• Accueil
  • > Le Qatar achète du CAC 40

Le Qatar achète du CAC 40

Le Qatar achète  du CAC 40

Les fonds d’investissement du Qatar vont injecter 10 milliards d’euros dans nos grandes entreprises. L’objectif est atteint : « Montrer que la France reste un pays ami et respecté ; 10 milliards, c’est beaucoup d’argent mais une goutte d’eau à l’aune des 40 premières capitalisations tricolores. Et ces milliards ne seront sans doute pas investis sur une mais deux ou trois années », tempère Emmanuel Limido, président de la société d’investissements Centuria Capital, qui a accompagné le Qatar sur plusieurs opérations. Les grands patrons, eux, sont prévenus. Doha attend leurs appels et leurs visites. Pour expliquer l’engouement des Qatariens, l’ambassadeur invoque des « relations historiques », « la qualité de l’environnement économique et des marques » de l’Hexagone, ainsi que le profit politique et médiatique – l’obsession de Doha – qui en dérive. « C’est un petit État qui veut avoir tout d’un grand et qui a fait de la France une plateforme d’influence », formule Matthieu Pigasse aux commandes de la banque Lazard à Paris. Un pays stratégique, la France? Oui, mais pas plus que la Grande-Bretagne, dont le Qatar fut un protectorat, ou la première puissance économique d’Europe, l’Allemagne. Quoi qu’il en soit, sa force de frappe financière va aller croissant. Créé il y a moins de dix ans, le fonds QIA qui coiffe tout le dispositif – plus d’une quinzaine de fonds – pèse quelque 115 milliards d’euros. Et il reçoit désormais 100 milliards de plus tous les trois ans. Une cagnotte à placer dans le monde entier. « Vus de Paris, les Qatariens peuvent sembler exotiques. En réalité, ce sont des investisseurs à la Warren Buffett, concentrés sur la stratégie et le rendement », confie le directeur financier d’une société française « qatarisée ». À une nuance près. Ils cherchent aussi à acquérir des savoir-faire et à développer des projets, au Qatar ou à l’étranger. Pour eux, être actionnaire rime avec partenaire. À de rares exceptions (PSG, Le Tanneur…), ils acquièrent des blocs minoritaires et ne revendiquent pas toujours de postes d’administrateur. Ses prises de participation ont souvent un double prisme : la recherche d’un bon placement et de tickets stratégiques en termes de rayonnement et de relation avec chaque pays. Le Qatar est une monarchie dirigée par cinq grandes familles qui gèrent l’argent pour les générations futures comme leur propre cassette. Au sommet dominent quatre personnalités : l’émir cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, son épouse cheikha Mozah, leur fils et prince héritier cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, le Premier ministre cheikh Hamad Ben Jassim ben Jaber Al- Thani. Cette dynamique se reflète dans l’organigramme des fonds souverains « La cohabitation est parfois tendue entre l’émir et le Premier ministre, réputé l’homme le plus riche de l’émirat », affirme un ancien banquier de QIA.

 

0 Réponses à “Le Qatar achète du CAC 40”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol