• Accueil
  • > Le service minimum transport remis en cause : encore une folie de la gauche

Le service minimum transport remis en cause : encore une folie de la gauche

Le service minimum transport remis en cause : encore une folie de la gauche

 

Il aura fallu des années pour faire baisser la conflictualité dans un secteur qui comptait beaucoup plus de grèves que tous les autres secteurs économiques réunis. En particulier grâce au service minimum et au processus de concertation. Pour faire plaisir aux syndicats (surtout les plus radicaux), le gouvernement veut revoir le dispositif. Ce gouvernement est tombé sur la tête ou ne comprend rien aux réalités économiques et sociales. Sans parler de l’essentiel à savoir le droit au transport des usagers finalemenet les principales victimes des dysfonctionnements des services. Une nouvelle loi Sarkozy serait-elle sur la sellette ? Le gouvernement souhaite en effet revoir le dispositif du service minimum les jours de grève, selon une information du Parisien confirmée par Europe1. Instaurée en août 2007, la loi visait à améliorer les conditions de trafic lors des jours de grève dans les transports publics, en obligeant les entreprises à prévoir un minimum d’employés pour faire fonctionner ses services.  Jugée comme une atteinte au droit de grève par les syndicats, François Hollande avait reconnu son efficacité durant la campagne présidentielle. Mais les socialistes s’y sont toujours plus ou moins opposés, et avaient même formé un recours devant le Conseil constitutionnel en 2007. « Ce texte stigmatise la grève et les syndicats et il faut revenir au droit fondamental de la négociation entre partenaires sociaux pour prévenir les conflits », explique-t-on au gouvernement, sans préciser de calendrier.

 

 

0 Réponses à “Le service minimum transport remis en cause : encore une folie de la gauche”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol