• Accueil
  • > Fermeture de Fessenheim : des milliards pour démanteler plus 2 milliards d’indemnités pour EDF

Fermeture de Fessenheim : des milliards pour démanteler plus 2 milliards d’indemnités pour EDF

Fermeture de Fessenheim : des milliards pour démanteler plus  2 milliards d’indemnités pour EDF

 

Le démantèlement de Fessenheim risque de coûter une fortune comme pour toutes les autres centrales. En plus EDF va demander des indemnités. Selon le Journal du Dimanche, EDF réclame à l’Etat 2 milliards d’euros pour la fermeture de la centrale alsacienne afin de compenser les investissements déjà réalisés pour allonger sa durée de vie de 10 ans et le manque à gagner pour cette période.  Après s’être refusée à tout commentaire dans un premier temps, une porte-parole du producteur d’électricité a assuré qu’ »EDF n’a formulé aucune demande au gouvernement » à la suite de l’annonce, vendredi par le président François Hollande, de la fermeture de la centrale fin 2016.  M. Hollande a pris l’engagement de réduire la part du nucléaire de 75% à 50% dans la production française d’électricité à l’horizon 2025.  D’après l’hebdomadaire, le groupe énergétique « avait commencé à investir pour obtenir un allongement de la durée de vie de Fessenheim jusqu’à 50 ans, soit 2027″ et « réclame compensation de ces dépenses non amorties ».  Il demande surtout la compensation du « manque à gagner de 200 millions d’euros de marges par an sur dix ans » d’exploitation qui n’auront pas lieu dans la plus vieille des centrales nucléaires françaises, mise en service en 1977.  . Le mythe d’électricité la moins chère du monde s’écroule. On avait en effet oublié de prendre en compte la totalité des coûts notamment de ce démontage. Pour l’ensemble du parc, le démontage se chiffrerait entre 600 et 800 milliards. Par ailleurs la France a déjà dépensé 230 milliards pour sa filière nucléaire et la construction des 58 centrales a coûté environ 100 milliards. Ajoutons à cela la dette d’EDF qui va atteindre 45 milliards. On aura compris pourquoi les tarifs d’EDF doivent considérablement augmenter, sans doute doubler d’ici 10 ans. . Après un incident chimique (finalement sans gravité) la semaine dernière, des ONG environnementales et des parlementaires écologistes avaient demandé une fermeture plus rapide que 2017, la date fixée par François Hollande pendant la campagne présidentielle. « Attention à ne pas donner des échéances avant de vérifier que nous avons les moyens objectifs pour s’orienter dans cette direction », a réagi, à l’issue du discours, le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault. « Le président de la République s’est très peu exprimé sur le modèle économique. Passer de 75% de nucléaire à 50%, c’est un coût financier gigantesque », a également mis en garde la présidente du Medef Laurence Parisot. Mise en service en 1977, Fessenheim sera fermée « dans des conditions qui garantiront la sécurité des approvisionnements, la reconversion du site et la préservation des emplois », a indiqué François Hollande. Avec deux réacteurs de 900 MW chacun, la centrale produit, selon EDF, 10 milliards de kWh soit 70% de la consommation alsacienne et elle emploie aujourd’hui 770 agents d’EDF et 200 salariés de sous-traitants. « L’arrêt de Fessenheim en 2017 apparaît possible du point de vue de l’équilibre entre l’offre et la demande au niveau national mais des mesures d’accompagnement doivent être anticipées », vient d’indiquer, dans un rapport, RTE, la filiale d’EDF chargée du réseau électrique français. RTE suggère de couvrir les besoins identifiés pour 2016 et 2017 par la mise en service « de projets suffisamment avancés, de nouveaux projets de moyens de pointe (y compris effacements) ou le report de fermeture de certaines centrales thermiques fossiles ». De source proche de l’électricien, le coût de la fermeture de Fessenheim pourrait se chiffrer à plusieurs milliards d’euros, entre le manque à gagner en terme de production d’électricité, le remplacement de cette production par une centrale à cycle combiné gaz et le coût d’approvisionnement en gaz lui-même. L’Etat devra aussi régler la question financière des associés d’EDF : Fessenheim est exploitée conjointement avec l’allemand EnBW et avec les suisses Alpiq, Axpo et BKW, qui ont des droits sur environ un tiers de sa production. Par rapport à ces coûts, les investissements requis par l’Autorité de sûreté nucléaire d’ici fin 2013 sont en revanche minimes

 

 

0 Réponses à “Fermeture de Fessenheim : des milliards pour démanteler plus 2 milliards d’indemnités pour EDF”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol