• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive mensuelle de janvier 2013

Page 3 sur 21

Crise financière : la Catalogne demande 9 milliards à Madrid

Crise financière : la Catalogne demande 9 milliards à Madrid

 

La Catalogne a fait savoir mardi qu’elle avait officiellement sollicité une aide de 9,1 milliards d’euros pour 2013 auprès du fonds de liquidité du gouvernement central. Ce fonds a été constitué pour aider les régions autonomes à rembourser leurs dettes. La Catalogne précise qu’elle emploiera 7,7 milliards d’euros à financer des remboursements obligataires, le reste étant destiné à lui permettre d’atteindre son objectif de réduction du déficit en 2013.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

BPI : pas de nationalisation pour les canards boiteux

BPI : pas de nationalisation pour les canards boiteux

Dans un entretien à l’hebdomadaire L’Usine nouvelle mis en ligne mardi 29 janvier, l’ex-numéro deux de Capgemini douche définitivement les espoirs de voir la nouvelle institution venir se mêler des grands dossiers tels Florange, Petroplus, ou encore Goodyear. Les PME faisant face à des difficultés structurelles ne devront se faire non plus d’illusions. « Pour les entreprises en décroissance sur des marchés en déclin, il n’y a pas de solution », assène ainsi Nicolas Dufourcq, « le coeur de mission de la BPI n’est pas celui de sauver un outil industriel obsolète, c’est de construire France 2030″.  « Le retournement (activité consistant à apporter de l’argent à une entreprise en difficulté dans l’espoir de la redresser, Ndlr) représente énormément d’argent. L’État peut décider que cela vaut la peine d’isoler des fonds, qui peuvent être gérés par la banque publique, pour des situations de sauvetage. Mais il faut juste savoir que le taux de perte est extrêmement élevé et que 75% de cette enveloppe sera perdue », poursuit-il. Pour le site sidérurgique de Florange (Moselle) par exemple, il estime qu’il aurait fallu « un milliard d’euros sur la table. Rien que dépolluer le site de Petroplus nécessite 600 millions d’euros. Ce sont des sommes considérables ». D’autre part, comme il l’avait annoncé à BFMBusiness.com en décembre dernier, Nicolas Dufourcq plaide pour « de petits fonds régionaux de retournement de 20-25 millions d’euros, dotés par les régions et gérés par la BPI, pour les PME qui ont un accident de parcours mais sont sur un marché en croissance ».  Interrogé sur la nationalisation d’entreprises en difficulté, le dirigeant a tenu à faire la distinction entre les sociétés de petite taille et celles de taille moyenne. Pour les premières, « il doit être possible pour la BPI, temporairement, de prendre le contrôle de ces entreprises dont on pense qu’elles peuvent devenir des entreprises de taille intermédiaire. Quitte à faire rentrer six mois plus tard d’autres investisseurs sur un nouveau tour de table ». Mais pour les secondes, notamment Florange et Petroplus, « le rôle de la BPI est de donner un coup de pouce pour trouver une solution. S’il y a un repreneur industriel qui a besoin de nous, on peut lui donner un coup d’épaule. En revanche, notre rôle n’est pas de devenir pétrolier ou aciériste. Nous pouvons prendre 10% du capital mais assumer la totalité du risque, ce n’est pas dans le mandat de la BPI », assure-t-il.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

Sauvetage Chypre: Moscou sollicité

Sauvetage  Chypre: Moscou sollicité

« Au niveau de l’Eurogroupe, il y a eu des contacts sur la contribution possible de Moscou au plan d’aide financier de Chypre », a déclaré M. Shiarly à la radio publique.  Moscou avait accordé à l’île méditerranéenne, durement touchée par la crise grecque, un prêt de 2,5 milliards d’euros en 2011. Nicosie a ensuite sollicité un prêt supplémentaire de cinq milliards d’euros, mais celui-ci n’a pas été octroyé.  Alors que le prêt de 2,5 milliards d’euros devait être remboursé en 2016, Nicosie a demandé à la Russie un allongement de cinq ans du délai de remboursement.  M. Shiarly a dit mardi s’attendre à un retour « positif » sur cette question le mois prochain.  Le président russe Vladimir Poutine s’est d’ailleurs entretenu par téléphone avec son homologue chypriote Demetris Christofias notamment sur « les questions de coopération sur le plan économique et financier », a annoncé mardi le Kremlin.  Dans un entretien publié lundi par le journal allemand Handelsblatt, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a jugé qu’il revenait d’abord à Nicosie et à l’Union européenne de trouver une solution.   »Mais nous ne refusons pas d’aider sous certaines conditions », a-t-il ajouté.  Le 11 janvier, le ministre russe des Finances Anton Silouanov, cité par l’agence Prime, avait indiqué que la Russie allait « oeuvrer avec les pays européens pour trouver des mesures permettant à Chypre de rembourser ses dettes selon un calendrier plus souple, plus adapté ».  Nicosie est en discussions depuis juin avec le Fonds monétaire international (FMI), l’Union européenne (UE) et la Banque centrale européenne (BCE) concernant un plan de sauvetage. Elle a estimé avoir besoin de quelque 17 milliards d’euros, dont 10 mds pour renflouer ses banques.  Les discussions entre la troïka et les autorités chypriotes n’avancent pas, notamment car ces dernières refusent de procéder aux privatisations réclamées. L’évaluation des besoins des banques a aussi pris du retard. La zone euro a choisi d’attendre l’issue de la présidentielle chypriote, dont le premier tour aura lieu le 17 février, pour prendre une décision.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

Mobilisation contre les plans sociaux

Mobilisation contre les plans sociaux

Alors que le gouvernement a fait de la lutte contre le chômage sa priorité, des centaines de salariés –qui pourraient venir grossir dans les prochains mois les rangs des 4,6 millions de personnes qui pointent à Pôle Emploi en métropole–, étaient dans la rue.  Point d’orgue de la journée de mobilisation, plus de 650 salariés de 3suisses, PSA, Pilpa, GoodYear, Sanofi, ou Crédit Agricole ont convergé vers le ministère du Travail à Paris, avec un même mot d’ordre: obtenir une loi contre les licenciements boursiers.  Le but de ces salariés est aussi de créer un rapport de force qui, « pour l’instant, n’est pas suffisant pour contraindre Hollande et son gouvernement à tenir ses promesses », a estimé Me Fiodor Rilov, qui défend une partie des salariés rassemblés mardi et qui vient d’obtenir une victoire avec la suspension temporaire du projet de restructuration chez PSA.  La mobilisation a été aussi l’occasion pour des membres de l’opposition de gauche, comme Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), de fustiger la destruction d’emplois et la mauvaise gestion des entreprises. Les parlementaires du Front de gauche déposeront d’ailleurs dans une dizaine de jours une proposition de loi « interdisant non seulement les licenciements boursiers mais aussi ceux fondés sur des motifs économiques qui n’en sont pas ».  Des salariés de PSA Peugeot Citroën avaient donné le ton dès la matinée avec la poursuite de la grève dans l’usine d’Aulnay-sous-Bois, condamnée à la fermeture, puis un rassemblement devant le siège parisien du groupe où se négociait âprement les modalités des 8.000 départs envisagés d’ici 2014.  Chez Renault, feux de palettes et débrayages ont marqué la journée. Près de 1.800 salariés se sont mobilisés dans la matinée pour peser dans les négociations syndicats-direction sur un projet d’accord de compétitivité.  Dans le secteur bancaire, où des milliers de postes ont été supprimés ces derniers mois, ce sont les salariés de la Banque de France qui ont donné de la voix à Paris. Une grève nationale a également été observée contre le projet de l’institution de supprimer 2.500 postes nets d’ici à 2020 (5.000 départs en retraite non renouvelés, et 2.500 embauches).

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Création d’entreprises en retrait en 2012

Création d’entreprises en retrait  en 2012

Le nombre de créations d’entreprises n’est resté stable l’an passé en France que grâce aux immatriculations d’auto-entreprises, selon les chiffres publiés mardi par l’Insee. Un total de 550.000 créations d’entreprises ont été recensées contre 549.800 en 2011, année qui avait enregistré un recul de 12% par rapport au pic atteint en 2010 (622.000). Cette stabilité tient à une légère hausse des entreprises individuelles (+2%), elle-même portée par les auto-entreprises (+5%), qui a permis de compenser la baisse des créations de sociétés (-4%). Si l’on exclut les auto-entreprises, le nombre total de créations a reculé de 6% l’an passé. L’Insee souligne que l’immense majorité des entreprises créées, 95%, « n’ont aucun salarié », la part des auto-entreprises représentant 56% du total contre 53% en 2011. Même hors auto-entrepreneurs, la part des entreprises employeuses reste faible (12%) et leur effectif moyen est de 2,9 salariés. Par secteur, les hausses les plus fortes l’an passé ont été l’information-communication (+7 %), l’enseignement-santé humaine et action sociale (+6%) ainsi que la construction (+3%). Mais les créations d’entreprises ont diminué dans l’immobilier (-11 %), et la finance-assurance (-7%), des secteurs où les immatriculations d’auto-entreprises représentent une faible proportion des créations (respectivement 14% et 16%).Hors auto-entrepreneurs, les créations ont diminué dans tous les secteurs sauf celui de l’enseignement-santé humaine et action sociale (+3%) du fait de la hausse dans la santé humaine. Les plus fortes baisses ont été enregistrées dans l’industrie (-14%), l’immobilier (-11%) et la finance-assurance (-10%).

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

Crédits ménages : au plus bas

Crédits  ménages : au plus bas

Selon l’Observatoire des crédits aux ménages, 48,6% des ménages détenaient un crédit fin 2012, soit une baisse de 0,8 point par rapport à 2011. Dans le détail, ils étaient 31,4% à détenir un prêt immobilier et 27,6% à rembourser un crédit à la consommation. Dans ce dernier domaine, il s’agit de la plus faible proportion depuis le début des années 2000, un phénomène lié en partie à l’entrée en vigueur de la loi Lagarde sur le crédit à la consommation. « Avec la crise, les ménages sont devenus plus prudents », a également relevé Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université de Paris-X Nanterre, lors d’une conférence de presse. Une prudence qui se retrouve aussi dans leurs intentions de recours aux crédits: ils sont 4,1% à envisager de contracter un crédit immobilier d’ici l’été 2013. En matière de prêt à la consommation, leur part descend à 3,5%. « En 2013, la diffusion des crédits devrait encore se réduire et principalement sous l’effet du recul rapide de la production des crédits immobiliers », a anticipé M. Mouillart.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Economie, politique, société: pages les plus regardées 29 janvier 2013

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Mittal : négociations suspendues

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  

 

  •  
  •  

 

France : faillite ou pas ? En tout cas sur le chemin !

France : faillite ou pas ? En tout cas sur le chemin !

 

Juridiquement la France n’est pas en faillite puisqu’elle n’est pas en cessation de paiement et qu’elle comble ses insuffisances de recettes par l’emprunt ; encore 200 milliards seront empruntés en 2013. C’est évidemment beaucoup car la dette atteint 90% du PIB.  Pour résumer ont doit l’équivalent d’une année de richesse nationale. Une dérive qui a commencé en 1974 (21% à l’époque). Il faut évidemment rembourser pour éviter cette faillite mais on ne rembourse que les intérêts et encore. 46 milliards sont ainsi consacrés au remboursement de ces intérêts (première dépense de l’Etat. En cause évidemment la dépense publique excessive par rapport aux recettes fiscales. La dépense publique dépasse 56% du PIB (environ 1000 milliards) et les marges de manouvre sont très faibles puisqu’on ne touchera pas au nombre de fonctionnaires C’est pourtant le problème central car non seulement la masse salariale de ces fonctionnaires pèsent lourdement sur le budget mais aussi nombre de ces fonctionnaires génèrent des dépenses et autres procédures administratives couteuses pour la puissance publique, les entreprises et les français en général.  En question  aussi  le financement des retraites et des dépenses sociales en général (maladie, invalidité, chômage, aides sociales de toutes natures). Plusieurs dizaines de milliards à trouver annuellement qui dépendront  aussi des ressources largement hypothéquées par l’absence de croissance. En l’absence de croissance, le chômage est condamné à progresser, de l’ordre de 1000 chômeurs en plus par jour ; donc moins de cotisations et plus de d’allocations (une vingtaine de milliards de déficit cumulé).  Dernier aspect très inquiétant pour la santé économique et financier, le commerce extérieur avec un déficit de l’ordre de 70 milliards. Une sortie de devise qu’il faut équilibrer par l’emprunt. Surtout un indicateur qui montre que la France a perdu sa compétitivité tant à l’extérieur qu’à linérieuer.la France en faillite ? Sans doute non mais sur une pente qui inévitablement conduira à un relèvement des taux d’intérêts qui viendront encore alourdir la dette (le processus engagé depuis 1974) ; .la recette aujourd’hui, c’est l’impôt mais on atteint aujourd’hui le point de déséquilibre car chaque augmentation de prélèvement obligatoire tue un peu plus la croissance et l’emploi ; bref le cercle vicieux.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Pacte de stabilité : remis en cause en France et ailleurs 2013

Pacte de stabilité : remis en cause en France et ailleurs 2013

A peine signé, le pacte de stabilité est déjà remis en cause dans les faits. De toute évidence, les pays européens très endettés ne pourront tenir les objectifs y compris la France. La commission européenne par la voix de son commissaire aux affaires économiques a d’ailleurs convenu qu’il fallait sans doute donner un peu plus de temps à l’Espagne qui s’enfonce en matière de croissance, d’emploi mais aussi de dettes. Ramener le déficit français à 3% est à la fois illusoire et dangereux ; c’est aussi ce que pense maintenant  la directrice générale du FMI ;  s’exprimant à Davos, elle a non seulement estimé l’objectif français de ramener le déficit public à 3% «extraordinairement ambitieux», mais a aussi appelé les Européens à décider «collectivement» de «prendre un peu plus de temps plutôt que d’avancer à marche forcée» pour rétablir les finances publiques. «L’effet des plans d’austérité sur la croissance est plus fort que ce que nous avions anticipé il y a trois ou quatre ans», a-t-elle concédé, en rappelant que l’Espagne avait pâti d’être allée trop vite dans la rigueur l’année dernière. En faiat la France se prépare à dépasser son objectif de déficit mais voudrait bien que l’Europe l’y encourage d’une manière ou d’une autre. Dans les faits pour la croissance, l’objectif de 0.8% ne pourra être atteint puisqu’on connaitra la stagnation… au mieux.  «Si la croissance devait tomber au-dessous de 0,5% en 2013, nous ne ferions pas de nouvel ajustement budgétaire; on ne peut pas demander plus aux Français cette année», confiait-on récemment à l’Élysée.  À Bruxelles, le gouvernement compte ensuite insister sur les efforts menés pour améliorer le déficit structurel – celui qui ne tient pas compte des effets de la crise et des événements ponctuels. En fait un concept très approximatif qui autoriserait des déficits nettement plus importants que prévus. Progressivement la FMI d’abord, la commission européenne ensuite, la France enfin semblent prendre conscience que l’austérité à marche forcée tue la croissance et l’emploi.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Moral des ménages : stable à un bas niveau

Moral des ménages : stable à un bas niveau

La confiance des ménages en France s’est stabilisée en janvier à son niveau de décembre, a annoncé mardi l’Insee. L’indicateur synthétique ressort à 86 points, tout comme le mois précédent, et reste nettement inférieur à sa moyenne de longue période calée à 100.  Quinze économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un indice à 86, leurs estimations allant de 84 à 87.  L’opinion des ménages sur leur situation financière est restée stable pour ce qui est de son évolution passée et quasi stable sur ses perspectives d’évolution (-1 point).  Les ménages sont moins nombreux à estimer opportun d’épargner, le solde perdant deux points, à +36, après avoir progressé de 14 points entre juillet et décembre pour se situer largement au-dessus de sa moyenne de longue période. Mais l’opinion des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants cède également deux points.  Leur opinion sur le niveau de vie passé évolue peu (+1 point) mais recule légèrement pour ce qui est de l’avenir (-2 points). Ces deux soldes restent nettement inférieurs à leur moyenne de longue période.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Construction de logements : baisse de 20%

Construction de logements : baisse de 20%

 

 

Le nombre des mises en chantier de logements neufs en France a chuté de 19,6% en 2012 par rapport à l’année précédente, selon des statistiques du ministère du Logement publiées mardi. Le nombre des permis de construire accordés sur la même période pour des logements neufs a pour sa part reculé de 7,7% à 429.851 unités.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Carburant : Hausse du gazole

Carburant : Hausse du  gazole

le prix n’est pas encore auusi élevé qu’en août mais il monte. Le gazole vient ainsi de repasser la barre symbolique de 1,40 euro. Selon le site spécialisé Carbeo.com, il a atteint lundi 1,403 euro en moyenne, en progression de 4,3 centimes depuis de le début de l’année. L’essence sans plomb n’est pas en reste: la semaine dernière, la majoration a atteint 1,2 centime par litre en moyenne. Le sans plomb 98 s’établit désormais en moyenne à 1,62 euro par litre, tandis que le sans plomb 95 pointe à 1,582 euro. Cela fait désormais quatre semaines consécutives que les prix des carburants augmentent. Cette remontée coïncide avec la fin progressive du dispositif gouvernemental visant à diminuer – temporairement – les taxes sur les produits pétroliers. Seule – mince – consolation: «Les prix moyens actuellement constatés en France sont encore en dessous des prix du 28 août dernier, alors supérieurs de 6 centimes pour le gazole et de 7 centimes pour l’essence», note Carbeo.com. De leur côté, les cours du pétrole restent relativement élevés: le brent à Londres est solidement installé au dessus de la barre des 110 dollars, tandis qu’à New York le baril de brut léger dépasse les 96 dollars. Cet environnement fait que les prix à la pompe pour l’automobiliste français ne semblent pas près d’observer une accalmie.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Mali : la guerre bientôt terminée pour la France ?

Mali : la guerre bientôt terminée pour la France ?

La France veut éviter l’enlisement, c’est ce qu’a affirmé Fabius. En fait, la France constate qu’elle est seule sur le terrain et que le soutien des grandes puissances démurent assez symbolique. Du coup Hollande prépare l’opinion au retrait des forces françaises, laissant le soin aux forces africaines pourtant bien démunies de faire le reste du travail ; le plus difficile : déloger les islamistes des montagnes, du désert  ou des localités dans lesquelles ils se fondent avec la population. Ces derniers jours, les Français et les Maliens ont multiplié les victoires sur le terrain. Après avoir repris Gao ce week-end, les armées française et malienne se sont emparées de Tombouctou dans la journée de lundi. Deux reconquêtes confirmées par François Hollande lors d’une conférence de presse. « Nous sommes en train de gagner cette bataille », a ainsi expliqué François Hollande précisant que « quand je dis nous, c’est l’armée malienne, ce sont les Africains soutenus par les Français ». Le président de la République est également revenu sur les conditions de l’engagement français au Mali. Il a ainsi précisé qu’il reviendrait aux troupes africaines de poursuivre l’offensive vers le nord du pays.  « Les Africains peuvent prendre le relais et ce sont eux qui iront dans la partie du nord » (François Hollande) Par ailleurs, le chef de l’État a répété que la France n’avait « pas vocation à rester au Mali » expliquant qu’à terme, l’armée française ne serait là « que pour encadrer et former l’armée malienne ». « De la même manière que nous sommes montés en charge rapidement, nous reviendrons vers les bases de départ », a ajouté François Hollande. Enfin le président de la République a affirmé que les populations civiles avaient été « protégées d’exactions ». Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme affirment que l’armée malienne s’est livrée à des opérations de représailles. 

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

Mali : un don du Japon !

Mali : un don du  Japon !

  •  

De toute évidence les grandes puissances ne souhaitent pas s’engager au Mali, alors on multiplie les messages d’encouragement à la France ou les dons. Ainsi, Le ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida, a annoncé mardi que son pays allait faire un don de 120 millions de dollars pour aider à stabiliser le Mali et le Sahel, quelques jours après la mort de dix Japonais dans une prise d’otages en Algérie, attaque liée au conflit dans cette région d’Afrique du Nord. « Cela doit aider la région à renforcer sa gouvernance et sa sécurité, y compris via des opérations de maintien de la paix », a-t-il expliqué, précisant que ce don vise à « renforcer la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) et à réduire la pauvreté qui peut constituer le terreau du terrorisme ».

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Fonctionnaires : grève jeudi; lune de miel terminée avec Hollande

Fonctionnaires : grève jeudi; lune de miel terminée avec Hollande 

Après la chute dans les sondages, Hollande va devoir affronter ses premières grèves. La lune de miel est décidemment bien finie et les difficultés commencent pour le gouvernement qui en outre doit gérer la vague de suppression d’emplis dans le privé. Ce sera donc Première fronde syndicale d’envergure à l’encontre de François Hollande. Les 5,2 millions de fonctionnaires du pays sont en effet appelés par la CGT, FSU et Solidaires à cesser le travail, jeudi prochain, afin de faire part au gouvernement de leur impatience. Ils entendent signifier qu’ils attendent des gestes concrets en matière salariale, la dernière augmentation générale remontant à 2010, mais défendent aussi des revendications sur l’emploi ou la journée de carence (non indemnisée) en cas d’arrêt maladie. Quelque 120 rassemblements et manifestations sont prévus sur le territoire, dont une manifestation à 14 heures à Paris depuis Port-Royal.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Mali : aide symbolique du Royaume-Uni

Mali : aide symbolique du Royaume-Uni

Pour la France les soutiens sont nombreux mais surtout symboliques ou marginaux. En réalité la France est seule sur le terrain alors que les intérêts de toutes les grandes puissance sont en cause dans le sahel. Exemple, Sir Peter Ricketts, ambassadeur du Royaume-Uni en France, a renouvelé le soutien de son pays à la France dans l’intervention au Mali. « On félicite les Français pour le progrès faits par les militaires. Mon Premier ministre a téléphoné au président Hollande pendant le week-end pour le féliciter. Les Français avaient raison d’agir rapidement. On connait bien les capacités de l’armée française mais ce n’est pas encore fini je pense. Pour cela, on veut aider la France avec un soutien logistique et d’entraînement », a-t-il assuré. En plus des avions de transport, « nous avons aussi envoyé notre avion de surveillance ‘La sentinelle’ qui est très bien pour détecter des mouvements de groupes sur le terrain. Après l’occupation des grandes villes, la bataille va être de trouver les terroristes là où ils sont dans le désert », a affirmé l’ambassadeur du Royaume-Uni.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Renault, PSA, banque de France etc.: la grogne sociale monte

Renault, PSA, banque de France etc.: la grogne sociale monte

Des salariés de Renault, PSA, Sanofi, GoodYear, Virgin, Faucecia et d’autres entreprises qui ont annoncé des suppressions de postes seront dans la rue ce mardi pour protester contre les « licenciements boursiers« . Le Premier ministre devrait ainsi être pressé de préciser ses intentions en la matière. Légiférer contre ce type de licenciements constituait, en effet, une promesse de campagne de François Hollande.  En juin 2012, le ministre du Travail, Michel Sapin, assurait vouloir aller vite sur ce dossier. Mais en six mois, le gouvernement s’est contenté de donner une définition de ce qu’est un licenciement boursier : celui dont « le seul motif est d’augmenter les dividendes des actionnaires« . Aucun texte n’est pour l’instant inscrit au programme de travail du gouvernement. Ayrault va devoir s’en justifier.  En parallèle, des négociations sociales se tiendront simultanément chez les deux constructeurs automobiles français. Renault et Peugeot sont, en effet, actuellement en discussions avec les représentants du personnel pour rendre leurs usines françaises plus compétitives. Mais chez Renault, la dernière journée de pourparlers s’est très mal passée, les syndicats accusant la direction de la marque au losange, dont l’Etat est actionnaire à 15%, de chantage à l’emploi. Ce qui avait forcé le gouvernement, à réagir. Si ces dernières négociations se transforment encore une fois en bras de fer, Jean-Marc Ayrault pourrait devoir intervenir. Son arbitrage a également été sollicité par les parlementaires communistes à propos du plan social à la Banque de France. Les députés PC demandent au Premier ministre d’organiser une table ronde sur l’avenir de l’institution dans les meilleurs délais. Ils affirment que les salariés de cette dernière ont des propositions « constructives et innovantes« , qui constitueraient une alternative aux 2 000 suppressions de postes prévues.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

v

Distribution: « Made in France » ?

Distribution: « Made in France » ?

 

Leclerc lance des rayons « made in France » ; question : sur quoi et pourquoi ? Apparemment c’’est surtout les produits frais qui seraient concernés ; par ailleurs l’étiquetage « production locale » n’est pas nouveau ; Il frauda aussi s’assurer du contenu réellement français du produit made in France. Pas nécessairement une mauvaise idée mais la question centrale est celle de la qualité et de la compétitivité des produits français. Pour l’instant en tout cas une belle opération markéting pour Leclerc. Les centres E. Leclerc viennent donc de lancer en test dans plusieurs supermarchés des rayons de « Produits fabriqués en France », comme réclamés à l’automne par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.  Le ministre, qui n’avait pas hésité à poser en marinière bretonne, avait invité les Français à acheter français, y voyant là la clé d’une troisième révolution industrielle, et écrit aux grandes enseignes de distribution pour leur suggérer de « mettre du tricolore dans les linéaires ».  Leclerc a rebondi: « On teste ce que Montebourg pourrait appeler un +marketing patriotique+, comme le font des magasins italiens à New York par exemple », a expliqué lundi le dirigeant de la chaîne, Michel-Edouard Leclerc, dans un message à l’AFP.  Dans l’un des supermarchés concernés, à Lanester en Bretagne, des dizaines de références de produits alimentaires français ont été regroupées sous une bannière bleu-blanc-rouge estampillée « Produits fabriqués en France », comme le montrait lundi le quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France.  Le groupe Leclerc « se donne un an » pour tirer les conclusions du test. « Il y a débat pour savoir si, pour valoriser les produits français, il faut les marketter ainsi ou promouvoir les labels régionaux », ce que fait déjà Leclerc, a souligné le patron du groupement.  Interrogées par l’AFP, les concurrents Carrefour, Casino, Auchan et Système U n’ont pas l’air convaincus de la nécessité de rayons Made in France pour vendre français.  Auchan souligne toutefois être « en réflexion pour voir ce qu’on peut faire de plus pour les produits français aujourd’hui ».  Globalement, la concurrence de Leclerc estime valoriser déjà largement les produits français, via un étiquetage ou des marques vantant l’origine régionale ou locale.  Casino et Carrefour rappellent que 80% de leurs produits frais sont issus d’une production française. Et pour appuyer les produits du terroir, Carrefour ou Auchan exhibent jusqu’à la photo du producteur local.  Par ailleurs, la marque Reflets de France, lancée il y a quinze ans chez Carrefour, « parle pour elle-même » et elle est « plébiscitée par nos clients », relève le groupe.  Casino a répliqué avec la gamme « Le Meilleur d’ici », lancée en 2012 et qui concerne « entre 200 et 300 produits achetés chez des producteurs dans un rayon de 80 kilomètres », ou encore, depuis 2010 chez Leader Price, avec « La Sélection de nos régions ».  A Carrefour, on assure que le client est particulièrement « sensible » à la valorisation locale ou régionale des produits. Depuis 2012, la priorité du groupe est d’ailleurs de « développer l’offre de produits locaux »: « dans un magasin breton, on va surtout mettre en avant les produits du cru ou de Bretagne ».  Idem pour Auchan, où depuis trois ans, « le gros de la communication se fait sur les produits locaux et régionaux », dans tous les magasins.  Auprès du client, le Made in France peut-il mieux vendre que l’argument de proximité ?  Michel-Edouard Leclerc reconnaît que si « les magasins parisiens ou de Lyon, de Nice sont intéressés » par l’idée d’un rayon Made in France, en revanche « en Alsace, en Bretagne, dans le sud-ouest, nos adhérents sont majoritairement pour une valorisation régionale ».  Par ailleurs, certains doutent de la faisabilité du projet d’un rayon Made in France.   »Dans l’alimentaire, on peut oublier l’idée, c’est ingérable, il faudrait mettre presque tous les produits », juge un porte-parole de Système U.   »Et dans le non-alimentaire, on peut l’envisager pour des opérations saisonnières, sur des produits précis: les jouets à Noël, les objets de jardinage, etc. Mais de manière permanente, tout réunir ensemble n’a aucun sens », ajoute-t-on.  Autre écueil, que concède Leclerc: « dans le non-alimentaire, il y a carence de produits 100% français, donc un problème de définition pour ne pas être en publicité mensongère ». Il faudra du temps pour parvenir à « +délimiter+ un périmètre de produits suffisamment +made in France+ (…) dont le regroupement ferait +sens+ ».  Et selon Système U, restera « le problème de certaines productions françaises, dont le prix est trop élevé pour la clientèle ».

 

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Espagne : la commison européenne prête à lâcher du lest sur l’austérité

Espagne : la commison européenne prête à lâcher du lest sur l’austérité

 

Sans le dire ouvertement la commison européenne change stratégie vis-à-vis de l’Espagne car sa politique drastique d’austérité est un échec sur le plan de la croissance et de l’emploi mais aussi en matière de dette publique. L’Espagne compte le taux de chômage le plus élevé de la zone euro après la Grèce, avec 26,02% de la population active, et 55,13% chez les moins de 25 ans.  Le chômage des jeunes est la première préoccupation du gouvernement. Toutes les politiques économiques du gouvernement ont un seul objectif: réduire le taux de chômage, et en particulier celui des jeunes », a de son côté affirmé Luis de Guindos. Olli Rehn s’est dit « conscient de la situation difficile que vivent de nombreux Espagnols ». Si 2013 sera « une nouvelle année difficile » pour le pays, elle devrait toutefois également être celle du « tournant vers la reprise », a-t-il ajouté.  Interrogé sur la possibilité d’une révision des objectifs de déficit publics fixés par la Commission européenne à l’Espagne, Olli Rehn a laissé ouverte cette possibilité, invitant à attendre la prochaine publication des prévisions de croissance de l’Union européenne, le 22 février.  Dans ses recommandations en matière de réduction du déficit, la Commission européenne « tient compte des perspectives de croissance et de la marge de manoeuvre budgétaire de chaque pays », a-t-il souligné.  S’il s’avère que la situation économique de l’Espagne s’est « détériorée de façon importante, nous pouvons réviser le rythme de réduction du déficit », a ajouté le commissaire.  L’Espagne, qui a enregistré un déficit de 9,4% du PIB en 2011, s’est engagée à le réduire à 6,3% en 2012, puis à 4,5% en 2013 et 2,8% en 2014. Mais le seuil visé pour 2012 devrait être largement dépassé selon nombre d’analystes.  La Commission européenne a elle-même reconnu la semaine dernière dans un rapport qu’il serait « très difficile » pour l’Espagne de respecter cet objectif, en partie du fait du dérapage budgétaire de certaines régions autonomes. Les chiffres du déficit public pour 2012, qui doivent être publiés dans quelques jours, « mettront en évidence l’énorme effort fourni par toutes les administrations publiques pour réduire le déficit », a de son côté affirmé Luis de Guindos.  Le ministre n’a toutefois pas précisé si l’Espagne respecterait l’objectif de 6,3%.  Luis de Guindos a également assuré que les efforts de réduction du déficit étaient « équitablement répartis » entre l’Etat central et les régions autonomes, alors que certaines d’entre elles, telles la Catalogne, affirment le contraire.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Caisse d’Epargne : après kerviel, un autre lampiste condamné ou la justice implacable !

Caisse d’Epargne : après kerviel, un autre lampiste condamné ou la justice implacable !

 

Des dizaines de milliards paris en fumée du fait de la spéculation irresponsable des banques ; pourtant en France aucun grand patron de banques n’a eu la moindre condamnation. Certes certains ont été débarqués mais avec de confortables retraites chapeau. Un justice implacable donc mais pour   les pauvres  types. Deux responsables donc  seulement pour l’instant ; deux lampistes-qui payent pour tous les autres. Dernière condamnation en date celle d’un trader de la caisse d’épargne.  Qui fait perdre en abusant de la confiance de la banque, paye. C’est bien la «jurisprudence» Kerviel qui a été appliquée dans l’affaire Picano-Nacci . Ce faisant, en condamnant ce matin l’ex-trader de la Caisse d’Epargne, accusé d’avoir fait perdre 315 millions d’euros à la banque, à deux ans de prison avec sursis pour abus de confiance, le tribunal correctionnel de Paris n’a pris aucun risque. Boris Picano-Nacci devra en outre rembourser l’intégralité des pertes, soit 315 millions d’euros, au titre des dommages et intérêts à la banque. L’emprisonnement avec sursis signifie que Boris Picano-Nacci n’ira pas en prison, mais les dommages et intérêts sont «impossibles à la dimension d’un homme», a admis en sortant de l’audience l’avocat de la banque, Jean Reinhart, qui a expliqué que celle-ci pratiquerait «le recouvrement avec tact, intelligence et discernement». L’avocat dit espérer que «l’affaire s’arrête là» et examinera avec l’avocat de Boris Picano-Nacci, Martin Reynaud, «quelque chose de supportable». Comme dans l’affaire Kerviel, l’ex-trader de la Société Générale, le tribunal a fait une stricte application de la jurisprudence de la Cour de cassation, qui veut que l’intégralité du dommage soit réparée par la personne qui a commis le délit quelle que soit l’attitude de la victime. En d’autres termes, peu importe les mots très durs de la Commission bancaire envers les défauts de surveillance de la banque, Boris Picano-Nacci, comme Jérôme Kerviel, a, pour les juges, outrepassé son mandat. A une différence près. Les deux traders ont des personnalités bien différentes. Boris Picano-Nacci «n’est pas une faussaire, il n’a jamais eu l’intention de nuire à la banque mais s’est laissé entraîner dans une dérive dangereuse par un sentiment de toute-puissance et un déni du mandat qui lui était confié», avait noté dans son réquisitoire le procureur Serge Roques. Le tribunal, lui ne s’attarde pas sur la personnalité du trader et, reprenant une des argumentations de l’ordonnance de renvoi, note que «même s’il n’est pas établi qu’il [Boris Picano-Nacci, NDLR] a agi par malveillance a commis de graves détournements (…) [en] se lançant dans une série d’opérations à haut risque au mépris des instructions reçues de sa hiérarchie et en profitant des imperfections du système de contrôle». Pour la défense, les agissements de Boris Picano-Nacci relevaient au contraire de «fautes professionnelles» sans intention frauduleuse.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

12345...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol