• Accueil
  • > La crise de l’euro pénalise les entreprises américaines

La crise de l’euro pénalise les entreprises américaines

La crise de l’euro  pénalise les entreprises américaines

L’Europe, c’est 15 à 20 % du chiffre d’affaires et des profits de grandes entreprises des Etats –Unis  et la crise de la zone euro affecte activités et profits affaiblis aussi  par le ralentissement aux USA et les fluctuations monétaires. Whirlpool, Ford, General Motors, Starbucks et même Apple : de nombreux groupes américains ont déploré, en présentant leurs résultats du deuxième trimestre, les effets négatifs de la crise de la zone euro sur leur activité. Les consommateurs européens hésitent en effet à acheter des biens comme des voitures ou à s’équiper en technologie dernier cri.  Ford a ainsi annoncé avoir perdu quelque 404 millions de dollars en Europe entre avril et juin, contre un bénéfice de 176 millions de dollars au cours de la même période, l’année dernière. Il a averti que la perte annuelle pour l’Europe pourrait approcher le milliard de dollars. Le directeur financier du groupe automobile a ainsi déclaré : « Alors que nous planifions nos activités à cinq ans, il semble que la situation va rester difficile en Europe. » Starbucks a, lui, envoyé deux de ses cadres dirigeants sur le Vieux Continent pour redresser les ventes.  Car, même si la Chine accapare l’attention aux Etats-Unis, l’Union européenne absorbe néanmoins environ un cinquième des exports made in USA. Et on estime en général que l’Europe au sens large assure entre 15 et 18 % du chiffre d’affaires et des bénéfices des grandes entreprises américaines.  Pour autant, les performances décevantes de l’Europe n’ont pas eu un impact retentissant sur les profits. Selon les données compilées par Bloomberg à la fin de la semaine dernière, 73 % des entreprises de l’indice S&P 500 ont dépassé leurs prévisions de résultats. En revanche, si on prend en compte les chiffres d’affaires, on remarque que 59 % des sociétés ont manqué leurs objectifs. Explication : les états-majors ont pris des mesures d’économies ou réduit les stocks, mais cette stratégie trouvera vite ses limites.  Le discours des entreprises américaines sur l’Europe doit être nuancé : l’appréciation du dollar a parfois pesé sur leur chiffre d’affaires, comme c’est le cas pour McDonald’s. Dans d’autres cas, elles ont été victimes du ralentissement en Asie. Ford a ainsi perdu de l’argent. Enfin, la consommation des ménages américains est ressortie au plus bas depuis un an au deuxième trimestre. Scott Davis, patron d’UPS, a ainsi concédé que, «  aux Etats-Unis, l’incertitude qui résulte des élections à venir et de l’évolution de la fiscalité limite la capacité des entreprises à prendre des décisions comme les embauches ou les dépenses d’investissement ».

0 Réponses à “La crise de l’euro pénalise les entreprises américaines”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol