• Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Archive mensuelle de novembre 2012

Page 6 sur 19

Taxe foncière des entreprises: Moscovici promet de limiter les dégâts

Taxe  foncière des entreprises: Moscovici promet de limiter les dégâts

« Le gouvernement va tenter de réparer les dégâts qui ont été causés par la précédente réforme », « faite sous l’ancienne majorité de droite, a affirmé Moscovici  devant le Congrès des maires de France. Il a indiqué que « dans les prochains jours », le gouvernement proposera « une solution pour atténuer le problème » et « qui pourrait trouver sa place par amendement dans le projet de loi de finances rectificative » qui sera examiné par le Parlement avant la fin de l’année.  Il s’agirait, a précisé le ministre, « de neutraliser une partie des effets de la hausse pour les contribuables et, notamment, les collectivités volontaires pourraient, par délibération d’ici à la fin de l’année, remettre une partie de la hausse minimale décidée en 2012″.  Pierre Moscovici a aussi indiqué que « des consignes de souplesse ont d’ores et déjà été données aux services locaux pour accorder des délais de paiement aux contribuables qui sont en difficulté ».  De nombreuses sociétés viennent de constater en recevant leur avis d’imposition une explosion de la CFE, qui, depuis 2010, avec la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, a remplacé la taxe professionnelle.  Le bureau de l’Association des maires de France (AMF) a demandé de son côté que « le dispositif » de la CFE « soit aménagé afin de garantir, à l’avenir et de manière pérenne, une imposition des entreprises adaptée à leur capacité contributive ».  Au passage, M. Moscovici a estimé que si la suppression de la taxe professionnelle « a probablement été plutôt bénéficiaire » à l’économie dans son ensemble, « pour les collectivités locales, il en va très différemment ». « Dans un territoire comme le mien », le bassin d’emploi de Montbéliard (Doubs), « la suppression de la taxe professionnelle a conduit à diviser par deux les investissements », a-t-il dit.  Le ministre a assuré les maires « à quel point le gouvernement est sensible à (leurs) problèmes de financement ». « Je ferai en sorte que vous puissiez non seulement boucler vos budgets pour 2012, mais financer vos actions pour l’avenir, les investissements des collectivités locales étant tellement précieux », a-t-il dit.  Le locataire de Bercy s’est dit décidé à « aller vite » pour faciliter la création de l’Agence de financement des investissements des collectivités locales (AFIL), et « disponible pour mettre en place le véhicule législatif » indispensable.  Réclamée depuis un an et demi avec une lourde insistance par les élus, afin de pouvoir emprunter pour leurs investissements aux taux du marché financier, ce projet a longtemps fait l’objet d’une sourde hostilité de Bercy. Ce sont les collectivités locales, et non l’Etat, qui apporteront leur garantie financière au projet

 

UMP : Copé et Fillon acceptent la médiation de Juppé

UMP : Copé et Fillon acceptent la médiation de Juppé

 

L’ex-premier ministre va présider une instance collégiale pour réexaminer les résultats de l’élection, contestés par les camps Fillon et Copé. Alain Juppé leur donnait jusqu’à ce soir 20h00 pour accepter.

UMP : Copé plie, Juppé médiateur

UMP : Copé plie, Juppé médiateur

Jérôme Lavrilleux, bras-droit de Jean-François Copé, vient d’annoncer que le président proclamé de l’UMP acceptait la proposition d’Alain Juppé de mettre en place une instance collégiale indépendante. « Jean-François Copé est prêt à accepter le verdict qui sera prononcé par Alain Juppé », a assuré Jérôme Lavrilleux lors d’un point presse au siège du parti. « Nous nous plierons aux résultats prononcés et nous espérons que la sagesse va s’imposer », a-t-il ajouté.

Economie politique société: les plus lus

 

 

 

Pages les plus visitées  jeudi 22novembre 2012

 Aujourd’hui

Allemagne: activité en baisse

1000 milliards de budget et 55 OOO fonctionnaires, de quoi tuer l’Europe !

Une urgence : améliorer les connaissances en calcul à l’école et dans les partis politiques

Moody’s : dégradation de CDC, SNCF, Oséo, RATP, CNA et Unedic

Deux offres pour Florange- ArcelorMittal mais avec conditions

Dexia risque encore de coûter cher à l’Etat

1000 milliards de budget et 55 OOO fonctionnaires, de quoi tuer l’Europe !

Une urgence : améliorer les connaissances en calcul à l’école et dans les partis

 

 

 

Immobilier : acheteurs en baisse ; en cause, les revenus exigés par les banques (et organismes de crédit)

Embauches : -2.4% en octobre ; chômage en hausse

Bettencourt-Sarkozy : Sarkozy convoqué par la justice

Rythme scolaire : Hollande étale sur 2 ans la réforme ; encore une belle pagaille !

Livret A : collecte record 21 milliards d’euros en un mois

La fiscalité française : 164 ème rang sur 185 !

Hollande : « liberté de conscience » des maires pour les mariages homosexuels ; ou la république à la carte « Hollandaise »

 

 
lagardere-dans l’amour-est-dans-le-pre- -le-ridicule-ne-tue-pas/
la-reforme-de-l etat-par-la-decentralisation-bonjour-les-degats/
dexia-aggrave-le-deficit-francais-ou-les-degats-dun-ancien-fonctionnaire/
paris-plus-de-voiture-de-plus-de-17-ans-vivent-les-riches/
sondage-bva-crise-la-douche-les-francais-ne-se-lavent-plus/
a-propos/
manifestation-athenes-un-banquier-americain-accuse-l%e2%80%99europe-et-le-fmi/
grece-une-aide-limitee-a-2014/
pole-emploi-le-proces-de-l inutilite-de-l organisme/
 
le-canada-choisit-la-croissance-pas-l  austerite/
 
rapport+gallois+definition
hollande-inversion-de-la-courbe-du-chomage-fin-2013-une-illusion/
emplois-50-000-postes-detruits-en-3-mois/
/commission-europeenne-gel-des-quotas-de-co2-une-erreur/
renault-restructuration-en-vue/
vote-des-etrangers-enterre-avec-le-referendum/
retraites-nouvelle-taxe-de-03/

 

 

hier
rachida-dati-menace-sa-premiere-adjointe-toujours-la-grande-classe-vestimentaire-seulement/
chronique-agora-les-marches-de-plus-en-plus-deconnectes-de-l’économie-reelle/
commission-jospin-une-reflexion-de-vieux-fonctionnaires-et-une-composition-scandaleuse-2/
le-gouvernement-maintient-ses-previsions-de-croissance-2013-grace-au-plan-competitivite-de-2014-gonfle/
pole-emploi-mission-dinformation-a-lassemblee-nationale-pour-quoi-faire-pole-emploi-ne-sert-a-rien/
dexia-encore-5-milliards-pour-sauver-le-scandale/
commission-jospin-une-reflexion-de-vieux-fonctionnaires-et-une-composition-scandaleuse/
cofinoga-greve-pour-protester-contre-les-433-licenciements/
metro-grand-paris-express-ayrault-veut-1-milliard-si-necessaire–mais-on-les-prend-ou/
qatar-10-milliards-dans-des-groupes-francais/
victoire-d’ obama-et-dollar-en-baisse-pourquoi/
ayrault-%c2%ab-simplifier-5-demarches-administrative-il-faudrait-en-simplifier-des-centaines-voire-des-milliers/
plan-competitivite-trop-peu-trop-complexe-et-trop-tard/
hausse-tva-batiment-restauration-retour-du-travail-au-noir/
competitivite-le-rapport-gallois-enterre-retour-a-la-semantique/

 

 

 

 

Allemagne: activité en baisse

Allemagne: activité en baisse

Septième mois consécutif de baisse  en novembre i. L’indice PMI composite, qui regroupe services et industrie manufacturière, est légèrement remonté à 47,9 contre 47,7 en octobre, mais il reste sous le seuil de 50 séparant contraction et expansion de l’activité.  L’indice manufacturier a dépassé les attentes, remontant à 46,8 contre 46,0 en octobre alors que les économistes l’attendaient inchangé, mais celui des services a reculé à 48,0, son plus bas niveau depuis juin 2009, contre 48,4 le mois dernier.  « La conclusion qui ressort de l’enquête de novembre, c’est que l’économie allemand finira l’année en sourdine et non à plein tubes, les difficultés de la zone euro continuant de peser sur la confiance des entreprises et des ménages », commente Tim Moore, économiste senior de Markit.

1000 milliards de budget et 55 OOO fonctionnaires, de quoi tuer l’Europe !

1000 milliards de budget et 55 OOO fonctionnaires, de quoi tuer l’Europe !

 

Pas de politique budgétaire commune mais quand même un budget de 1000 milliards. Et 55 0000 fonctionnaires couteux et inutiles qui réglementent le fromage, les fosses septiques ou l’environnement des grenouilles. Fonctionnaires qui asphyxient l’Europe à coup de réglementations qui touchent tous les secteurs mais qui ont oublié l’essentiel ; à savoir, la régulation assurant des conditions de concurrence équitables tant à l’intérieur de l’UE que vis-à-vis de l’extérieur et la mise en place de politiques industrielles communes. . 1000 milliards qui seraient plus utiles à la relance de la croissance et à cette régulation  réponse des ultra européen : 1% du PIB européen, c’est pas grand-chose ; pourtant c’est beaucoup quand on mesure l’efficacité de la commission européenne qui en fait ne décide rien de fondamental mais tue l’initiative ; Un vrai budget européen serait nécessaire , même beaucoup plus important , encore faudrait-il qu’il serve des stratégies de développement et non  les vues bureaucratiques de technocrates qui n’ont qu’un rapport très approximatif avec les réalités économiques, sociales et même sociétales. En attendant, il fait s’attendre à Bruxelles à une bataille de marchands de tapis.

Une urgence : améliorer les connaissances en calcul à l’école et dans les partis politiques

Une urgence : améliorer les connaissances en calcul à l’école et dans les partis politiques

 

A en juger par l’état des connaissances, un plan national devrait  être lancé pour améliorer le savoir en calcul. Désormais,  la primarisation n’affecte pas seulement le secondaire mais l’enseignement supérieur (la preuve on donne des cours orthographe dans des universités !) ; la plupart des responsables politiques pourtant diplômés de l’enseignement  supérieur peinent à faire des additions, surtout lorsqu’il s’agit de compter les voix des électeurs. On ne peut faire de procès spécifiques à l’UMP, les congrès du PS avaient donné l’exemple. En outre,  les faiblesses des savoirs concernent d’autres matières comme le français. La preuve, Hollande à propos du mariage homo vient de confondre liberté de conscience, clause de conscience, égalité et principes républicains. Pas étonnant, à l’ENA aussi, on se contente d’effleurer les matières de base pour privilégier la dialectique du vendeur d’aspirateurs. Un chercheur expert en enseignement s’interrogeait récemment de manière assez ésotérique sur la pédagogie  « faut-il privilégier le ludique ou le symbolique  » pour améliorer les connaissances de base ?  ; réponse : Il y a plus de 50 ans, on utilisait le lyrique en chantant les tables de multiplication ; à dix ans tout le monde savait écrire et compter. Pas étonnant que la France ait laissé dériver son endettement, la génération politique actuelle a vraiment des problèmes relationnels avec les additions mais aussi avec la langue française  et la démocratie.

Moody’s : dégradation de CDC, SNCF, Oséo, RATP, CNA et Unedic

Moody’s : dégradation de CDC, SNCF, Oséo, RATP, CNA et Unedic

 

Après la dégradation de la France, ce sont les organismes publics qui sont concernés du faiat de leur propre fragilité financière. Moody’s a dégradé plusieurs entreprises publiques, comme la SNCF et le gestionnaire des réseaux RFF qui ont tous deux perdu un cran et sont aujourd’hui notés respectivement Aa2 et Aa1. L’agence a par ailleurs revu en baisse les notes de la Caisses des dépôts et consignations (CDC), la banque publique de soutien aux PME Oséo et de l’Agence française de développement (AFD) qui tous passent de Aaa à Aa1. Le Crédit de la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), l’union nationale pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (Unedic), la Caisse nationale des autoroutes (CNA) et la Régie autonome des transports parisiens (RATP) voient également leur note passer de Aaa à Aa1.

Deux offres pour Florange- ArcelorMittal mais avec conditions

Deux offres pour Florange- ArcelorMittal mais avec conditions

« Je suis en mesure de vous indiquer que le gouvernement a reçu deux offres et marques d’intérêts » pour Florange, a déclaré mercredi Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, à l’Assemblée nationale, sans dévoiler l’identité des repreneurs potentiels.  Ces offres portent toutefois « sur un périmètre plus large que celui qui a été octroyé par la famille Mittal », l’actionnaire indien qui contrôle le sidérurgiste.  Ce périmètre est en effet le périmètre de la rentabilité qui avait été analysé par l’expert gouvernemental Pascal Faure », auteur d’un rapport sur la viabilité du site remis fin juillet, a continué le ministre.  Dans son rapport, M. Faure indiquait que le site de Florange, pris dans son ensemble, était « viable, fiable et rentable ».  Si M. Montebourg n’a pas dévoilé les noms des prétendants potentiels, des noms circulaient dans les médias mercredi en fin de journée. France Inter évoquait ainsi sans citer ses sources le russe Severstal et une société française non identifiée, tandis que Le Monde sur son site internet mentionnait également le russe, ainsi que le français Ascometal.  ArcelorMittal avait il y a deux mois fait une petite concession au gouvernement en incluant la cokerie (installation de cuisson du charbon préalable à son introduction dans les hauts-fourneaux, ndlr), qu’il utilise toujours aujourd’hui, dans le périmètre des installations cédées.  Cette inclusion permettait à un repreneur de disposer de la totalité de la chaîne de production, des matières premières jusqu’à l’acier brut sous forme de brames (plaques d’acier épaisses).  Le ministre demande à présent au groupe d’aller plus loin, probablement en incluant une partie des installations aval, ce qu’ArcelorMittal a toujours exclu, ces lignes représentant pour lui toute la valeur ajoutée.   »Nous considérons (…) que le moment est venu de demander à Mittal de faire bouger sa position pour que, enfin, nous puissions sauver ensemble l’acier français et son meilleur symbole, les hauts fourneaux de Florange », a lancé le ministre. Passimiste, Walter Broccoli, représentant FO, parle de « poudre aux yeux ».   »Un périmètre plus large, c’est bien, mais M. Mittal ne lâchera rien de plus, c’est sûr et certain », a déclaré à l’AFP le militant pour qui, la nationalisation de l’usine reste la seule solution.

 

Dexia risque encore de coûter cher à l’Etat

Dexia risque encore de coûter cher à l’Etat

L’affaire Dexia  risque encore de coûter cher a lancé M. Emmanuelli, patron de la CDC,  lors de son audition devant la commission des Finances du Sénat.   »Dans Dexma, il reste 70 milliards d’euros de portefeuille », dont « à peu près 10 milliards d’euros sur les collectivités sur lesquels on peut avoir quelques inquiétudes, pas sur la totalité mais sur une partie » et « aussi 10 milliards de prêts toxiques », a précisé le député PS.  Les estimations communément acceptées font état, au sein du portefeuille de 70 milliards, d’un sous-ensemble considéré comme sensible d’un montant de 10 milliards.  Selon le montage proposé à la Commission européenne, l’Etat doit devenir actionnaire majoritaire de Dexma, aussi appelé DMA. La Caisse des dépôts prendrait une participation au capital.  M. Emmanuelli a rappelé que l’ensemble du groupe Caisse des dépôts avait perdu, à ce jour, 4 milliards d’euros dans le dossier Dexia, dont elle est le premier actionnaire.  Dans le détail, 2,9 milliards proviennent de la section générale (périmètre strict de la CDC), 1 milliard du Fonds d’épargne (qui centralise 65% du Livret A et du Livret de développement durable) et le solde de CNP Assurances, contrôlé par la CDC. « La Caisse se trouve à nouveau sollicitée par l’Etat pour prendre une participation (dans DMA, NDLR) que nous avons tendance plutôt à refuser parce que cela nous a déjà coûté très, très cher », a commenté M. Emmanuelli.   »Nous sommes néanmoins l’objet (…) de pressions insistantes parce que si ce n’est pas nous, l’Etat ne sait pas avec qui » réaliser le montage, a-t-il ajouté.  L’affaire Dexia est révélatrice des dérives bancaires ; D’un certain point de vue, c’est une caricature ; Pour autant la crise de cette banque présente bien des points communs avec d’autres établissements bancaires. Dexia déjà victime de la crise des subprimes, n’a pu encaisser la crise financière actuelle. Dexia est l’exemple même, extrême sans doute, des dérives bancaires. Dexia dont l’activité essentielle devait être orientée vers les prêts aux collectivités locales s’est aventuré dans des placements à haut risques dans des zones géographiques, dans des secteurs et dans des modalités qui ne correspondant ni à son objet, ni à ses compétences. C’est la seconde fois qu’on sauve ce qui peut l’être. Déjà après la crise de 2008, il a fallu éviter le pire, en 2011, c’est la fin de ce qu’il faut bien considérer comme une aventure malheureuse. A cet égard la plupart des banques européennes et même françaises ont suivi le même chemin. C’est-à-dire qu’elles n’ont tiré aucun enseignement de la crise de 2008 et ont continué, elles aussi à investir dans des placements à risques mal mesurés pour lesquels alors que ce n’est pas leur mission première et qu’elles n’ont en réalité que peu de compétence dans ces domaines. En clair on joue avec l’argent des dépôts et des épargnants pour tenter d’accroitre les profits et satisfaire et les actionnaires et les égos (et les rémunérations)  des dirigeants. Notons que la rémunération de M. Mariani, dirigeant de Dexia était de l’ordre de 2 millions d’euros en 2010  (salaires et bonus), c’est évidemment mieux que son ancien salaire de fonctionnaire inférieur à 100 000 euros. ; En fait M. Mariani est représentatif des dirigeants de banques français, hauts  fonctionnaires, qui ne doivent leur promotion qu’à leur passage dans les cabinets ministériels ; ce qui explique une grande partie de leur incompétence et de leur irresponsabilité. Et pourtant M. Mariani était considéré comme l’un des meilleurs, ce qui en dit long sur la qualité des autres. Nos grandes banques sont en difficultés pour les mêmes raisons. Fondamentalement les banques de déports la plupart dirigées par d’anciens fonctionnaires ne sont compétentes pour intervenir sur les placements à risque. Dexia est un exemple intéressant car il pourrait bien montre le triste chemin de nos banques si la crise continue de s’aggraver.

55 000 fonctionnaires européens plombent le budget de l’UE

55 000 fonctionnaires européens plombent le budget

David Cameron a vise là ou cela faiat mal : «La meilleure de la journée, c’est quand même que 16 % des salariés de la Commission gagnent plus de 100 000 euros!» par an, devant ses pairs ébahis, rapporte le Financial Times. Le président du Conseil Van Rompuy a reçu le message cinq sur cinq: il a déjà coupé 500 millions dans l’enveloppe des frais d’administration. Ce ne sera pas suffisant pour rééquilibre le budget. Les États membres ont refusé l’an dernier les augmentations découlant de l’indexation et s’apprêtent à recommencer en 2012. La Commission propose de réduire les effectifs de 5 %, de ­limiter les promotions à l’ancienneté, de couper dans les avantages sociaux et de faire davantage appel aux contractuels. Les frais de fonctionnement des institutions européennes représentent 63 milliards, ou un peu plus de 6 % du budget provisionnel 2014-2020 soumis au sommet.  La Commission avait poussé le ­bouchon un peu trop loin, au moment où la plupart des fonctionnaires se serrent la ceinture sur le reste du continent. Huit pays - dont la ­France et l’Allemagne – venaient d’exiger un programme d’économie de 5 à 15 milliards dans les frais de fonctionnement, d’ici à 2020. Tout porte à croire qu’un tour de vis supplémentaire sera, dans les heures qui viennent, un des rares sujets d’unanimité à la table des Vingt-Sept. Des études sérieuses montrent que les fonctionnaires européens sont généralement bien mieux traités que leurs collègues du reste de l’UE. À l’argument, Bruxelles répond d’ordinaire et sans humour qu’elle n’entend recruter que les meilleurs. Les ciseaux budgétaires sont pourtant déjà à l’œuvre.

 

UMP : la farce démocratique

UMP : la farce démocratique

 

Comme a dit Rachida Dati sur « canal » au « grand journal »  l’UMP a des problèmes avec la démocratie », ce qui n’empêche pas celle qui recherche le père de son enfant par voie de justice de crier haut et fort que Copé a gagné. Un léger détail découvert par Wauqiez : on a oublié des compter les vois de trois fédérations d’outre-mer ! Ce n’est pas seulement un psychodrame cette élection truquée mais une lamentable comédie, tragique pour al démocratie ; Copé a triché, c’est ce que pense toute le monde et Fillon qui conteste les résultats ; dès lors cette victoire à la Pyrrhus de Copé portera pour longtemps le sceau de cette  tricherie. Embêtant pour quelqu’un qui pense chaque matin à la magistrature suprême. A gauche, en on se réjouit ; Désir donne même des leçons. Il devrait être plus modeste car c’est le même scénario qui a donné à la victoire à Aubry au lieu de Royal ; vraiment pas de quoi se réjouir même si effectivement par contre les primaires du PS ont rectifié le tir dans le bon sens et avec un certain succès. Que faire ? Maintenir la victoire de Copé et c’est le risque d’éclatement de l’UMP et le discrédit sur la légitimité de son principal responsable. Pourquoi soutenir Copé qui n’et qu’une pâle copie de Sarkozy avec le talent en moins et  le ridicule en plus ; Copé est un arriviste pur jus dont la seule conviction est qu’il peut devenir un jour président de la république ;  l’UMP s’enfonce chaque jour un peu plus dans le ridicule avec les déclarations d’autres arrivistes sans scrupule type Morano  Dati ou  Rosso-Debord .  L’affaire des pains au chocolat volé par un immigré méritait  le César de la démagogie, cette fois aces ces élections, c’est le Nobel de la tartufferie.

 

UMP : Wauquiez a découvert la fraude

UMP : Wauquiez a découvert la fraude

 

Lundi soir, après des heures de tergiversations, François Fillon avait fini par reconnaître sa défaite. C’est donc à la surprise générale que mercredi, en début d’après-midi, son camp lance une nouvelle petite bombe politique : il conteste le résultat du scrutin, arguant que la commission électorale interne (Cocoe) a tout simplement oublié trois fédérations dans son calcul. Et selon la version des fillonistes, c’est par un pur hasard qu’ils ont levé le lièvre. Mardi soir, Laurent Wauquiez épluche les résultats des motions, dont sa «Droite sociale», qui a terminé en seconde position derrière la « Droite forte ». En y regardant de plus près, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur raconte avoir remarqué une petite ligne de résultats qui l’a intrigué, les résultats des TOM. Une petite ligne qu’il n’avait pas vue la veille en scrutant à la loupe les résultats de François Fillon pour la présidence du parti.  Après quelques vérifications, sa conviction est faite : les fédérations de Mayotte, Wallis et Futuna et de Nouvelle-Calédonie ont été oubliées par la commission électorale interne (Cocoe). Au total, ce sont 1304 voix de militants qui n’ont pas été comptabilisées. La calculatrice des fillonistes a fait le reste. Si les résultats de ces trois fédérations sont réintégrés, ce serait alors François Fillon qui arriverait en tête avec 26 voix d’écart seulement

 

Recapitalisation des banques grecques

Recapitalisation des banques grecques

 

La Banque centrale européenne (BCE) a donné mercredi un satisfecit au plan de recapitalisation des banques grecques, volet essentiel du plan de sauvetage financier de la Grèce. Athènes avait dévoilé le 12 novembre les détails de ce mécanisme de 50 milliards d’euros destiné à renflouer les caisses de ses banques en difficulté. En vertu de ce plan, les banques viables émettront des actions et des obligations convertibles. Si la demande d’investisseurs privés porte sur moins d’un dixième des actions ou obligations émises, les banques passeront sous le contrôle du HFSF, un fonds public financé par le plan de sauvetage et qui reprendra les titres émis. Ce plan a été critiqué dans les milieux bancaires grecs, où on lui reproche de ne pas être suffisamment incitatif pour les investisseurs privés. La BCE, elle, le juge adéquat. « La BCE fait bon accueil au projet », lit-on dans un avis de la banque centrale. « La BCE considère que le cadre proposé de mise à prix contient des incitations appropriées pour encourager les institutions de crédit grecques à s’affranchir du soutien de l’Etat dès que possible ». Les actions émises seront mises à prix avec une décote de 50% par rapport au prix moyen des 50 jours précédant l’émission. Le plan s’applique aux quatre principales banques grecques, la Banque nationale de Grèce, Alpha Bank, Eurobank et la Banque du Pirée.

 

UMP : la victoire de Copé contestée : 1304 voix « oubliées »

UMP : la victoire de Copé contestée : 1304 voix «  oubliées »

Et non, le psychodrame n’est pas encore terminé. L’équipe de François Fillon a annoncé que 1.304 voix ont été oubliées. Elle conteste la victoire de Jean-François Copé. François Fillon demande à Alain Juppé d’assurer la direction de l’UMP de façon transitoire. Jean-François Copé a opposé une fin de non-recevoir à la demande de François Fillon.  Après Alain Juppé pour sortir de cette impasse, certains députés en appellent à … Nicolas Sarkozy. Le député UMP, proche d filloniste Xavier Bertrand, déclare, « devant le dramatique spectacle offert pas certains des dirigeants de notre mouvement, j’en appelle à des mesures exceptionnelles prévues par nos statuts, c’est-à-dire la réunion de la commission des Sages (article 36), qui comprend notamment les anciens présidents et secrétaires généraux« .

 

Allemagne: vente automobile en baisse

Allemagne: vente automobile en baisse

Les ventes de voitures neuves devraient baisser d’environ 6,5% en Allemagne l’an prochain, à 2,9 millions d’unités contre 3,1 millions cette année, selon des prévisions publiées mercredi par la Fédération allemande du commerce et de la réparation automobiles (ZDK). Sur la base des prévisions économiques du conseil des conseillers économiques, la ZDK prévoit en revanche une stabilité du marché de l’occasion, avec 6,9 à 7,0 millions d’unités vendues contre environ sept millions cette année. La ZDK représente essentiellement des concessionnaires et garagistes, dont beaucoup sont plus concernés par la santé du marché de l’occasion que par le lent déclin des ventes de voitures neuves qui, les années passées, tournaient autour des 3,3 millions.

 

Espagne : l’Europe gagne du temps mais l’Espagne s’enfonce

Espagne : l’Europe gagne du temps mais l’Espagne s’enfonce

Le gouverneur de la Banque d’Espagne a déclaré mercredi qu’il ne voyait aucun signe de reprise économique pour les prochains trimestres, ce qui pourrait empêcher Madrid d’atteindre ses objectifs de réduction du déficit budgétaire cette année et la prochaine. Lors d’un discours devant le Sénat, Luis Maria Linde a par ailleurs estimé que les initiatives de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), comme le programme de rachat d’obligations souveraines annoncé cet été, permettaient à la zone euro de gagner du temps, mais ne la dispensaient pas de s’attaquer aux racines des problèmes.

Grèce : le feuilleton continue

Grèce : le feuilleton continue

 

A nouveau désaccord sur la Grèce, le feuilleton continue ; L’Europe semble aimer la tragédie grecque  ; pas sûr que les marchés apprécient cette valse hésitante. L’Allemagne a fait état mercredi de la persistance de désaccords profonds sur le dossier grec entre ministres des Finances de la zone euro et représentants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE), tout en disant espérer un accord lundi. Les représentants des différentes composantes de la « troïka » des créanciers d’Athènes se sont séparés mercredi matin sans avoir trouvé d’accord sur les moyens à mettre en oeuvre pour réduire la dette grecque à un niveau soutenable de 120% du produit intérieur brut (PIB). Après près de douze heures de négociations, ils ont dû se résoudre à prévoir une nouvelle réunion, la troisième du mois, lundi prochain, afin d’obtenir le consensus nécessaire au versement d’une nouvelle tranche d’aide à la Grèce. « Il n’y a pas de désaccord politique majeur », a affirmé à l’issue de la réunion Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe. « Nous sommes près d’un accord, mais des vérifications techniques doivent être menées, des calculs financiers doivent être effectués. » Le ministre français des Finances, Pierre Moscovici, a appuyé ces propos sur Europe 1 : « Nous sommes à un cheveu d’un accord, je suis très confiant que nous y parviendrons lundi ». Si la chancelière allemande Angela Merkel a jugé un tel accord « possible » devant la presse, son ministre des Finances Wolfgang Schäuble s’est montré plus prudent lors d’une intervention à huis clos devant les députés. Selon une source qui a assisté à cette réunion, le ministre a expliqué que les principaux différends portaient sur les moyens à mettre en oeuvre pour fournir à Athènes un financement supplémentaire de 14 milliards d’euros en 2014 et pour rendre la dette grecque soutenable – dont un éventuel report de 2020 à 2022 de l’objectif de réduction du déficit à 120% du PIB.

 

Economie politique société: articles les plus lus

Pages les plus visitées mercredi 21   novembre 2012

 Aujourd’hui

Immobilier : acheteurs en baisse ; en cause, les revenus exigés par les banques (et organismes de crédit)

Embauches : -2.4% en octobre ; chômage en hausse

Bettencourt-Sarkozy : Sarkozy convoqué par la justice

Rythme scolaire : Hollande étale sur 2 ans la réforme ; encore une belle pagaille !

Livret A : collecte record 21 milliards d’euros en un mois

La fiscalité française : 164 ème rang sur 185 !

Hollande : « liberté de conscience » des maires pour les mariages homosexuels ; ou la république à la carte « Hollandaise »

 

 
lagardere-dans l’amour-est-dans-le-pre- -le-ridicule-ne-tue-pas/
la-reforme-de-l etat-par-la-decentralisation-bonjour-les-degats/
dexia-aggrave-le-deficit-francais-ou-les-degats-dun-ancien-fonctionnaire/
paris-plus-de-voiture-de-plus-de-17-ans-vivent-les-riches/
sondage-bva-crise-la-douche-les-francais-ne-se-lavent-plus/
a-propos/
manifestation-athenes-un-banquier-americain-accuse-l%e2%80%99europe-et-le-fmi/
grece-une-aide-limitee-a-2014/
pole-emploi-le-proces-de-l inutilite-de-l organisme/
 
le-canada-choisit-la-croissance-pas-l  austerite/
 
rapport+gallois+definition
hollande-inversion-de-la-courbe-du-chomage-fin-2013-une-illusion/
emplois-50-000-postes-detruits-en-3-mois/
/commission-europeenne-gel-des-quotas-de-co2-une-erreur/
renault-restructuration-en-vue/
vote-des-etrangers-enterre-avec-le-referendum/
retraites-nouvelle-taxe-de-03/

 

 

hier
rachida-dati-menace-sa-premiere-adjointe-toujours-la-grande-classe-vestimentaire-seulement/
chronique-agora-les-marches-de-plus-en-plus-deconnectes-de-l’économie-reelle/
commission-jospin-une-reflexion-de-vieux-fonctionnaires-et-une-composition-scandaleuse-2/
le-gouvernement-maintient-ses-previsions-de-croissance-2013-grace-au-plan-competitivite-de-2014-gonfle/
pole-emploi-mission-dinformation-a-lassemblee-nationale-pour-quoi-faire-pole-emploi-ne-sert-a-rien/
dexia-encore-5-milliards-pour-sauver-le-scandale/
commission-jospin-une-reflexion-de-vieux-fonctionnaires-et-une-composition-scandaleuse/
cofinoga-greve-pour-protester-contre-les-433-licenciements/
metro-grand-paris-express-ayrault-veut-1-milliard-si-necessaire–mais-on-les-prend-ou/
qatar-10-milliards-dans-des-groupes-francais/
victoire-d’ obama-et-dollar-en-baisse-pourquoi/
ayrault-%c2%ab-simplifier-5-demarches-administrative-il-faudrait-en-simplifier-des-centaines-voire-des-milliers/
plan-competitivite-trop-peu-trop-complexe-et-trop-tard/
hausse-tva-batiment-restauration-retour-du-travail-au-noir/
competitivite-le-rapport-gallois-enterre-retour-a-la-semantique/

 

 

 

Immobilier : acheteurs en baisse ; en cause, les revenus exigés par les banques (et organismes de crédit)

Immobilier : acheteurs  en baisse ; en cause,  les revenus exigés

Pour résumer en moyenne un achat immobilier nécessite environ 200 000 euros, l’emprunteur apporte 50 000 euros, il peut emprunter 150 000 euros sous condition d’un revenu de 4000 euros mensuel minimum. Autant dire que la cible se rétrécit et que la bulle immobilière va nécessairement éclater avec l’incontournable chute des prix. D’après ORPI,  cette année les vendeurs espèrent récolter 212.000 euros, l’annonce indique en moyenne 205.000 euros et la vente se conclut finalement à 197.000 euros (-7,1%).  Par ailleurs, les statistiques du réseau de 1300 agences montrent que l’offre de maisons devient de plus en plus excédentaire (59% de l’offre contre 50% de la demande), tandis que la demande d’appartements n’est pas satisfaite (50% de la demande, 41% de l’offre). Même si les Français rêvent dans leur majorité d’une grande maison, les contraintes financières font qu’ils recherchent surtout d‘assez petites maisons (4 pièces) ou des appartements de taille moyenne (3 et 4 pièces). Résultat de ces disparités grandissantes, les ventes ont fondu de 15%. Selon les enquêtes menées par les courtiers Empruntis et Meilleurtaux, le salaire net moyen des foyers qui achètent une maison ou un appartement s’élève à plus de 4.000 euros par mois. Pour la première fois, l’apport personnel moyen des emprunteurs a franchi le seuil de 50.000 euros. Un couple déjà propriétaire, âgé de 36 ans et avec un revenu net de 4.430€ par mois : voici le portrait-type de ceux qui ont acheté un appartement ou une maison en 2011-2012. L’enquête annuelle du courtier Empruntis.com révèle que l’acquisition d’un bien immobilier est de plus en plus difficile pour ceux qui souhaitent acheter pour la première fois. Sur l’ensemble du territoire français, le revenu net moyen par foyer pour les nouveaux acquéreurs dépasse donc 4.000 euros par mois, bien au-dessus de la moyenne (2.935€ par mois, selon les chiffres de l’Insee en 2010).. Un autre chiffre significatif est relaté par l’enquête d’Empruntis.com, rapportée ce lundi par le quotidien Le Parisien : le montant moyen déboursé cette année pour acheter un bien immobilier est de 201.333€, et la moyenne des emprunts est de 160.000€. Soit un apport personnel moyen dépassant la somme de 50.000 euros. « C’est la première fois que cette barre symbolique est franchie », selon Maël Bernier, responsable des études chez Empruntis.

 

1...45678...19



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol