• Accueil
  • > BCE : pour la mise en place du plan d’aide, il va falloir attendre … la demande des pays concernés

BCE : pour la mise en place du plan d’aide, il va falloir attendre … la demande des pays concernés

BCE : pour la mise en place du plan d’aide, il va falloir attendre … la demande des pays concernés

Psychologiquement le plan d’aide de la BCE a faiat son effet sur les marchés ; dans la réalité ce sera autre chose ; Il faut en effet que les pays concernés soient demandeurs or ils ne sont pas pressés de voir passer par les fourches caudines de l’Europe qui va leur imposer encore une plus grande austérité. En fait on va encore jouer au chat et à la souris pendant quelque temps. L’Espagne ou l’Italie vont compter sur l’effet de l’annonce de la BCE pour que leurs taux d’emprunt baissent. Si tel était le cas durablement, il ne serait pas nécessaire de demander de l’aide. Les marchés, eux, souhaitent des demandes d’aides officielles pour que la BCE agisse. Après l’euphorie, les marchés vont peser à nouveau sur les taux pour forcer l’Espagne en particulier à formuler officiellement son besoin d’aide à la BCE. Quelques  semaines ou quelques mois risquent donc de passer encore sans que les choses bougent. D’Ici là, c’est toute la zone euro qui risque d’être dégradée ; la BCE pourrait encore réagir mais cette fois sans condition ; ce qu’attendent peut-être l’Espagne et l’Italie. En annonçant jeudi que la BCE était prête à acheter de la dette émise par les Etats en difficulté (d’une durée maximum de trois ans) pour des montants en théorie illimités, Mario Draghi est allé au-delà des attentes des marchés. Les coûts d’emprunt de l’Italie et de l’Espagne ont aussitôt reculé et continuaient à baisser vendredi. Mais encore faut-il maintenant que les pays visés demandent un sauvetage et qu’ils acceptent de respecter des conditions qui promettent d’être strictes. D’autant que le souhait de Mario Draghi d’obtenir l’implication du Fonds monétaire international pour la mise au point et le respect des conditions attachées au programme de sauvetage risque de rendre la tâche encore plus difficile pour l’Espagne. Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol, ferait tout pour éviter d’avoir à subir les humiliantes visites trimestrielles des inspecteurs du FMI, de l’Union européenne et de la BCE qui ont été imposées à la Grèce, à l’Irlande et au Portugal en échange des fonds débloqués dans le cadre des plans de sauvetage. Compte tenu de la réticence du gouvernement Rajoy, le spécialiste des taux d’intérêt à la Rabobank Richard Mcguire se demande si les marchés ne vont pas devoir faire pression sur l’Espagne pour qu’elle se résolve à solliciter un sauvetage. Après des discussions avec la chancelière Angela Merkel et alors que se réunissait la BCE, Mario Rajoy a bien montré jeudi qu’il n’était pas pressé de demander un programme. Il a affirmé devant les journalistes incrédules que les conditions assortissant la demande d’assistance n’avaient pas été discutées. Vendredi, la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, a annoncé que Madrid allait examiner les conditions du programme de rachat d’obligations avant de prendre une décision concernant une demande d’aide.

 

 

0 Réponses à “BCE : pour la mise en place du plan d’aide, il va falloir attendre … la demande des pays concernés”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol