• Accueil
  • > Le FMI critique l’Europe et les plans de soutien

Le FMI critique l’Europe et les plans de soutien

Le FMI critique l’Europe et les plans de soutien

Progressivement le FMI prend conscience que les plans de soutien européens ont été trop tardifs et inefficace. En gros, trop de rigueur et pas assez de soutien à la croissance. Le FMI prend ses distances et d’une certaine manière se prépare à reporter la responsabilité de la crise mondiale sur l’Europe. « La coordination entre le Fonds, l’Union européenne et les institutions de la zone euro a été essentielle mais complexe », relève un rapport du FMI. « Cela a ajouté une couche de complexité à la conditionnalité imposée et aux procédures de prise de décision » avec pour effet de rendre « les décisions moins efficaces ». Pire, les contraintes institutionnelles de la zone euro « ont parfois limité les alternatives qui, sinon, auraient pu être envisagées, notamment la restructuration de la dette pour la rendre plus soutenable ». Une remarque acerbe quand on sait qu’Athènes a finalement dû en passer par un effacement partiel de sa dette détenue par les investisseurs privés pour retrouver de l’air. Beaucoup pensent que si cette voie avait été choisie plus tôt (dès mai 2010 et l’octroi du premier plan d’aide européen), l’histoire aurait été différente. Au lieu de cela, la Grèce croule encore sous un endettement massif, qui aura du mal à redescendre sous les 120,5 % du PIB en 2020, comme espéré initialement. Le 5 septembre dernier, lors d’une réunion du conseil d’administration du FMI, plusieurs de ses membres ont demandé que les premières leçons de ce rapport soient tirées, notamment sur « la coordination du Fonds avec les partenaires de la troïka et les modalités d’élaboration des programmes et de leurs conditions ». Hasard du calendrier ou pas, le travail du FMI finalisé en juin a été publié lundi alors que la BCE vient de demander à l’institution dirigée par la Française Christine Lagarde de s’impliquer dans la définition des contreparties qui seront demandées aux pays qui seront placés sous la protection des fonds de secours européens et qui bénéficieront de son intervention sur le marché des dettes souveraines.  Selon l’économiste Thomas Costerg, de Standard Chartered Bank à Londres, cité par l’agence de presse spécialisée anglo-saxonne Bloomberg, ce rapport suggère que « la lune de miel du ménage à trois entre le FMI, la BCE et la Commission est finie ». « Il est difficile de ne pas le replacer dans le contexte plus large d’une montée des tensions, alors que l’échéance pour le déboursement de la prochaine tranche d’aide à la Grèce approche et que, sur le terrain, la mission d’inspection semble peu progresser. » C’est aussi une façon pour le FMI, dans cette étude sur la conditionnalité imposée aux pays aidés depuis 2002, de se défausser sur la zone euro pour expliquer le relatif échec des plans qui ont accentué la récession en comprimant la demande intérieure.

 

0 Réponses à “Le FMI critique l’Europe et les plans de soutien”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol