• Accueil
  • > Pôle emploi : un nouveau plan bidon contre le chômage

Pôle emploi : un nouveau plan bidon contre le chômage

Pôle emploi : un nouveau plan  bidon contre  le chômage

Jean Bassères, récent patron de Pôle emploi dévoile son nouveau plan contre le chômage. Un nouveau plan bidon d’autant que cet ancien inspecteur des finances n’a qu’une notion très approximative des réalités du marché du travail ; comme la plupart des employés de pôle emploi. Sur le front de l’emploi, les clignotants sont dans le rouge vif. Le seuil symbolique des 3 millions de chômeurs devrait être confirmé aujourd’hui avec la publication des chiffres d’août. Un triste record qui s’ajoute à un taux de la population active sans emploi supérieur à 10 %. Pour autant,Michel Sapin, le ministre du Travail, refusait hier de broyer du noir, réaffirmant que l’objectif d’un inversement de la courbe du chômage, fixé pour fin 2013 par le chef de l’Etat, était « parfaitement atteignable ». Et le gouvernement de brandir tout l’arsenal en préparation pour tordre le coup à ce mal qui frappe toute l’Europe : 150 000 contrats d’avenir, 500 000 contrats de génération, négociations tous azimuts sur le marché du travail…Un plan de lutte qui s’articule autour de Pôle emploi. Jean Bassères, ancien inspecteur des finances, en a pris les commandes il y a neuf mois. Il nous livre sa feuille de route pour faire de son administration, issue de la fusion houleuse entre l’ANPE et l’Unédic, une arme de choc au service des plus éloignés de l’emploi.  Jean Bassères, le patron de Pôle emploi depuis

Comment Pôle emploi parvient-il à faire face à l’envolée du chômage ?
Jean Bassères.
Cela se traduit par un surcroît d’activité. Les équipes de Pôle emploi sont fortement mobilisées pour que les délais de traitement des dossiers soient les plus raisonnables possibles. Y compris en faisant des heures supplémentaires, comme le week-end dernier. L’inscription et l’indemnisation sont naturellement les priorités en période d’augmentation du chômage. Aujourd’hui, 90% des inscriptions sont réalisés dans les dix jours suivant le premier contact.

Neuf mois après votre arrivée à la tête de Pôle emploi, qu’est-ce qui a changé pour les chômeurs ?
Nous disposons depuis le mois de juin d’une nouvelle feuille de route qui a revu les modalités d’accompagnement des demandeurs d’emploi. Une première étape a été franchie en septembre. Après une analyse précise de leur portefeuille de demandeurs d’emploi (NDLR : autrement dit le nombre de chômeurs suivis par agent) les conseillers décident désormais, avec eux, des modalités de contacts les plus adaptés. Tant en termes de fréquence que du type de contact. Cela peut être sous forme d’entretiens physiques, par mail, ou téléphonique. L’objectif est d’abandonner une approche trop mécanique au profit d’une approche personnalisée. Début 2013, nous allons différencier trois types d’accompagnement et de suivi. Il faut faire plus pour ceux qui en ont vraiment besoin, ceux qui sont les plus éloignés du marché du travail. C’est ça le changement très fort.

C’est-à-dire ?
L’accompagnement renforcé sera destiné à ceux qui sont les plus éloignés du marché du travail. Les 2000 nouveaux CDI décidés par le gouvernement seront consacrés à cet accompagnement qui mobilise déjà près de 600 conseillers. Ces conseillers suivront 70 demandeurs d’emploi au maximum. Au total, plus de 180 000 personnes seront concernées en 2013. L’accompagnement guidé s’adressera aux personnes n’ayant pas les mêmes difficultés, mais qui ont besoin d’un suivi régulier par Pôle emploi. Enfin, le suivi et l’appui à la recherche d’emploi sera destiné à des personnes autonomes et proches du marché du travail. La nouveauté, c’est la différenciation des services proposés par Pôle emploi et les marges de manœuvre nouvelles des conseillers. Notre pari, c’est de leur faire confiance. Qui mieux que le conseiller est capable d’analyser les besoins des demandeurs d’emploi au regard de la situation locale du marché du travail? Il n’y aura pas de critères nationaux permettant de déterminer les catégories.

Quand allez-vous recruter ces 2000 CDI ?
Dès octobre, grâce à l’important effort financier décidé par le gouvernement, dans un contexte budgétaire très contraint. Nous engageons également des efforts de simplification et de réorganisation qui vont nous permettre d’affecter à l’accompagnement des demandeurs d’emploi, d’ici à 2015, l’équivalent de 2000 conseillers qui s’ajoutent à ces recrutements.

Ne risquez-vous pas de négliger la grande majorité des demandeurs d’emploi ?
Non, globalement, nous allons augmenter de 30% les ressources consacrées à l’accompagnement des demandeurs d’emploi.

Il n’y aura plus d’entretiens systématiques ?
Tous les demandeurs d’emploi n’ont pas les mêmes besoins. Néanmoins, il y aura deux rendez-vous systématiques, un premier au bout de quatre mois et un deuxième au bout de neuf mois. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’autres contacts pendant cette période, mais c’est le conseiller qui en décidera.

Les demandeurs d’emploi restent en moyenne seize mois au chômage. Comment l’expliquez-vous ?
Ces chiffres traduisent la crise et les difficultés conjoncturelles. Pôle emploi ne peut pas réduire le chômage à lui tout seul. Notre mission est d’éviter que le demandeur d’emploi bascule dans le chômage de longue durée et c’est pour cela que nous développons un accompagnement renforcé et nous souhaitons systématiser l’entretien au neuvième mois.

A combien estimez-vous le nombre d’offres non pourvues ?
En moyenne, 8 à 10% des offres reçues à Pôle emploi ne trouvent pas preneur. Soit autour de 250 000 ou 300 000 postes. Il y a souvent une méconnaissance des métiers. Notre travail, c’est de les faire connaître auprès des demandeurs d’emploi et d’apporter les qualifications qui manquent, en améliorant l’accès à la formation des demandeurs d’emploi, car 10% seulement en bénéficient. C’est le sens du chantier engagé par le gouvernement avec les régions et les partenaires sociaux.

Allez-vous appliquer les sanctions prévues en cas de refus de formation ou d’un travail ?
Les règles existent et s’appliquent déjà depuis longtemps.

 

 

0 Réponses à “Pôle emploi : un nouveau plan bidon contre le chômage”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol