Fessenheim sera fermé

Fessenheim sera fermé

 

Delphine Batho  réagit à des informations publiées par Le Monde selon lesquelles le ministère de l’Écologie a récemment écrit qu’«il n’est pas établi qu’il existerait des risques graves menaçant la sûreté de la centrale de Fessenheim». Le gouvernement a en effet rédigé un mémoire en défense pour la cour administrative d’appel de Nancy, le 5 octobre dernier, dans le cadre d’une procédure judiciaire intentée par un collectif d’associations antinucléaires (l’ATPN, association trinationale de protection nucléaire). L’ATPN réclamait, depuis 2008, la fermeture immédiate de la plus ancienne centrale nucléaire de France. «Il n’y a aucune contradiction entre le fait que le gouvernement souhaite fermer Fessenheim dans le cadre de la transition énergétique et le fait d’objecter à une demande d’une association antinucléaire qui demande la mise à l’arrêt immédiate pour des raisons de sûreté», justifie Delphine Batho. «Si la centrale posait des problèmes de sûreté immédiats, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le juge de paix absolu en la matière, déciderait de la fermer immédiatement», poursuit la ministre chargée de l’Énergie. L’Elysée a pour sa part réaffirmé à l’AFP que la centrale serait fermée «fin 2016, début 2017», rappelant l’engagement n°41 du candidat François Hollande, réaffirmé en septembre lors de la conférence environnementale. Comme l’indique Le Monde, l’argumentation écrite du ministère est une aubaine pour EDF, qui, dans son propre mémoire de défense, adressé le 21 janvier, se plaît à souligner que «le ministre de l’écologie a constaté dans son mémoire que la demande de fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim (…) n’est justifiée par aucun élément de fait ou de droit». EDF se refuse à tout commentaire. C’est aussi en misant sur une faiblesse juridique que la CGT a annoncé jeudi qu’elle allait déposer un recours devant le Conseil d’État contre la nomination d’un délégué interministériel chargé de la fermeture de Fessenheim. Reste que si le gouvernement, se fondant sur les décisions de l’ASN qui a prolongé de dix ans les opérations du réacteur n°1 de Fessenheim moyennant des travaux, estime le réacteur suffisamment sûr pour continuer de produire du courant, la sûreté de la doyenne des centrales, située sur une faille sismique, était bien l’un des arguments avancé par François Hollande durant la campagne électorale pour la fermer la première. S’agissant du cadre juridique, Delphine Batho rappelle au Figaro que la future loi de programmation qui doit être déposée en septembre ou en octobre à l’issue du débat national sur la transition énergétique comportera une disposition sur la fermeture de la centrale alsacienne. Ce qui différenciera la procédure de celle prévue par un décret de 2007, assure la ministre. La mise à l’arrêt définitif de Fessenheim sera néanmoins une procédure longue, avec une enquête publique. Le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet, évalue le délai à cinq ans. Delphine Batho assure que l’échéance de la fin 2016 fixée par François Hollande, est «tenable». Saisissant l’occasion de ce qui peut apparaître comme un cafouillage, le député écologiste Denis Baupin réclame une nouvelle fois la fermeture «au plus vite» de la centrale en rappelant que l’ASN a exigé des travaux de renforcement de la sûreté d’ici le mois de juin sous peine de l’arrêter.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

0 Réponses à “Fessenheim sera fermé”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol