• Accueil
  • > Zone euro: la zizanie qui va faire durer la crise

Zone euro: la zizanie qui va faire durer la crise

Zone euro: la zizanie qui va faire  durer la crise

Trois mois après un sommet européen jugé décisif, les décisions prises font figure de promesses oubliées. En juin, la zone euro s’était mise d’accord pour que le futur fonds de secours de la zone euro, le MES, puisse recapitaliser directement les banques, évitant ainsi de faire exploser la dette des Etats.  L’idée était d’empêcher que les crises bancaires ne se transforment en crises de la dette, nécessitant de gigantesques programmes d’aide.  Ce mécanisme intéresse au plus haut point l’Espagne, qui s’est vu accorder une ligne de crédit de 100 milliards d’euros par la zone euro pour venir en aide à ses banques. Madrid pourrait espérer bénéficier de ce mécanisme, y compris de manière rétroactive, comme l’a déjà suggéré la France.  Mais l’Allemagne, la Finlande et les Pays-Bas –trois pays de la zone euro bénéficiant d’une note triple A– viennent d’émettre de sérieuses réserves.  Des réserves qui n’avaient pas été émises en juin », a souligné une source européenne. Elles traduisent les craintes de ces pays de rendre systématique la recapitalisation directe des banques.  Dans une lettre mardi, les ministres des Finances de ces trois pays, l’Allemand Wolfgang Schäuble, le Néerlandais Jan Kees de Jager et la Finlandaise Jutta Urpilainen, ont exposé les conditions qu’ils posent désormais pour que la recapitalisation directe des banques soit mise en place.  Ils rappellent d’abord qu’elle doit passer par la rédaction d’un protocole d’accord définissant les conditions exigées en échange de l’aide.  Ils soulignent également que cette recapitalisation directe ne pourra devenir réalité que lorsqu’un mécanisme de supervision bancaire unique sera en place au sein de la zone euro.  Or l’Allemagne ne cache pas qu’elle veut prendre son temps sur ce dossier, et qu’elle ne voit pas ce mécanisme en place début 2013. A l’inverse, la France plaide pour sa mise en oeuvre rapide, dès le début de l’année prochaine.  Dans leur missive, les trois ministres –connus pour leur position dure au sein de la zone euro, à l’égard de la Grèce notamment– estiment en outre que la recapitalisation directe ne devait pas servir à résoudre les anciennes difficultés d’une banque, mais seulement celles qui apparaîtront à partir de la mise en place du mécanisme de supervision.  Autrement dit, les héritages du passé ne seraient pas pris en compte, ce qui constituerait un sérieux revers pour l’Espagne.  Ce nouvel accroc dans la mécanique mise en place pour le sauvetage de la zone euro a contribué mercredi à la baisse des marchés européens, qui a particulièrement affecté les valeurs financières, et à la remontée des taux des obligations espagnoles.  Le contenu de la lettre n’est « pas en ligne avec la philosophie de l’accord de juin », s’est insurgée une source européenne sous couvert d’anonymat.   »On a obtenu la confiance des marchés en juin avec l’idée qu’il fallait aller vite, notamment pour aider les banques espagnoles. (…) On comprend que ces trois Etats veuillent revenir là-dessus, c’est légitime, mais il faut que les autres Etats membres en discutent », a poursuivi cette source.

 

 

0 Réponses à “Zone euro: la zizanie qui va faire durer la crise”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol