• Accueil
  • > Gel des Retraites complémentaires pendant 3 ans au moins

Gel des Retraites complémentaires pendant 3 ans au moins

Gel des Retraites complémentaires pendant 3 ans au moins

On risque de s’orienter vers une désindexation des retraites complémentaires pour un long moment. Le gel est annoncé pour 3 ans mais en fait, avec la crise il pourrait bien se prolonger très au-delà. En clair, le pouvoir d’achat des retraités serait amputé chaque année de l’inflation (en plus de la cotisation fiscale nouvelle spécifique aux retraités). Les choses se sont accélérées, vendredi, lors de la deuxième séance de négociation sur les retraites complémentaires qui doit déboucher, d’ici à mars, sur un accord paritaire visant à rééquilibrer les comptes des régimes Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés), dans le rouge à cause de la crise. Les syndicats ont en effet répondu positivement à la proposition formulée il y a un mois par le patronat de geler pendant trois ans les pensions ou de les sous-indexer par rapport à l’inflation pendant cinq ans. «Nous souhaitons que les retraités les plus modestes soient épargnés, a nuancé Jean-Louis Malys, le chef de file de la délégation CFDT. Les efforts à fournir doivent être partagés.» Autrement dit, les retraités ne devront pas être les seuls à faire des sacrifices. Philippe Pihet, négociateur FO et président de l’Arrco, n’est pour sa part «pas opposé au fait d’étudier une moindre revalorisation des pensions au 1er avril 2013 dès l’instant où il y a une augmentation des cotisations». Même son de cloche de Danièle Karniewicz, chef de file de la délégation de la CFE-CGC et ex-présidente du conseil d’administration de la Cnav. Pour elle, les efforts devront être partagés «entre les retraités, les salariés et les entreprises» et l’ex-patronne du régime général de proposer «une augmentation de 0,5% des cotisations à partager entre salariés et entreprises». Seule la CGT s’oppose à toucher au niveau des pensions complémentaires. «Ce n’est pas aux retraités de payer la crise, s’est insurgé Éric Aubin, le “M. Retraites” de la centrale de Montreuil. On ne peut pas baisser le niveau des pensions sans paupériser cette catégorie de la population. Les pensions ont déjà baissé.» Pour lui, les entreprises doivent payer la facture, via une hausse «progressive» de 1,65% des cotisations patronales qui permettrait, à elle seule,d’«équilibrer les régimes d’ici à 2017». Le syndicaliste suggère aussi d’élargir «l’assiette des cotisations à l’épargne salariale». Mais rien n’est fait et «le numéro d’équilibriste» à trouver pour parvenir à un accord, dixit Danièle Karniewicz, est loin d’être «évident». Pour preuve, Jean-François Pilliard, le délégué général de l’UIMM et chef de file de la délégation patronale, s’est bien gardé de donner une position définitive. Pour lui, cette deuxième séance de discussion se bornait à «écouter les syndicats». Rien de plus. «Maintenant, nous allons analyser leurs propositions», a-t-il botté en touche, non sans faire une précision importante. «La question de l’augmentation des cotisations est prématurée», a indiqué Jean-François Pilliard, en raison de «la baisse des marges des entreprises et de leur niveau d’activité», qui demeure «préoccupante».

0 Réponses à “Gel des Retraites complémentaires pendant 3 ans au moins”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol