• Accueil
  • > Sondage : la chute pour Hollande ; en cause les impôts

Sondage : la chute pour Hollande ; en cause les impôts

Sondage : la chute pour Hollande ; en cause les impôts

 

 Chute brutale pour Hollande qui paye sa dernière prestation télévisée caractérisée par ses annonces fiscales. Personne ne croit une seconde dans son agenda de deux ans pour redresser à la fois les finances et l’emploi. .ni les experts bien sûr, ni même les citoyens. On surtout retenu de sa prestation télévisée ses annonces en matière d’impôts ; c’est-à-dire une ponction de 10 milliards sur les ménages, de 10 milliards sur les entreprises et 10 milliards d’économies ; En bref, une pontions sur la richesse nationale qui mécaniquement fera baisser le PIB de 1 à2%. En clair pour 2013, ce ne sera pas 0.8% de croissance mais au mieux la stagnation et plus vraisemblablement la récession. D’autant qu’Hollande a simplifié à l’extrême les chiffres du budget ; ce ne sont pas 30 milliards de ponctions en 2013 mais environ 40 milliards ; on a oublié les 7 milliards déjà décidés en 2012, Il faudra y aouter les dérives des comptes sociaux (Assedic et sécu), et l’insuffisance des rentrées fiscales du fait de la récession. Au bas mot 50 milliards. Conclusion, impossible atteindre l’objectif de croissance et l’objectif assainissement des comptes publics. Les cotes de popularité de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault ont donc chuté lourdement en septembre par rapport à août, de 11 points à 43% pour le président de la République et de 7 points à 50% pour le Premier ministre, selon le baromètre mensuel IFOP pour le Journal du Dimanche (JDD).Selon l’enquête, 43% des sondés sont satisfaits de François Hollande en septembre (56% en juillet, 54% en août). 56% (+11) sont mécontents (44% en juillet et 45% en août). 1% ne se prononce pas (inchangé par rapport à août). Dans le détail, 5% des sondés (-2) se déclarent « très satisfaits » du président et 38% (-9) « plutôt satisfaits ». Ils sont 34% (+8) à être « plutôt mécontents », et 22 % (+3) « très mécontents ». Selon Frédéric Dabi, directeur du pôle Opinion de l’Ifop, il s’agit de « l’une des plus fortes baisses » enregistrées par ce baromètre qui existe depuis 1958 et est à ce titre le plus ancien. « Seuls Charles de Gaulle, en juin 1962, après les accords d’Evian, et Jacques Chirac, en juin 2005, après l’échec du référendum sur le traité constitutionnel européen, ont enregistré une baisse plus importante que François Hollande, avec respectivement -13 points et -12 points », relève M. Dabi. Le différentiel entre les opinions positives et négatives pour François François est négatif (11 points), pour la première fois dans ce baromètre depuis son élection en mai. « C’est un tournant dans ce baromètre », « le moment est important » pour le président, estime le politologue. Seul Jacques Chirac avait enregistré un différentiel négatif plus important (18 points), en octobre/novembre 1995, ajoute-t-il, relevant qu% du PIB ‘à l’époque il y avait un « sentiment de trahison », de « promesses non tenues ». Là, « ce sentiment n’existe pas, et l’image personnelle de François Hollande est positive », souligne le politologue. Il note que le socle du président reste solide auprès des sympathisants du PS (84% de satisfaits, -6) et du Front de gauche (71%, -15), mais flanche auprès de ceux d’Europe Ecologie-Les Verts (60%, -19). « A droite, la mobilisation est très forte et on lui reproche incompétence et inaction ». Chez les sympathisants de l’UMP, les mécontents atteignent 91% (+4 points). Dans ce baromètre, le Premier ministre enregistre une cote de popularité de 50% (-7), mais les mécontents atteignent 46% (+9). 4% (-2) ne se prononcent pas. Le solde de Jean-Marc Ayrault reste positif de 4 points. La popularité du tandem exécutif est en baisse régulière depuis son entrée en fonction en mai 2012. nonces fiscales. Personne ne croit une seconde dans son agenda de deux ans pour redresser à la fois les finances et l’emploi. .ni les experts bien sûr, ni même les citoyens. On surtout retenu de sa prestation télévisée ses annonces en matière d’impôts ; c’est-à-dire une ponction de 10 milliards sur les ménages, de 10 milliards sur les entreprises et 10 milliards d’économies ; En bref, une pontions sur la richesse nationale qui mécaniquement fera baisser le PIB de 1 à2%. En clair pour 2013, ce ne sera pas 0.8% de croissance mais au mieux la stagnation et plus vraisemblablement la récession. D’autant qu’Hollande a simplifié à l’extrême les chiffres du budget ; ce ne sont pas 30 milliards de ponctions en 2013 mais environ 40 milliards ; on a oublié les 7 milliards déjà décidés en 2012, Il faudra y aouter les dérives des comptes sociaux (Assedic et sécu), et l’insuffisance des rentrées fiscales du fait de la récession. Au bas mot 50 milliards. Conclusion, impossible atteindre l’objectif de croissance et l’objectif assainissement des comptes publics. Les cotes de popularité de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault ont donc chuté lourdement en septembre par rapport à août, de 11 points à 43% pour le président de la République et de 7 points à 50% pour le Premier ministre, selon le baromètre mensuel IFOP pour le Journal du Dimanche (JDD).Selon l’enquête, 43% des sondés sont satisfaits de François Hollande en septembre (56% en juillet, 54% en août). 56% (+11) sont mécontents (44% en juillet et 45% en août). 1% ne se prononce pas (inchangé par rapport à août). Dans le détail, 5% des sondés (-2) se déclarent « très satisfaits » du président et 38% (-9) « plutôt satisfaits ». Ils sont 34% (+8) à être « plutôt mécontents », et 22 % (+3) « très mécontents ». Selon Frédéric Dabi, directeur du pôle Opinion de l’Ifop, il s’agit de « l’une des plus fortes baisses » enregistrées par ce baromètre qui existe depuis 1958 et est à ce titre le plus ancien. « Seuls Charles de Gaulle, en juin 1962, après les accords d’Evian, et Jacques Chirac, en juin 2005, après l’échec du référendum sur le traité constitutionnel européen, ont enregistré une baisse plus importante que François Hollande, avec respectivement -13 points et -12 points », relève M. Dabi. Le différentiel entre les opinions positives et négatives pour François François est négatif (11 points), pour la première fois dans ce baromètre depuis son élection en mai. « C’est un tournant dans ce baromètre », « le moment est important » pour le président, estime le politologue. Seul Jacques Chirac avait enregistré un différentiel négatif plus important (18 points), en octobre/novembre 1995, ajoute-t-il, relevant qu% du PIB ‘à l’époque il y avait un « sentiment de trahison », de « promesses non tenues ». Là, « ce sentiment n’existe pas, et l’image personnelle de François Hollande est positive », souligne le politologue. Il note que le socle du président reste solide auprès des sympathisants du PS (84% de satisfaits, -6) et du Front de gauche (71%, -15), mais flanche auprès de ceux d’Europe Ecologie-Les Verts (60%, -19). « A droite, la mobilisation est très forte et on lui reproche incompétence et inaction ». Chez les sympathisants de l’UMP, les mécontents atteignent 91% (+4 points). Dans ce baromètre, le Premier ministre enregistre une cote de popularité de 50% (-7), mais les mécontents atteignent 46% (+9). 4% (-2) ne se prononcent pas. Le solde de Jean-Marc Ayrault reste positif de 4 points. La popularité du tandem exécutif est en baisse régulière depuis son entrée en fonction en mai 2012.

0 Réponses à “Sondage : la chute pour Hollande ; en cause les impôts”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol