• Accueil
  • > Référendums sur l’Europe ? Irresponsables et farfelus

Référendums sur l’Europe ? Irresponsables et farfelus

Référendums  sur l’Europe ? Irresponsables et farfelus

 

Des prépositions de référendum émergent dans différents pays malheureusement pas sur les mêmes préoccupations ( trop souvent électorales) et même à l’intérieur d’un même pays. En l’état de l’opinion publique ; le risque serait grand d’obtenir par ailleurs des majorités contre. Si l’Europe veut regagner, l’opinion publique  il lui faut d’abord démonter son efficacité actuellement, ensuite se mettre au clair sur son projet d’intégration, sa régulation et  sa dimension, ce qui est loin d’être le cas. Or les propositions actuelles de référendums correspondent surtout à des préoccupations électorales locales forcément contradictoires. Le fonctionnement démocratique de l’Europe est fortement déficient mais on ne le renforcera pas avec davantage de confusion. L’idée fait pourtant son chemin en Allemagne, qui veut accélérer l’intégration européenne. Membres du gouvernement ou partenaires de la coalition d’Angela Merkel, ils sont nombreux ces derniers jours à avoir délaissé leur chaise longue estivale pour monter au créneau. Dans un entretien à l’hebdomadaire Bild am Sonntag, le ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, s’est déclaré favorable à un référendum sur la constitution européenne. Même son de cloche du chef de file de l’Union chrétienne-sociale (CSU), alliée bavaroise de la CDU de la chancelière. Horst Seehofer plaide pour une consultation des Allemands sur les grandes décisions touchant à l’Union européenne, qui ne peut rester «le projet d’une élite», en particulier sur «le transfert à Bruxelles de compétences considérables, l’admission de nouveaux États au sein de l’Union et sur l’aide financière aux autres États membres». La question des euro-obligations pourrait aussi être tranchée par le peuple, préconise-t-il. Mais cela nécessite au préalable une modification de la constitution, très restrictive sur l’organisation de référendums nationaux. Ils sont limités à l’adoption de nouvelles lois fondamentales ou au remodelage des frontières. Cette méfiance date de l’époque des nazis, qui en ont abusé pour accroître leur pouvoir. Face à l’aggravation de la crise dans l’Europe du Sud, le sentiment antieuropéen s’est renforcé ces dernières semaines outre-Rhin. Selon le dernier sondage, paru ce dimanche, 50 % seulement des Allemands sont favorables à un maintien dans la zone euro. L’appel à référendum trouve un écho aussi en Italie. Dans un entretien à La Repubblica, le ministre des Affaires européennes, Enzo Moavero, insiste sur la nécessité «au-delà de la crise, d’un profond débat en Italie sur ce que devrait être l’Union européenne de demain (…). Le Parlement et les citoyens seront invités à s’exprimer.» Il est également plébiscité dans les rangs de l’opposition populiste de la Ligue du Nord: le secrétaire national, Roberto Maroni, a lancé l’idée d’un référendum sur Facebook pour lutter contre une ­ «Europe aux mains de banquiers dangereux». En Espagne, qui s’enfonce dans la récession et subit la pression des marchés, ce sont les syndicats qui exigent du gouvernement un référendum sur les coupes budgétaires à répétition.

 

 

 

0 Réponses à “Référendums sur l’Europe ? Irresponsables et farfelus”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol