• Accueil
  • > Traité européen : l’aile gauche du PS contre

Traité européen : l’aile gauche du PS contre

Traité européen : l’aile gauche du PS contre

 

 Marie-Noëlle Lienemann une des animatrice de l’aile gauche du PS  a clairement dit qu’elle refuserait de voter ce texte. «J’étais opposé à ce texte avant, j’y suis toujours opposé, il faut être cohérent, même si je salue l’action de François Hollande sur ce texte qui a permis de commencer à lever le couvercle», explique de son côté Jérôme Guedj, qui a déposé une contribution avec la sénatrice de Paris. «C’est un non exigeant de soutien à François Hollande et un non pro-européen», promet-il. Car c’est un «non» qui aidera François Hollande à négocier d’autres textes européens en s’appuyant «sur ce rapport de force», veut-il croire. Un autre fédéralisme est possible», assure-t-il. «C’est le texte de Merkozy, pas celui de Hollande», insiste-t-il. Marie-Noëlle Lienemann rappelle que 30% des électeurs qui ont voté François Hollande ont hésité avec Jean-Luc Mélenchon, notoirement opposé à ce texte. Un rejet du texte lui «ferait tellement plaisir. Cela permettrait à François Hollande de reprendre son bâton de pèlerin pour renégocier le texte», imagine-t-elle, avant de qualifier ce scénario de «chimères». Au-delà des convictions, l’aile gauche vend un bon coup tactique au moment où Mélenchon se met à taper comme un sourd sur le gouvernement. «Il ne faut pas externaliser à l’extrême gauche la contestation à la construction européenne. Politiquement, il ne faut pas qu’il y ait une césure entre le PS et le reste de la gauche», assure-t-il. «La gauche est menacée par le conformisme, la pensée unique et le doigt sur le pantalon», plaide-t-il encore. Mais sans «donner de leçon ni avoir un ton comminatoire». Les deux assurent que leur refus de voter le texte ne mettra pas à mal la solidarité gouvernementale. «Il ne faut être ni un parti godillot, ni un parti guérilla», glisse Jérôme Guedj. «François Hollande a assez de science politique pour savoir gérer à certains moments des désaccords et faire le rassemblement», espère Marie-Noëlle Lienemann. On ne sait pas si le chef de l’Etat a prévu de faire appel à son fameux sens de la synthèse mais Martine Aubry, vendredi soir, a mis les choses au clair devant les journalistes qu’elle recevait pour son traditionnel pot: «Si j’étais au gouvernement et si je ne partageais pas une décision aussi importante, j’en tirerais moi-même les conséquences». La question portait sur les écologistes, et notamment sur les ministres écologistes, mais le rappel à l’ordre vaut pour les socialistes, a-t-elle précisé.

 

0 Réponses à “Traité européen : l’aile gauche du PS contre”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol