• Accueil
  • > Industrie chinoise : dans le rouge

Industrie chinoise : dans le rouge

Industrie chinoise : dans le rouge 

L’usine du monde constitue sans doute un excellent indicateur de l’activité mondiale ; Or l’activité industrielle en août est tombée dans le rouge ; par ailleurs les perspectives à venir sont plutôt sombres. En cause l’écroulement de la demande externe en particulier celle de la zone euro ; une crise qui se diffuse maintenant partout. La machine industrielle chinoise s’est enrayée durablement, accentuant la pression sur les autorités de Pékin en faveur d’un plan de relance espéré par les marchés. Ceux qui misaient sur la deuxième économie planétaire pour relancer la croissance mondiale comme lors de la crise de 2009 ont donc perdu leur pari. En août, l’activité industrielle chinoise a ralenti à un rythme encore plus fort que prévu par les experts, pour tomber à son niveau le plus bas depuis quarante et un mois, selon l’indice PMI des directeurs d’achats de la banque HSBC, publié lundi. «La pression à la baisse de l’activité s’intensifie» juge le chef économiste de la banque, Qu Hongbin. L’indicateur PMI officiel confirme cette sombre tendance en basculant dans le rouge, sous la barre fatidique des 50 points, pour la première fois depuis novembre dernier. Cette statistique, qui évalue les carnets de commandes des industriels, est tombée en août à 49,2 contre 50,1 en juillet, alors que les autorités et les économistes avaient prévu une stabilisation. Tous doivent se rendre à l’évidence: le ralentissement chinois est durable et plus fort qu’ils ne l’avaient anticipé. Surtout le troisième trimestre s’annonce mauvais, avec un taux de croissance du PIB qui pourrait passer sous le chiffre de 7,6% enregistré au deuxième trimestre. La baisse d’activité du premier semestre paraît donc durable, douchant les espoirs de rebond, porteur pour la croissance mondiale. À l’heure où la demande est atone en Europe et aux États-Unis, l’atelier du monde cale. «Il y a une surcapacité de production, combinée à une hausse des coûts salariaux. Cela va conduire à des restructurations et à la disparition de nombreuses, entreprises» estime Ding Yifan, chercheur au Conseil des affaires d’État. Ces mauvais chiffres relancent l’espoir chez les investisseurs de mesures gouvernementales pour soutenir l’économie flageolante. Lundi, les places financières asiatiques pariaient sur un assouplissement monétaire des autorités de Pékin pour donner de l’air à l’économie. «La Chine doit renforcer les mesures d’assouplissement pour stabiliser la croissance et créer des conditions favorables pour le marché de l’emploi» juge Qu Hongbin. Les analystes misent sur une baisse des taux d’intérêt et des mesures ciblées pour soutenir l’économie. Mais l’idée d’un grand plan de relance sur le modèle de celui de 2008 est écartée. Le Parti ne veut pas de changement de cap stratégique. «Pour les autorités, le contrôle des prix de l’immobilier passe avant la relance de l’économie», juge Francis Cheung, du cabinet CLSA, à Hongkong.

 

0 Réponses à “Industrie chinoise : dans le rouge”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol