• Accueil
  • > Contrats de génération, emplois d’avenir, heures sup ; smic : peu d’effets selon l’OFCE

Contrats de génération, emplois d’avenir, heures sup ; smic : peu d’effets selon l’OFCE

Contrats de génération, emplois d’avenir, heures sup ; smic : peu d’effets selon l’OFCE

 

 

Les économistes néo-keynésiens de l’OFCE , pourtant proches du PS ne sont pas tendres pour le programme économique du gouvernement. Schématiquement un programme pas du tout à la hauteur de l’enjeu. Ils évalué le programme économique et social mis en œuvre depuis le 6 mai par François Hollande, ils ont également passé au crible onze de ses mesures phares comme le contrat de génération, les emplois d’avenir, le coup de pouce au smic ou la suppression de la défiscalisation des heures sup. Si leur conclusion générale est sans appel – François Hollande ne pourra pas revenir à l’équilibre des finances publiques en 2017 tout en luttant contre le chômage -, leur appréciation de chacune des mesures sociales est plus nuancée, contrastée. Prenez le contrat de génération, considéré comme la mesure EMPLOI du chef de l’État. Le gouvernement prévoit d’en créer 500.000 en cinq ans. Mais compte tenu des forts « effets d’aubaine et de substitution » qu’ils vont engendrer, le nombre d’emplois nets créés grâce à ce dispositif ne devrait pas dépasser… 21.000 au total sur le quinquennat. Soit 24 fois moins que l’objectif affiché. Seul effet positif, il conduirait à réduire le déficit public de 0.09 point de PIB, soit 1,9 milliard d’euros. Autre exemple : les 150.000 emplois d’avenir programmés en cinq ans ne permettront, toujours compte tenu des effets d’aubaine engendrés, le recrutement que de 107.300 jeunes sur les seules années 2013 et 2014. Là encore, le coût ex-post pour les finances publiques serait limité à 2 milliards d’euros. « Le problème c’est qu’on ne sait pas vraiment ce que les jeunes deviennent à l’issue du programme », commente Xavier Timbeau, le directeur du département Analyse et prévision de l’OFCE. La mesure la plus spectaculaire est aussi la plus symbolique : la réforme du dispositif de défiscalisation et d’exonération de charges des heures supplémentaires incluse dans le collectif budgétaire actuellement en débat au Parlement. En trois ans, elle devrait permettre au total de créer ou sauvegarder 17.900 emplois avec un impact positif sur le déficit qui se réduirait de 5,2 milliards en 2014. Les 29.000 emplois détruits par la baisse de pouvoir d’achat des salariés bénéficiant des heures supplémentaires sont en effet plus que compensés par la création de 46.900 emplois résultant de la baisse du recours aux heures sup dans les entreprises de plus de 20 salariés qui auront perdu leurs allégements de charges patronales. Les économistes de l’OFCE ont enfin évalué les conséquences pour l’emploi d’un coup de pouce au smic qui se monterait, chaque année, à 0.6%. Cette seule revalorisation détruirait entre 1.900 et 2.800 emplois peu qualifiés à chaque coup de pouce. Les 4.700 emplois détruits au niveau du smic ne seraient pas compensés par ceux créés dans les strates de rémunération supérieure. Et ce, pour un coût de 250 millions d’euros par an pour les finances publiques. Ces mesures permettront donc, si l’on en croit les évaluations de l’OFCE, de créer des emplois pour un coût limité sur les finances publiques. « C’est plutôt positif même si on peut dire que l’ampleur est trop faible compte tenu du niveau de chômage », résume Eric Heyer, le directeur adjoint du département

0 Réponses à “Contrats de génération, emplois d’avenir, heures sup ; smic : peu d’effets selon l’OFCE”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol