• Accueil
  • > La Fed s’occupe de l’emploi, la BCE de l’austérité

La Fed s’occupe de l’emploi, la BCE de l’austérité

La Fed s’occupe de l’emploi, la BCE de l’austérité

 

 Quarante milliards de dollars seront mis sur la table par la FED chaque mois, sans limite de temps, pour faire baisser le prix des emprunts immobiliers. L’idée est clairement de soutenir le marché immobilier, pour relancer la construction, un secteur riche en emplois et à effet d’entraînement sur tout le reste de l’économie, décrypte Christian Parisot, chef économiste chez Aurel BGC. « La Fed dit aux banques : faites du crédit, faites du crédit. » Cette nouvelle annonce s’ajoute à l’ »opération twist » qui sera poursuivie comme prévu jusqu’à la fin de l’année. Cette fois, il s’agit de soutenir le marché de la dette souveraine américaine pour faire baisser les taux d’intérêt sur les obligations du Trésor américain de six ans et plus. Concrètement, la Fed cède des titres de dette américains de moins de 3 ans qu’elle détient pour racheter à la place un montant égal de titres d’une maturité de 6 à 30 ans. Quel intérêt ? Agir sur les taux d’intérêt appliqués à l’économie à long terme. Car les taux observés sur le marché d’échange des titres de dette commandent en partie ceux qui seront ensuite appliqués par les banques aux ménages et aux entreprises. Le Trésor, lui, peut se financer à moindre coût, et pour longtemps. Plus classiquement, la Réserve fédérale promet de maintenir son taux directeur, celui qui guide le taux auquel les banques empruntent leurs liquidités pour prêter ensuite aux ménages, à un niveau « exceptionnellement bas », comme depuis plus de trois ans et demi. Elle promet de les garder à un tel niveau au moins jusqu’à mi-2015 si nécessaire, alors que cet engagement ne courait jusque-là que jusqu’à fin 2014.  Toutes ces mesures succèdent à deux rounds d’assouplissement quantitatifs (bien connus par les spécialistes sous le nom de QE1, de novembre 2008 à juin 2010 et QE2 de novembre 2010 à juin 2011) aux termes desquels la banque centrale des États-Unis détient quelque 50 % de l’encours de dette de 10 à 20 ans !  Elles illustrent surtout une différence de taille entre les mandats de la Banque centrale européenne et celui de la Fed. Cette dernière se préoccupe explicitement du niveau de l’emploi. Or, il dépasse encore les 8 % outre-Atlantique, un chiffre considéré comme inacceptable. Le Comité de politique monétaire de la Fed explique redouter que, « sans nouvelle mesure d’assouplissement monétaire, la croissance économique ne soit pas assez forte pour permettre une amélioration soutenue de la situation du marché du travail ».

 

 

0 Réponses à “La Fed s’occupe de l’emploi, la BCE de l’austérité”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol