• Accueil
  • > La BCE démentie sur l’écart de taux par Berlin

La BCE démentie sur l’écart de taux par Berlin

La BCE démentie sur l’écart de taux par Berlin

 

 

La BCE envisageait une intervention automatique sur les marchés en cas de dépassement d’un niveau fixe d’écarts de taux (spread) de la zone euro qu’elle aurait préalablement défini. Cette information dévoilée ce lundi dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel semblait vouloir affirmer la détermination de Mario Draghi, le président de la BCE, de casser le mouvement d’éclatement des spreads (qui mesure les écarts entre taux à dix ans par rapport au taux allemand) au sein de la zone euro. Il s’agissait d’un geste nettement plus fort que celui d’une simple série d’interventions ponctuelles sur les marchés. Ce modèle est relativement cohérent avec la volonté affirmée fin juillet du président de la BCE de « tout faire » pour sauver la monnaie unique. A priori, les moyens de la banque centrale dans ce domaine sont illimités et devraient permettre de limiter les spreads. Une telle intervention aurait un double avantage : prouver aux investisseurs qu’il existe une volonté commune de la zone euro pour sauvegarder l’Union économique et monétaire et maintenir les coûts de refinancement des Etats, notamment l’Espagne et l’Italie, dans des limites supportables pour ces deux pays. Cette politique n’est possible  que par l’émission massive de monnaie. Qu’adviendra-t-il de ces liquidités ? Le calcul de Mario Draghi, c’est qu’elles ne seront pas reversées dans le circuit économique puisque les Etats concernés continueront à mener des politiques d’austérité à tendance déflationniste, ce qui brisera la tendance inflationniste de l’émission monétaire. Mais il y a fort à parier que l’euro sera néanmoins touché par ce recours à la planche à billet. Or, une dévaluation de fait de l’euro, si elle peut aider à la relance des exportations, sera également source de tensions inflationnistes. Comme le note les analystes d’Octo Finances, « il faut espérer qu’il n’y ait pas de défiance envers l’euro ». Et de résumer la situation : « la BCE lie le sort de l’Espagne et de l’Italie à celui de l’Allemagne. Tous les pays se sauveront ensemble ou tomberont ensemble. Son attitude est logique, mais elle fait trembler». UN seul problème, cette proposition à reçu immédiatement un refus net de Berlin et Draghi se trouve une nouvelle fois renvoyé à ses chères études.

 

0 Réponses à “La BCE démentie sur l’écart de taux par Berlin”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol