrise des dépenses publiques Une grande réforme donc, comme si on décidait d’appeler nos « villes » des « localités » ; de toute évidence, il y a un décalage entre les préoccupations des élus et la réalité économique et sociale. L’Assemblée nationale a voté mardi soir le changement de nom du conseil général et des conseillers généraux en « conseil départemental » et « conseillers départementaux ». Les députés ont voté à mains levées l’article 1er, introduisant cette nouvelle dénomination, du projet de loi sur le mode d’élection des conseillers départementaux. L’Assemblée a ensuite entamé, jusqu’à près d’une heure du matin, l’examen de l’article 2 du texte, qui instaure un scrutin mixte -deux conseillers départementaux par canton, un homme, une femme- pour les élections départementales. Le débat doit reprendre mercredi en fin d’après-midi. Le vote s’est déroulé dans un climat tendu : les députés UMP ont déclenché une bronca, allant jusqu’à chanter la Marseillaise, pour protester contre une suspension de séance destinée à éviter aux socialistes d’être mis en minorité sur l’article 1. Alors qu’un vote avait été annoncé sur les amendements de suppression de l’article, la présidente de séance Laurence Dumont (PS) avait suspendu la séance, à la demande du président de la commission des lois, Jean-Jacques Urvoas (PS). Il s’agissait pour le groupe socialiste de battre le rappel de ses troupes, alors que les bancs de l’Assemblée étaient remplis majoritairement de députés de l’opposition. « Ils sont où, ils sont où les socialistes! », « on veut voter! on veut voter! », avaient alors scandé les élus UMP dans l’hémicycle, pendant la suspension de séance, en signe de protestation. Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a dénoncé à l’AFP un « tripatouillage » et déploré que « les socialistes soient incapables de se mobiliser » sur ce projet de loi.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

0 Réponses à “Grande réforme : le conseil « général » devient « départemental » !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol