• Accueil
  • > ArcelorMittal Florange : le gouvernement exige mais Mittal décide !

ArcelorMittal Florange : le gouvernement exige mais Mittal décide !

ArcelorMittal Florange : le gouvernement exige mais Mittal décide !

 

Montebourg semble avoir acté la fermeture de Florange maintenant il exige un investissement de 150millions de Mittal sur le site ; Un seul problème, c’est Mittal qui décide et pour l’instant tout ce qu’il a décidé s’est appliqué. Le gouvernement confirme son intention de trouver un repreneur pour une partie de l’activité. Il demande à ArcelorMittal un investissement de 150 millions d’euros sur le site. «ArcelorMittal ne souhaite pas redémarrer les hauts fourneaux de Florange». A l’issue d’un peu plus d’une heure de réunion avec l’intersyndicale d’ArcelorMittal à Florange, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a précisé les intentions du groupe indien.  Le ministre a confirmé une information de Libération selon laquelle le gouvernement tentait de sauver au moins la «filière chaude», à savoir les hauts fourneaux et l’acierie. Pour la France, ArcelorMittal doit maintenant investir 150 millions d’euros pour assurer la viabilité de la phase à froid de Florange pour permettre au gouvernement français de retrouver un repreneur. Le groupe fait une «concession» en acceptant une reprise, a-t-il précisé et «le gouvernement se tient prêt à rechercher un opérateur sérieux». Il a expliqué que les négociations avec le président du groupe, Lakshmi Mittal, qui a rencontré ce jeudi François Hollande, ont commencé le 30 août pour s’achever ces dernières heures et n’ont pas permis d’infléchir la décision du sidérurgiste.  Mittal pourrait préciser ses intentions lors d’un comité central d’entreprise lundi prochain avec pour ordre du jour «la situation économique et industrielle d’Arcelor Mittal Atlantique et Lorraine».  Interrogé sur France Info, le maire PS de Florange, Philippe Tarillon, ne se disait pas surpris par la décision de la direction du groupe ArcelorMittal. «La fermeture du site par Mittal n’est pas une surprise, cela s’inscrit dans la stratégie du groupe de se concentrer sur certains sites de production». Même son de cloche du côté de la CFDT. Jacques Minet, responsable syndical, a affirmé ce matin que «ça fait un an que nous disons que les hauts-fourneaux risquent de fermer, et personne ne nous croyait».  Les syndicaliste s’interrogent sur le sort réservé aux salariés, «l’objectif, c’est de voir couler l’acier en Lorraine, mais il faut voir dans quelles conditions: comment vont être traités les salariés, avec quelles stratégies, et quelle somme l’Etat est-il prêt à mettre?», a-t-il interrogé. Pour ces derniers, «la cession uniquement de l’usine à chaud est un non-sens». «La spécificité de Florange, c’est le fait que ce soit un site intégré, c’est pour ça que ça marche», a estimé Yves Fabbri, de la CGT. «La reprise, elle ne peut être que totale, tout le site: si on scinde en deux l’activité, c’est nul», a renchéri un autre leader CGT, Jean Mangin.

 

0 Réponses à “ArcelorMittal Florange : le gouvernement exige mais Mittal décide !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol