• Accueil
  • > Croissance 2013: prévisions en baisse chaque semaine ; + 0,3 % qui dit moins ?

Croissance 2013: prévisions en baisse chaque semaine ; + 0,3 % qui dit moins ?

Croissance 2013: prévisions en baisse chaque semaine ; + 0,3 % qui dit moins ?

Les instituts de conjoncture prévoient maintenant 0.3% de croissance après, 0.5% il y a quelques jours. Qui dit moins ? Tous sans doute dans quelques jours, quelques semaines ; Au départ les instituts et notamment le FMI prévoyait 2% de croissance pour 2012 ; en fait il n’y en aura pas. Quant à 2013, c’était l’euphorie, on parlait de presque 3% de croissance. En réalité pour 2013, les instituts ne veulent pas encore désespérer les acteurs économiques et annoncent un petit 0.3% et avec des réserves. Michel Rocard ou BFM Businesse sont plus pessimistes : il n’ya aura aucune croissance en 2013. Les 18 instituts de conjoncture membres du groupe technique de la Commission économique de la nation n’anticipent plus qu’une croissance de 0,3 % en 2013, après 0,1 % cette année. L’exécutif vient de caler son budget sur une hypothèse de croissance de 0,8 %. Une croissance nulle depuis neuf mois et qui ne devrait pas vraiment repartir, compliquant encore plus la tâche du gouvernement pour réduire le déficit. C’est ce qui ressort des prévisions que les 18 instituts de conjoncture membres du « groupe technique » de la Commission économique de la nation s’apprêtent à envoyer à Bercy en amont de la présentation du projet de loi de Finances 2013. Collectées par « Les Echos », elles tablent, en moyenne, sur une croissance de 0,1 % cette année et de 0,3 % l’an prochain.  La quasi-totalité des économistes ne croient donc déjà plus à la prévision de croissance du gouvernement pour 2013, que celui-ci a pourtant ramené de 1,2 % à 0,8 %. En choisissant le bas de la fourchette proposée par Bercy, le président de la République voulait « que l’on ne puisse pas imaginer que l’Etat prépare son budget avec des hypothèses qui se révéleraient fausses ». Les dernières prévisions des économistes risquent de relancer le débat. Car ces derniers sont de plus en plus pessimistes : par rapport à mai, ils ont divisé par trois leurs anticipations ! En août, ils anticipaient une progression du PIB de 0,5 % en moyenne l’an prochain, selon Consensus Forecasts. L’exécutif avait alors remarqué qu’une grosse minorité d’économistes prévoyait tout de même une prévision égale ou supérieure à 0,8 %. Ce n’est désormais plus le cas.  Car, entre-temps, l’Insee a annoncé une croissance nulle au deuxième trimestre. Le moral des ménages et des chefs d’entreprise reste bas et l’environnement international dégradé. Plusieurs instituts viennent donc d’abaisser leurs prévisions (BNP Paribas, Barclays, Goldman Sachs…). Seule HSBC est plus optimiste que l’exécutif, avec une prévision de 1,3 % (établie en juillet). Pour le reste, les prévisions de croissance se sont resserrées, allant de - 0,3 % (Bank of America-Merrill Lynch) à + 0,7 % (Crédit Agricole, Natixis).  Un point de clivage entre les économistes tient à l’évolution des tensions sur les dettes souveraines. « Nous faisons l’hypothèse que la crise européenne sortira de sa phase critique », indique Jean-Paul Betbèze (Crédit Agricole). La validation par la Cour de Karlsruhe du plan de sauvetage de l’euro (lire pages 8 et 9) et la politique de la BCE donnent du crédit à cette option.  L’autre point de clivage tient à la politique budgétaire visant à ramener le déficit à 3 % du PIB l’an prochain, et à ses effets sur la croissance. Certains ont déjà intégré l’effort fiscal nécessaire pour y arriver (Exane). D’autres seulement en partie. «  Notre scénario n’intègre à ce stade que les mesures déjà votées et j’attends la présentation du budget pour le réactualiser, indique Jean-Christophe Caffet (Natixis). Si la France devait à tout prix tenir son objectif de 3 %, ma prévision de croissance ne serait plus de 0,7 % mais probablement inférieure à 0 %. » Du côté des plus pessimistes, Laurence Boone (Bank of America) s’attend à un passage en récession au second semestre 2012, puis à une croissance atone

 

 

0 Réponses à “Croissance 2013: prévisions en baisse chaque semaine ; + 0,3 % qui dit moins ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol