• Accueil
  • > Italie : Monti a négligé la croissance ; -2.5% en 2012

Italie : Monti a négligé la croissance ; -2.5% en 2012

Italie : Monti a négligé la croissance ; -2.5% en 2012

  »Le potentiel de croissance de l’Italie en est au même point que lorsque Monti est arrivé au pouvoir », dit Daniel Gros, directeur du Centre d’études de la politique européenne (CEPS) à Bruxelles. Mario Monti a peut-être permis à l’Italie d’échapper à un coûteux défaut, mais les perspectives de croissance de l’économie la plus atone de la zone euro n’ont jamais été aussi faibles, rendant pratiquement impossible toute réduction de sa dette. Les mesures d’austérité et la crédibilité personnelle du président du Conseil, ancien économiste et commissaire européen, permettent à Rome de peser à nouveau sur la politique de l’Union européenne et de bénéficier de taux de refinancement de sa dette moins élevés. Mais cette embellie est peut-être trompeuse car seule une amélioration de son potentiel de croissance – la capacité à croître régulièrement sans générer de l’inflation – pourrait permettre à l’Italie de réduire le fardeau d’une dette qui culmine à plus de 120% du produit intérieur brut (PIB), seule la Grèce faisant moins bien dans la zone euro.Or, à six mois de la fin du mandat de Mario Monti, et alors que sa succession reste floue, la plupart des écoItalie : Monti a négligé la croissance ; -2.5% en 2012 « le potentiel de croissance de l’Italie en est au même point que lorsque Monti est arrivé au pouvoir », dit Daniel Gros, directeur du Centre d’études de la politique européenne (CEPS) à Bruxelles. Mario Monti a peut-être permis à l’Italie d’échapper à un coûteux défaut, mais les perspectives de croissance de l’économie la plus atone de la zone euro n’ont jamais été aussi faibles, rendant pratiquement impossible toute réduction de sa dette. Les mesures d’austérité et la crédibilité personnelle du président du Conseil, ancien économiste et commissaire européen, permettent à Rome de peser à nouveau sur la politique de l’Union européenne et de bénéficier de taux de refinancement de sa dette moins élevés. Mais cette embellie est peut-être trompeuse car seule une amélioration de son potentiel de croissance – la capacité à croître régulièrement sans générer de l’inflation – pourrait permettre à l’Italie de réduire le fardeau d’une dette qui culmine à plus de 120% du produit intérieur brut (PIB), seule la Grèce faisant moins bien dans la zone euro.Or, à six mois de la fin du mandat de Mario Monti, et alors que sa succession reste floue, la plupart des économistes jugent que les progrès dans ce domaine ont été très décevants. L’économie italienne a crû à un rythme moyen de 0,25% par an pendant la décennie jusqu’en 2011, la pire performance non seulement pour un pays de l’Union européenne, mais aussi pour ceux du G20 et des 34 membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle a de nouveau plongé cette année en récession, les économistes s’attendant à une contraction d’environ 2,5%. L’OCDE estime que son potentiel de croissance n’est plus que de 0,3%. nomistes jugent que les progrès dans ce domaine ont été très décevants. L’économie italienne a crû à un rythme moyen de 0,25% par an pendant la décennie jusqu’en 2011, la pire performance non seulement pour un pays de l’Union européenne, mais aussi pour ceux du G20 et des 34 membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle a de nouveau plongé cette année en récession, les économistes s’attendant à une contraction d’environ 2,5%. L’OCDE estime que son potentiel de croissance n’est plus que de 0,3%.

0 Réponses à “Italie : Monti a négligé la croissance ; -2.5% en 2012”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol