• Accueil
  • > Réforme dépendance : pas avant 2014.

Réforme dépendance : pas avant 2014.

Réforme dépendance : pas avant 2014.

 

Promesse du candidat Hollande, la grande réforme de la dépendance aura bien lieu. Mais pas tout de suite, au mieux dans deux ans! En attendant la future «loi d’adaptation de la société au vieillissement», Michèle Delaunay, la ministre déléguée chargée des Personnes âgées, a décidé de commander ce mardi un rapport à Luc Broussy, conseiller général socialiste du Val-d’Oise et spécialiste du grand âge.  L’expert devra plancher sur le volet de l’adaptation, notamment des logements, à la perte d’autonomie des personnes âgées. L’objectif de la réforme à venir sera de maintenir le plus longtemps possible les retraités à domicile plutôt que de les envoyer à l’hôpital. Un souhait exprimé par les intéressés eux-mêmes, mais aussi une nécessité économique pour réduire la facture de la Sécurité sociale, en abaissant à moyen terme le nombre d’hospitalisations. Le candidat Hollande avait promis dans ce but l’aménagement de 80.000 logements par an. Si ce chiffre ne semble plus d’actualité, l’entourage de la ministre insiste toutefois sur «l’impact fort sur l’économie et l’emploi» qu’aurait, entre autres, la mise en place de nouvelles normes ou de labels d’habitation. La loi pourrait également soutenir le développement de la domotique (robots d’assistance à la vie quotidienne) et structurer un marché où la France accuse un retard, notamment par rapport au Royaume-Uni. Roselyne Bachelot, en charge du dossier de la dépendance dans un précédent exécutif, tenait au mot près le même discours d’attente… La réforme Delaunay ne se limitera pas au seul secteur du BTP ou aux monte-escaliers qui redonnent le sourire, dans les publicités, aux personnes dépendantes. François Hollande tient à augmenter le plafond de la principale aide existante: l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) que touchent 1,15 million de personnes et qui peut atteindre 1261 euros par mois pour les plus dépendants. Malgré cela, le «reste à charge» s’élève à 1468 euros en moyenne, selon le ministère de la Santé. Autre volet de la future loi Delaunay, la prévention. Le ministère insiste sur l’importance du dépistage: 40 % des personnes âgées sont jugées «fragiles» ou «préfragiles». Il faut donc former les médecins à déceler ces faiblesses et à proposer des programmes de maintien dans l’autonomie comme d’apprendre à tomber ou à faire du sport. Là encore, la France est en retard sur les pays du Nord, visible en termes d’espérance de vie sans incapacité. Améliorer ce point permettrait de réduire le nombre de personnes âgées envoyées à l’hôpital. Reste que le financement de la future réforme Delaunay reste flou. Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a laissé entendre récemment que le taux réduit de la CSG dont profitent les retraités les plus aisés pourrait être aligné sur celui des actifs. Le gouvernement semble par contre savoir quels instruments il n’utilisera pas. Le recours obligatoire à des complémentaires privées semble être écarté, de même que la récupération sur succession (l’État se rembourse des soins prodigués en ponctionnant l’héritage), plébiscitée par l’ancienne majorité.

 

 

0 Réponses à “Réforme dépendance : pas avant 2014.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol