• Accueil
  • > Hollande : « la crise est exceptionnelle ; il faut agir pour préparer l’avenir » ; il serait temps !

Hollande : « la crise est exceptionnelle ; il faut agir pour préparer l’avenir » ; il serait temps !

Hollande : «  la crise est exceptionnelle ; il faut agir pour préparer l’avenir » ; il serait temps !

Hollande semble découvrir, sans doute grâce aux sondages défavorables, que la crise est exceptionnelle et qu’il faut agir vite et bien. On se demande alors pourquoi le gouvernement s’est autorisé 15 jours de vacances après seulement 3 mois d’activités ( il n’y a qu’en politique que le droit du travail est aussi tolérant) ; « Mon devoir, c’est de dire la vérité aux Français: nous sommes devant une crise d’une gravité exceptionnelle, une crise longue qui dure depuis maintenant plus de quatre ans », a lancé le chef de l’Etat dans ce discours, présenté comme important par son entourage, à la foire de Châlons-en-Champagne.  En baisse dans les sondages et ciblé par les critiques sur le rythme, jugé trop lent, des réformes, M. Hollande ne joue plus la carte de l’anti-sarkozysme et de l’attaque du bilan du dernier quinquennat.   »Il ne s’agit plus de juger le passé mais d’agir dès aujourd’hui pour préparer l’avenir », a dit M. Hollande, dont la « mission », selon ses termes, est de « conduire notre pays pour qu’il fasse des choix dans le bon ordre, dans le bon rythme et dans la bonne direction ».   »C’est au gouvernement, sous l’autorité de Jean-Marc Ayrault, de mettre en oeuvre cette orientation », a-t-il dit, comme un rappel à l’ordre à son Premier ministre, jugé trop discret.  La droite a accueilli le discours du président avec une certaine ironie. « Suite à une campagne électorale destinée à faire croire que le seul problème de la France s’appelait Sarkozy et un été rempli d’immobilisme, le chef de l’Etat donne une impression brouillonne et impuissante », a jugé Jean-Christophe Lagarde, porte-parole des députés centristes. « Eloge de l’impuissance », a raillé Jean-Louis Borloo, président du parti radical.   »Incantatoire », « à côté des enjeux », a résumé le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé.  La gauche y a vu au contraire, à l’instar du président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, un discours de « vérité » et de « volonté », « un marqueur de ce début de quinquennat »,  Soupçonné de vouloir se plier au rythme « sarkozyste », avec des annonces tous azimuts, M. Hollande a cherché à dissiper cette idée: « le changement n’est pas une somme d’annonces, c’est une force (…) qui donne une direction ». Il a promis des décisions « dans un calendrier ordonné, en respectant les rythmes du Parlement et le dialogue social ».  Le chef de l’Etat a toutefois entériné l’accélération des réformes, en particulier pour faire face à « l’urgence » de l’emploi, avec un chômage qui frôle la barre des 3 millions de personnes. « Il n’y a pas de jours à perdre (…) trop de périls nous menacent », a-t-il justifié.  Il a ainsi rappelé qu’il avait convoqué une session parlementaire du Parlement pour que le texte sur les « emplois d’avenir » soit adopté au plus vite. « Dès le début du mois d’octobre seront signés les premières conventions », a-t-il assuré.  Le dispositif sur les contrats de génération sera présenté dans « les jours qui viennent » aux partenaires sociaux. Quant aux plans sociaux et restructurations, ils feront l’objet de négociations entre syndicats et patronat « dés le mois prochain ».

 

0 Réponses à “Hollande : « la crise est exceptionnelle ; il faut agir pour préparer l’avenir » ; il serait temps !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol