• Accueil
  • > BCE, Après l’euphorie, retour aux réalités

BCE, Après l’euphorie, retour aux réalités

BCE, Après l’euphorie, retour aux réalités

C’était prévisible, après l’euphorie suite aux décisions de la BCE, c’est le retour aux réalités qui va dominer. Une réalité qui va imposer aux pays qui veulent de laide de s’engager dans l’austérité ; or c’est économiquement, socialement et politiquement risqué. En fait on va s’apercevoir que cette aide de la BCE va coûter très cher au pays qui va la demander. D’où les hésitations de ceux qui en auraient besoin. Economiquement, cela risque de tuer un peu plus la croissance, socialement de développer un chômage  déjà très important et politiquement ce pourrait être une forme de suicide. « Tous les regards se tournent en premier vers l’Espagne. Le pays doit au plus vite se prononcer sur une éventuelle demande d’aide financière globale pour que le marché ait encore plus de visibilité », a commenté Valérie Plagnol, directrice des études économiques chez Credit Suisse.  Pas question de se précipiter, estime Madrid, en dépit de la pression de ses partenaires européens qui la poussent à réclamer un plan de sauvetage plus large que l’aide déjà prévue pour ses banques.  Le gouvernement espagnol a écarté vendredi toute demande de sauvetage financier dans l’immédiat, affirmant que ce n’est pas une décision « qu’on prend du jour au lendemain » et qu’il analysera « avec calme et prudence » les conditions liées à une éventuelle intervention de la BCE.  La BCE s’est déclarée jeudi prête à racheter de manière illimitée des obligations souveraines de maturités allant d’un à trois ans des pays de la zone euro qui le demanderont, mais sous certaines conditions strictes, dont une demande officielle d’aide des pays aux fonds de secours européens.  Une annonce qui a été saluée à l’unanimité par les marchés: Mario Draghi, président de la BCE, « a fait du bon travail, à la hauteur des attentes », ont souligné les économistes chez Crédit Agricole CIB. Sur le marché de la dette, le taux d’emprunt à long terme de l’Espagne est passé sous le seuil des 6% vendredi matin, une première depuis fin mai. Peu avant 16H00 GMT, le taux de référence à 10 ans de l’Espagne était en baisse à 5,576% et celui de l’Italie à 5,048%.

 

 

0 Réponses à “BCE, Après l’euphorie, retour aux réalités”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol