• Accueil
  • > Panique à Paris et Madrid qui veulent l’union bancaire tout de suite pour éviter la catastrophe des deux pays

Panique à Paris et Madrid qui veulent l’union bancaire tout de suite pour éviter la catastrophe des deux pays

Panique à Paris et Madrid qui veulent l’union bancaire tout de suite pour éviter la catastrophe des deux pays

En fait Madrid et Paris sont sur la même longueur d’ondes pour l’intégration bancaire mais pour des motifs non avoués. Il ne s’agit pas de faire progresser l’Europe mais de se mettre à l’abri de l’inévitable catastrophe qui va concerner les deux pays. Pour l’Espagne, c’est déjà parti avec les taux d’intérêts et la dégradation de SP. Pour la France, cela va suivre car les 3% de déficit budgétaire ne sont qu’un slogan ? Pour les deux pays la croissance plonge et les équilibres financiers publics seront encore dégradés. Madrid et Paris sont donc très pressés de se mettre à l’abri du bouclier financière de l’Europe. Mais pas l’Allemagne qui a le temps et surtout ne veut plus éponger les dettes passées. « Entre la France et l’Espagne nous avons la même conception de ce qu’il y a à faire dans les semaines qui nous séparent d’un certain nombre de rendez-vous », a déclaré le président français à l’issue du 21e sommet franco-espagnol à Paris. Il a cité notamment le Conseil européen des 18 et 19 octobre à Bruxelles et celui prévu les 13 et 14 décembre  Dès le Conseil d’octobre, « nous devons avancer autant qu’il sera possible sur l’union bancaire, sur la supervision des banques, la Banque centrale européenne en ayant la responsabilité au niveau de la zone euro et l’ensemble des banques devant être couvertes », a déclaré François Hollande lors d’une conférence de presse conjointe avec le chef du gouvernement espagnol.   »Ensuite d’autres étapes devront être franchies pour l’union bancaire », a-t-il ajouté plaidant pour le respect du pacte de croissance dont il avait été un ardent défenseur lors du Conseil européen de juin pour accompagner les mesures de rigueur budgétaire En juin, « des décisions ont été adoptées, nous voulons que ces décisions soient respectées et nous voulons que cela se fasse avant de la fin de l’année », a renchéri M. Rajoy. « Il n’y a aucune raison pour que ce que nous avons décidé en juin ne puisse pas se faire en décembre », a-t-il plaidé.  M. Hollande a affiché sa solidarité vis-à-vis de la quatrième économie de la zone euro confronté à un endettement record. « Quand il n’y a pas de croissance en Espagne il ne peut pas y en avoir non plus de fortes en France. Quand il y a des problèmes de liquidité en Espagne (…) il y a des conséquences » sur l’activité économique en France, a-t-il souligné. « Donc nous sommes liés » et « nous avons décidé d’agir en commun ».  Dans le domaine des transports, MM. Hollande et Rajoy ont salué l’avancée de deux projets: celui de la ligne de TGV Perpignan-Barcelone et une autoroute de la mer Le Havre-Algésiras complétant celle existant déjà entre le Gijon et Nantes. Qui va payer ? Avec quoi ? On verra après, comme d’habitude. Ce qui explique la situation financière de ces deux pays.

 

0 Réponses à “Panique à Paris et Madrid qui veulent l’union bancaire tout de suite pour éviter la catastrophe des deux pays”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol