• Accueil
  • > La négociation « historique » patronat –syndicat reportée en 2013 ; …. ou 2017 !

La négociation « historique » patronat –syndicat reportée en 2013 ; …. ou 2017 !

La négociation «  historique » patronat –syndicat reportée en 2013 ; …. ou 2017 !

La grande négociation historique (d’après Hollande (se poursuit donc. Elle achoppe toujours sur la question des CDD, dont les syndicats réclament la taxation pour freiner la précarité. Le Medef, qui tient la plume comme le veut une tradition établie, s’y refuse mordicus. Aucun mot à ce sujet dans la dernière version du projet d’accord débattue jeudi. « Cela crée zéro emploi et surenchérit le coût du travail », tacle Patrick Bernasconi, négociateur patronal et candidat pressenti à la succession de Laurence Parisot. En revanche, les dispositifs souhaités de longue date par l’organisation patronale figurent dans le texte en suspens : une sécurisation juridique des licenciements et le recours facilité aux « contrats de maintien dans l’emploi » – qui permettent de moduler le temps de travail ou les salaires au lieu de faire un plan social. Ainsi que la création d’un contrat de travail qui dure le temps d’une mission. Autrement dit, il suffirait d’un geste du Medef sur les CDD pour débloquer la situation et, peut-être, obtenir gain de cause sur la « flexibilité ». Le ministre du Travail Michel Sapin a estimé mercredi dans Le Monde que le patronat n’allait pas assez loin. « La crispation est un passage obligé dans une négociation, la pression est réelle, ce n’est pas pour cela qu’il faut écrire n’importe quoi », répond Bernasconi. « Je pense que François Hollande a aussi conscience de la difficulté de l’exercice. » Les syndicats, eux, font la grimace. « On a un peu l’impression d’avoir perdu notre temps. Le patronat est nerveux, les vacances leur feront du bien », a déploré Stéphane Lardy, le négociateur de Force ouvrière, à la sortie des discussions. Les intentions politiques de FO – signer ou pas – restent un mystère pour le gouvernement et les observateurs. Une chose est sûre, le syndicat de Jean-Claude Mailly revendique de longue date une surcotisation sur les contrats courts, les salariés en intérim ou CDD étant de plus en plus nombreux à s’inscrire au chômage. La CFDT avait, elle, proposé que la taxation des CDD soit dégressive, les premières semaines coûtant plus cher à l’employeur que les suivantes. En vain. Patrick Pierron, son négociateur, a dressé un « constat amer » sur les deux jours passés, selon ses termes : « La CFDT est déçue, nous sommes très loin d’un accord ». La centrale de Laurent Berger était la plus allante, son ton s’est durci ces derniers jours. « Je n’ai pas envie de signer un fiasco historique », a lancé pour sa part Marie-Françoise Leflon (CGC). La CGT, elle, répète à l’envi que le Medef veut imposer davantage de flexibilité et obtenir davantage de libertés pour licencier. Sa négociatrice, Agnès Le Bot, juge « la pression patronale maximale. Ils ont eu des résultats auprès du gouvernement avec le crédit d’impôt, ils en veulent encore dans cette négociation ». A l’instar du secrétaire général de sa centrale, Bernard Thibault, elle en appelle déjà aux députés pour retoucher l’éventuel accord qu’ils auront à transposer dans la loi. « Les attentes des salariés se sont exprimées à l’élection présidentielle, ce n’est pas le Medef qui a élu François Hollande », dit-elle. Dans l’ensemble, à côté des avancées pour les employeurs, le projet d’accord en contient plusieurs pour les salariés. Les mutuelles seraient généralisées à ceux qui n’en ont pas encore (une minorité). Les droits seraient conservés, dans une certaine mesure, en cas de chômage. Une telle mesure existe déjà mais elle est peu appliquée. Par ailleurs, les droits aux allocations de chômage ne seraient pas perdus lors d’une reprise d’emploi mais reportés. En cas de nouvelle période de chômage, ils s’ajouteraient aux droits acquis pour allonger la durée d’indemnisation. Autre disposition, un temps de travail plancher serait instauré pour les salariés à temps partiel. Et les élus syndicaux seraient mieux informés sur la situation financière de l’entreprise. Le patronat s’est dit prêt aujourd’hui à faire des avancées sur la présence des salariés dans les conseils d’administration, une mesure que le gouvernement entend inscrire dans un prochain projet de loi.

1 Réponse à “La négociation « historique » patronat –syndicat reportée en 2013 ; …. ou 2017 !”


Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol