• Accueil
  • > Après la suppression du canal Seine-Nord, celle de TGV et d’autres infrastructures

Après la suppression du canal Seine-Nord, celle de TGV et d’autres infrastructures

Après la suppression du canal Seine-Nord, celle de TGV et d’autres infrastructures

Il n’y a vraiment pas lieu de s’étonner d’une remise en cause drastique des projets du schéma nation des infrastructures de transports ; d’abord ce schéma n’a jamais été financé ensuite la crise va imposer des coupes sérieuses d’autant que nombre de es infrastructures ne sont pas rentables ; tout cela n’est pas une nouveauté car les projets ont toujours fleuri en France sans être financé ; une différence toutefois les capacités d’emprunt sont désormais strictement limitées pou éviter de faire exploser la dette. Le président-directeur général de Bouygues Construction a fait plus que jeter un pavé dans la mare en mettant en doute, mardi, le réalisme du financement du projet de canal Seine-Nord, dont le coût dépasserait les 4,3 milliards d’euros. Il a fait voler en éclats ce que le député socialiste de la Gironde, Gilles Savary, appelait encore récemment « l’univers féérique » du schéma national des infrastructures de transport (SNIT). Le gouvernement a réagi en annonçant une mission d’analyse sur le financement du canal… Ce qui ne le dispense pas d’ouvrir le chantier de la révision du schéma national des infrastructures de transport destiné à mettre en œuvre les décisions du Grenelle.  Comme il l’avait annoncé en juillet, Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, va donc installer d’ici à quelques jours une commission afin de « revisiter » le SNIT, et d’en « hiérarchiser les projets ». Ce tri devrait être fait en fonction de la viabilité économique des lignes, mais aussi de leur complémentarité avec les infrastructures existantes, sans oublier leur faculté à mobiliser d’autres sources de financement, notamment au niveau européen. La commission devrait être formée d’experts, de personnalités qualifiés et de parlementaires. Mais certains seraient partagés quant à l’opportunité de participer à la commission : alors que les élus de leur région leur demandent d’en être pour plaider leur cause, quelques-uns redoutent d’être associés à des arbitrages douloureux.  Et les supporters des projets ferroviaires menacés ne pourront sans doute pas compter sur le soutien de la SNCF et de Réseau Ferré de France. Les deux établissements savent que l’équation économique très dégradée du secteur, dont l’endettement augmente de près de 1 milliard et demi tous les ans, ne permet plus les largesses du passé. Pour RFF, la priorité doit être donnée à la modernisation des lignes existantes. Dans une note interne rédigée au début de l’été, sa direction indiquait d’ailleurs que « la rénovation du réseau constitue un projet en soi dont la rentabilité économique est supérieure à celle de la plupart des projets » du SNIT. Quant au président de la SNCF, Guillaume Pepy, il entend mettre l’accent sur les trains du quotidien, notamment en Ile-de-France.  Dans ces conditions, la ligne Tours-Bordeaux, dont la construction a déjà commencé, n’est pas menacée mais son prolongement vers Toulouse et l’Espagne pourrait être est visé, d’autant qu’il ne fait pas l’unanimité localement.  Le cas de Paris-Orléans-Clermont-Lyon est plus délicat. Son intérêt a été confirmé par RFF mais le projet n’est pas financé et Brice Hortefeux ne cache plus son « inquiétude ». A contratio, la révision du SNIT fait l’affaire des opposants à la LGV Paca dont beaucoup, en coulisse, se réjouissent des dernières difficultés du tracé. Le projet de ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) suscite quelques craintes, l’Etat n’ayant jamais encore évoqué ni son mode ni ses clefs de financement.Enfin, les cas des LGV Rhin-Rhône et Perpignan Espagne risquent d’être plus complexes à gérer. Certains tronçons sont déjà en service et ceux qui manquent apparaissent comme les chaînons manquants du réseau européen. Pour les études et acquisitions foncières, 6,5 millions d’euros ont pourtant déjà été engagés uniquement pour la branche Ouest et 8,7 millions pour la branche Sud

 

0 Réponses à “Après la suppression du canal Seine-Nord, celle de TGV et d’autres infrastructures”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol